Meinier à domicile c’est l’efficacité

0

Dominer n’est pas signe de victoire alors que l’efficacité en est un. Le Sport Genève Benfica en a fait l’expérience aujourd’hui au stade municipal de Meinier.

C’est en ce dimanche après midi que je me déplace au centre du village de Meinier afin d’assister au match opposant deux équipes aux objectifs radicalement différent. En effet, commençons par l’équipe des visiteurs, Sport Genève Benfica, qui pour leur première année en 3ème ligue espère se maintenir. Malheureusement pour elle, leur début de deuxième tour frôle la correction. Avant le déplacement d’aujourd’hui le bilan fait état de deux défaites et de 5 goals encaissés pour aucun marqué. C’est donc avec une grande envie de modifier cette donne que les joueurs du Benfica rentrent sur le terrain.

Du côté des hôtes, on sent les joueurs de Meinier retrouver leur rythme de croisière, ceci afin de pouvoir faire douter le leader Onex le plus longtemps possible. Après leur faux pas du premier match l’équipe noire et blanche a su faire preuve de réaction lors de leur seconde sortie face à Donzelle. C’est avec cette optique que les joueurs prennent place sur la pelouse.

En introduction j’ai failli oublier de parler des deux invités de prestige venus se joindre au match. Premièrement je vous présente le terrain ou plutôt devrais-je dire l’état du terrain, bosselé et gras, voire très gras. Deuxièmement,  j’ai l’honneur de vous faire part de la présence exclusive de M. Le Vent glacial. En effet une terrible bise a congelé la cinquantaine de courageux spectateurs.

Le match débute et on comprend directement que les conditions ne sont pas optimales. Il est difficile de pouvoir faire des passes précises au sol et si le ballon part dans les airs, il a plus tendance à aller dans un sens non souhaité par les joueurs. Au niveau jeu, les « rouges et blancs » trouvent plus facilement les solutions et dominent ce début de match. Malgré leur bonne entame de rencontre, c’est Meinier qui marque le 1- 0 à la 9ème minute. En effet l’équipe locale a choisi de commencer la partie avec le vent de face. Cette stratégie va avoir toute son importance durant la première mi-temps, car tant sur le but initial que sur le second marqué à la 34’, le vent a porté le ballon lui donnant des trajectoires aux issues très incertaines qui ont eu le don de mettre énormément en difficulté le portier de Benfica.  Malgré leurs deux buts de retard, les visiteurs ne baissent pas les bras et continuent leur domination sans réellement s’offrir d’occasions nettes. C’est sur le score confortable de 2-0 pour la phalange du duo Ricci/Durret que les deux formations rejoignent les vestiaires et profitent du thé pour se réchauffer tant que possible.

La mi-temps fût pour moi le moment idéal  d’aller voir l’arbitre afin de lui demander les feuilles de match ceci dans l’objectif de pouvoir recopier correctement les noms des acteurs de cette après-midi. Vous allez me dire pourquoi nous dit-il cela ? Voici la réponse. L’arbitre de la partie ne connaissait apparemment pas Proxifoot, il m’a donc demandé ma carte de journaliste sans laquelle il ne pourrait pas me donner accès aux « informations privées » de chaque joueur.

La seconde mi-temps reprend dans les mêmes conditions désagréables. Benfica continue de légèrement dominer, mais pour être honnête il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Les vingt dernières minutes furent par contre bien plus intéressantes. En effet les visiteurs, ne trouvant toujours pas le chemin des filets, se désorganisent un peu et c’est à ce moment là que Meinier en profite pour s’imposer tant dans le jeu que dans les duels. L’équipe locale en veut et cela ne tarde pas à se voir au tableau d’affichage. 3-0 à la 68’ et ensuite 4-0 à la 75’ sur un penalty bêtement concédé par le gardien qui, après une belle parade relâche le ballon et va tacler l’attaquant maison Ducommun, un geste qui lui vaut le carton rouge. Les « blancs et rouges » sont donc réduits à dix et tout devient plus difficile pour eux. Les « noirs et blancs » contrôlent alors le match et se font plaisir en inscrivant 2 buts dans le dernier quart d’heure.

Le score final est sans appel 6-0 pour Meinier. Ce résultat confirme la bonne forme des meynites mais malheureusement elle confirme également la période de crise que traverse actuellement le club de Sport Genève Benfica qui n’a toujours pas inscrit le moindre but en trois rencontres. Cette conclusion est confirmée par les entraineurs les deux équipes. Durret et Ricci (Meinier) me confient après la rencontre que le match a été difficile à cause du vent, qu’ils ont été malmenés durant la première période, mais qu’au final les 3 points sont là principalement grâce à leur force du jour, à savoir l’efficacité. Du côté de Benifica le constat est le même depuis la reprise. Dominer un match c’est bien mais sans marquer on ne pourra pas engranger des points. De plus, l’entraîneur en a marre de prendre trop de goals sur des erreurs individuelles. Il regrette également le nombre trop élevés de blessés au sein de son contingent.

 

US MEINIER – SPORT GENEVE BENFICA  6-0  (2-0)
Stade Municipal de Meinier, 50 spectateurs

Buts : 9’ Roten 1-0, 34’ Fuentes 2-0, 68’ Ducommun 3-0, 75’ Ducommun (P) 4-0, 89’ Roten 5-0, 92’ Raymond 6-0.

Meinier : Mayer ; Agrelo (67’ Cervi), Stochi, Chenevard, Fiechter ; Raymond, Fuentes, Roten, Da Silva (40’ Allstadt) ; Ducommun (C), Udry (60’ Kassongo) .

Benfica : Da Silva ; Almeida, Montero, Roche, Rodrigues (42’ Mendes) ; Matias, Marco, Ribeiro, Grange ; Andres (63’ Teles), Da Silva.

 

 

Share.