Meyrin surclasse UGS

0

Les « jaune et noir » réalisent un véritable récital offensif et conservent avec brio leur place de leader.

Derby genevois entre des Meyrinois irréguliers en ce début de deuxième tour (2 victoires, 2 défaites) et des « Violet » conquérants (3 victoires et un nul).

Il est important de signaler qu’UGS est la véritable bête noire des pensionnaires du stade des Arbères. En effet, il faut remonter au 3 mai 2008 pour trouver trace d’une victoire meyrinoise face aux pensionnaires de Frontenex, succès entre-temps entaché par 4 victoires ugéistes et un match nul.

Meyrin est donc averti et se doit de se racheter après leur défaite à domicile face au Mont LS, mais gare à ces étonnants « violet » !

Le décor est planté, place au jeu ou plutôt au spectacle…

Les joueurs sont prêts à nous offrir un derby riche en buts

Jeu offensif

Pas de round d’observation, Meyrin se montre dès le coup d’envoi sous son meilleur jour, avec comme objectif réel de se projeter vers l’avant et de créer du danger devant la cage adverse.

On sent de l’ambition dans le jeu des locaux et la troupe du duo Tschiember-Joye peine à se dégager, subit le jeu, défend bas et en reculant. Il y a trop d’espaces entre les lignes et les latéraux (Formenti – Cancelli) sont en grande difficulté face à la vitesse des ailiers Valente et Delley.

Valente, l’ailier meyrinois aura fait mal à la défense ugéiste

La puissance athlétique de Chentouf permet aux hommes de Musquère de gagner bon nombre de duels et de jouer haut dans le terrain. Au vu des espaces à disposition, Meyrin ne vas pas tarder à concrétiser sa domination.

Erreurs ugéistes

L’ouverture du score va tomber à la 19ème minute, suite à un coup de tête de Soares sur un coup franc de Delley. La responsabilité du gardien Albuquerque semble engagée vu que Soares se trouve dans les 5 mètres au moment de la chute du ballon, mais qui donc était au marquage ?

La fébrilité des visiteurs est évidente et Cancelli est à deux doigts de marquer contre son camp (24’). Puis Delley est proche de tromper la vigilance d’Albuquerque sur un coup franc tapé au premier poteau (30’).

C’est sur une perte de balle de Mocanu à mi-terrain, que Kusunga peut servir idéalement Chentouf pour le 2-0 (35’). Les pensionnaires de Frontenex semblent abattus et regagnent les vestiaires la tête basse.

Les locaux ont littéralement dominé cette première période, le laxisme des joueurs de Frontenex, notamment dans le travail défensif, laisse l’opportunité aux Meyrinois de prendre le temps de jouer, de choisir la solution la plus cohérente, d’attaquer la profondeur et de forcément se montrer dangereux face au but adverse.

Sursaut d’orgueil

Certainement remontés par le discours de leurs entraîneurs à la mi-temps et le réajustement tactique dû à l’entrée de Koum (2 attaquants), les « violet » se présentent avec de meilleures intentions. Le but d’Eyer, suite à une mauvaise relance de Da Costa, redonne espoir et relance le match (48’).

Espoir de courte durée, vu que Chentouf et Kusunga vont ruiner toutes les chances ugéistes en seulement cinq minutes (52’ et 57’). La passivité de l’arrière garde violette est criarde, notamment sur l’enchaînement de Kusunga où les défenseurs violets sont scotchés et demeurent en réels spectateurs.

Les Meyrinois peuvent exulter, ils prennent le large

UGS lâche

L’apport de Valente et de Delley est évident, ces derniers sont dans tous les bons coups. Ils exploitent à merveille les espaces laissés par la défense visiteuse et unissent leurs efforts pour le 5-1 (centre de Valente et but de Delley, 70’).

Delley reprend victoireusement un centre de Valente

Hormis un chef d’œuvre de Kuzmanovic (81’), la fin de rencontre sera entièrement dominée par les protégés d’Hervé Musquère, qui donneront au score une ampleur encore plus lourde (Vuzi 86’), et scelleront leur réelle supériorité dans ce match.

Le magnifique but de Kuzmanovic ne changera rien

Meyrin reprend sa marche en avant avec ce succès mérité, auquel les « jaune et noir » ont rajouté la manière.

Cette équipe de Meyrin est complète. Solide défensivement, elle peut compter sur l’apport des latéraux (Ratta – Gétaz) en phase offensive et surtout de l’expérience des précieux Lebeau et Boughanem à mi-terrain. Mais la véritable force de cette équipe réside en son potentiel offensif, des ailiers de qualité et un centre avant capable de jouer en appui, dur au mal dans les duels, mais également très performant face au but. Avec de plus le retour de Kamel Boughanem, Meyrin semble avoir les armes pour aller au bout.

Quant à UGS, il s’agissait d’un jour sans. Cette défaite ne doit pas ternir le bon début de deuxième tour, mais elle doit servir de leçon pour l’avenir. L’effectif violet est très jeune (23 ans de moyenne d’âge), peut être ce match était-il trop tôt pour certains joueurs en apprentissage ? Ils doivent tirer profit de cette expérience, se remettre au travail et apprendre de leurs erreurs afin de ne pas les reproduire.

UGS peut compter sur ses leaders (Gormond et Simo), très bons dans le jeu, pour aller chercher d’autres succès et terminer le championnat à une place honorable.

 

FC MEYRIN – FC UGS  6-2 (2-0)
Stade des Arbères, 290 spectateurs

Buts : 19’ Soares 1-0, 35’ Chentouf 2-0, 48’ Eyer 2-1, 52’ Chentouf 3-1, 57’ Kusunga 4-1, 70’ Delley 5-1, 81’ Kuzmanovic 5-2, 86’ Vuzi 6-2

Meyrin : Grujicic; Ratta, Soares, Da Costa, Gétaz; Lebeau (77’ Wana-Esende), Boughanem ©; Valente (77’ Vuzi), Kusunga (72’ Moës), Delley; Chentouf.
Entraîneur : Hervé Musquère

UGS : Albuquerque; Formenti, Blanco, Verneuil, Cancelli; Mocanu (45’ Koum); Simo ©, Khadhraoui (26’ Kuzmanovic), Ameti, Gormond ; Eyer.
Entraîneurs : Philippe Tschiember et David Joye

Avertissement : Blanco.

 

Photos : Despondos Sporting Shoots

 

Share.