Loin de tout suspense, Veyrier s’adjuge la coupe genevoise

0

Juniors C / Au terme d’une rencontre parfaitement maîtrisée, Veyrier-Sports s’adjuge une coupe genevoise qu’il lorgnait depuis quelques temps. Bernex, déjà défait en automne dernier pour la promotion en Inter, a du s’incliner les armes à la main. Récit d’une finale qui a tenu toutes ses promesses.

Bon, ce n’est pas vraiment le temps idéal pour assister à un match de foot, entre ciel gris et crachin humide et désagréable, mais ce n’est pas ça qui empêchera la rencontre de se tenir dans de bonnes conditions malgré tout. Cette finale opposera deux équipes qui luttent en 1er degré dans le haut du tableau.

D’un côté, nous avons une équipe de Veyrier-Sports qui se promène en tête avec autant de victoires que de matchs joués, et qui aurait certainement dû se retrouver à batailler en Inter lors de ce 2ème tour, si Champel ne l’en avait empêché un samedi de novembre dernier. Une armada offensive impressionnante, une défense de fer, une sérénité à toute épreuve, l’adversaire du jour aura fort à faire. Le duo d’entraîneurs Cesareo-Creti est détendu lors de l’échauffement, leur groupe ne se met aucune pression, conscient de son potentiel. Cette coupe représente un bonus dans la saison, l’objectif étant la promotion en Inter, également en très bonne voie.

De l’autre côté, Signal Bernex s’apprête à jouer sa deuxième finale de la saison, après celle pour la promotion en C Inter, pour laquelle… Champel avait aussi mis son véto ! L’équipe du Coteau s’apprête à terminer un cycle de 5 ans avec son entraîneur Pascal Walker. Celui-ci attend beaucoup de cette partie, avec l’espoir que ses joueurs pourront obtenir cette récompense qu’ils méritent après tant d’années d’investissement sous sa houlette. Distancé en championnat par… Veyrier, il s’agit du dernier objectif de sa saison et ses joueurs feront tout pour lui offrir cette fin en apothéose, avant de monter en B la saison prochaine.

Départ en fanfare

Dirigée par un trio d’arbitres genevois, la rencontre démarre sans round d’observation. Les duels sont nombreux, âpres, mais corrects. Les Bernésiens sont les premiers à se montrer dangereux, et cela paie bien vite. Zappoli profite d’un absence de la défense veyrite pour déborder côté droit et offrir un bon ballon dans l’axe du but, Ortiz ne se fait pas prier pour donner l’avantage à son équipe (3’, 0-1). L’entame est pour les « jaunes », plus prompts dans la récupération du ballon et la récompense est donc justifiée.

Il n’en fallait pas plus pour faire réagir les Veyrites qui rentrent dans le match à leur tour. Strobel effectue un joli numéro à gauche de la surface bernésienne, avant de centrer en retrait, mais la frappe de Cavo est bien détournée par le portier Vauthier (6’).

Sur le corner, l’immense Martin s’envole au dessus de tout le monde pour catapulter la balle au fond des filets et remettre son équipe sur les bons rails (7’, 1-1).

Egalisation du grand Martin peu après l’ouverture du score bernésienne

Sur l’engagement, Veyrier récupère rapidement le ballon et une nouvelle frappe de Cavo remet Vauthier à contribution (8’). Cette fois, le match est bel et bien lancé, c’est de bonne augure pour la suite.

Les débats sont équilibrés, même si Veyrier montre un jeu au sol plus léché. Pourtant, après un départ canon, on retombe dans un faux-rythme, les occasions se faisant plus rares, et la balle qui change souvent de pieds dans l’axe du terrain. Il n’y aura en fait pas grand-chose à signaler jusqu’aux dernières minutes de cette première période, moment que choisissent les deux équipes pour tenter d’emballer la rencontre.

C’est d’abord sur un corner que Martin, spécialiste du domaine à Veyrier, se montre dangereux, mais sa tête file juste à côté (31’). De l’autre côté, Martins tente une frappe de 20 mètres, puis Kiss l’imite de plus loin encore, mais le gardien des « verts et noirs » s’interpose sans problème (32’).

La fin de mi-temps sera entièrement veyrite. Teicher donne l’avantage à son équipe d’une tête lobée sur une coup-franc parfaitement tiré (34’, 2-1), puis on reprend la même action, mais l’excellent Strobel ne peut trouver le cadre cette fois (38’).

Seconde mi-temps à sens unique

La pause est donc atteinte sur cet avantage logique pour Veyrier, qui a maîtrisé le jeu au sol et s’est crée les meilleures occasions. Bernex s’est souvent résolu à tenter des frappes de loin, ne parvenant pas à trouver la faille dans la défense des « verts et noirs ». Mais tout est encore jouable, les Bernésiens peuvent tout-à-fait revenir dans la partie, ils en ont les arguments. Reste juste à savoir les utiliser.

Il s’en est d’ailleurs fallu de quelques centimètres que Zappoli remette les deux équipes à égalité, sa reprise de volée sur un centre au 2ème poteau filant juste à côté du poteau de Creti (41’).

Le staff de Veyrier sent qu’il serait bon de se mettre à l’abri au plus vite, et exhorte ses joueurs à se montrer efficaces devant. Ceux-ci ont parfaitement reçu le message ! C’est d’abord Vitali qui enrhume son défenseur avant de frapper au but, mais Vauthier détourne en corner (48’). Sur celui-ci, la défense bernésienne est aux abois, et Strobel peut catapulter le ballon au fond des filets (48’, 3-1). Veyrier fait le break au meilleur moment, à tel point qu’ils ont maintenant la mainmise totale sur le match. D’autant plus qu’ils nous régaleront avec l’action du match quelques minutes plus tard. Une superbe séquence de jeu au sol en 1-2 touches pour déporter le jeu à droite, le centre de Pappalardo est mal capté par Vauthier, Teicher est au deuxième poteau pour parachever le travail (51’, 4-1). Propre, efficace, rien à redire…

Les Veyrites prennent le large grâce notamment à un doublé de Teicher, ici au duel avec un Bernésien

Et dans l’euphorie, ils ne s’arrêteront pas là : au terme d’une rupture rondement menée, Aigner a tout le temps pour décrocher une belle demi-volée qui troue littéralement le pauvre Vauthier livré à lui-même (54’, 5-1). Il n’y a plus de mystère sur le nom du vainqueur, le match étant déjà plié avant l’heure de jeu.

Bernex ne renonce pourtant pas et tente un barroud d’honneur dans les dernières minutes. Nicolet à la réception d’un corner (70’), puis Ortiz d’une frappe soudaine font briller Creti (72’), mais c’est l’omniprésent Kiss qui redonnera au score une allure plus présentable, par une percée rageuse dans l’arrière garde veyrite (74’, 5-2).

Veyrier se créera encore deux opportunités par Moullet en un contre un, et Aigner d’une frappe joliment détournée par Vauthier, mais le score en restera là.

La fête peut donc commencer pour les hommes de Cesareo et Creti, ils s’adjugent fort logiquement cette coupe genevoise au terme d’une rencontre parfaitement maîtrisée. Et ce n’est probablement qu’un début, ayant encore l’objectif de la promotion en C Inter en ligne de mire, ce pourrait être une saison mémorable pour le club du président Zanicoli.

Joie méritée pour les protégés de Cesareo et Creti

Du côté des Bernésiens de Pascal Walker, ils n’auront pas à rougir. Ils ont tout donné aujourd’hui, mais cela n’a pas suffi, l’opposition était trop forte. Ils auront néanmoins accompli une très belle saison, ne s’inclinant que sur la dernière marche lors des deux finales jouées, et ils auront fait partie des meilleures équipes genevoises de la catégorie.

Du point de vue du spectateur neutre, on aura assisté à une très belle finale, avec des buts, des belles actions et des joueurs à fort potentiel, même si le suspense ne valait pas celui d’une fin de saison du championnat anglais…

.

FC VEYRIER-SPORTS – SIGNAL FC BERNEX-CONFIGNON  5-2 (2-1)
Stade du Bois-des-Frères, environ 130 spectateurs

Buts : 3′ Ortiz 0-1, 7′ Martin 1-1, 34′ Teicher 2-1, 48′ Strobel 3-1, 51′ Teicher 4-1,  54′ Aigner 5-1, 74′ Kiss 5-2

Veyrier (3-5-2) : Creti – Rodrigues, Gervasoni, Pappalardo © – Palomo, Cavo, Ghazraoui, Martin, Aigner – Teicher, Strobel.
Remplaçants : Chacon, Vitali, Gay, Jesus, Moullet, Tavares, Vallée.
Entraîneurs : Stéphane Cesareo et Laurent Creti

Bernex (4-4-2) : Vauthier – P. Pillet, Zimmermann, Gallis, Heim – Ortiz, Mesot ©, Kiss, Nicolet – Ceccon, Zappoli.
Remplaçants : Besson, J. Pillet, Bruchon, Guzman, Martins, Dal Busco.
Entraîneur : Pascal Walker

 

Photos : OneClick-Photo

 

Share.