Vernier aux portes de la 2ème ligue inter

0

Menés 1-0 à la mi-temps du match au sommet, les Verniolans finissent par l’emporter et mettent déjà fin au suspense en championnat. Ils pourraient être sacrés champions dimanche prochain sur le terrain de Kosova.

C’est le genre de match qui décide une saison. Un match où le poursuivant se rend chez le leader pour lui rappeler qu’il veut prendre sa place et lui faire vivre une fin de saison difficile. Cela a failli être le cas, en tout cas durant les 45 premières minutes, jusqu’à ce que Vernier se relève et dise : « Cette année, c’est moi le patron ».

Carouge : une mi-temps quasi-parfaite, puis…

La tension qui règne dans ce type de rencontre peut se lire sur le visage des joueurs ainsi que lors des contacts très engagés, pas toujours maîtrisés. A titre d’exemple, deux grosses fautes dans les toutes premières minutes des Carougeois Howard et Arifi, avertissement inclus pour ce dernier, viennent nous l’illustrer. Le mot d’ordre de l’entraîneur Samuel Singarella semble être assez clair : « agressivité ».

La seconde garniture carougeoise était venue au Municipal de Vernier dans le but de contrer le potentiel offensif des Verniolans. La mission a été remplie durant les 45 premières minutes. Les ailiers Bua et Fellah ne parviennent pas à inquiéter les latéraux carougeois et la charnière centrale Boschetti-Rinaldi est bien en place.

L’une des pièces de cette charnière justement, José Boschetti, va même faire trembler les filets adverses : suite à un corner joué à deux, sur un centre-tir du très technique Roch, le défenseur central pousse le ballon au fond des filets pour l’ouverture du score (27’, 0-1). Un avantage mérité pour les Carougeois, plus entreprenants jusque-là et supérieurs au milieu de terrain.

Ouverture du score signée Boschetti

Entre temps, l’ailier Baumgartner, très actif, nous a donné une frayeur en perdant l’équilibre et en restant allongé par terre durant de longues secondes. Heureusement, rien de grave n’est à signaler mais le Carougeois est remplacé par précaution.

Un poison nommé Bua

Bien que le leader pousse en fin de mi-temps, notamment avec une tête à bout portant manquée par Camara sur un centre de Bua, l’heure du thé arrive au bon moment pour les Carougeois.

« Une première période décevante mais compréhensible. Nous nous sommes rassurés à la mi-temps, car nous savions qu’en posant le jeu et augmentant la verticalité et largeur, nous pouvions les mettre en difficulté », nous avouera Claudio Morelli.

Et il a vu juste. La seconde période ne ressemble en rien à la première. Plus conquérants, les Verniolans parviennent cette fois-ci à se montrer dangereux. Et à ce jeu-là, il y a à Vernier un joueur qui est, comme on dit dans le jargon, « en pleine bourre » : Kevin Bua.

L’attaquant des « blancs », décalé sur le côté gauche, va nous livrer un spectacle de débordements dont le latéral carougeois Sordillo, pourtant solide en première période, va s’en souvenir longtemps : centre-tir sauvé sur la ligne (48’), centre pour Bebyack qui manque le cadre (53’) et tir trop croisé en position excentrée (63’). Inexplicablement, aucune des actions ne fera mouche.

A force de pousser, les Verniolans vont parvenir à égaliser au milieu de la seconde période. Sur un long ballon de Camara, le latéral Hervo, monté aux avant-postes, se débarrasse du gardien Giorgi avant d’égaliser (65′, 1-1).

Le latéral Hervo au moment de l’égalisation

Malgré encore quelques montagnes ratées par les attaquants locaux, notamment Bebyack et Stevanovic, Vernier continuera à se ruer à l’attaque. Puis enfin, à 10 minutes du terme, la cerise sur le gâteau. Omniprésent sur son flanc gauche, le jeune Kevin Bua se débarrasse de deux défenseurs adverses avant d’allumer le poteau. Le ballon revient dans les pieds du capitaine Pais – frère du joueur carougeois – qui, comme un symbole, se charge d’offrir la victoire et 95% du titre à son équipe.

Le capitaine Pais inscrit le but libérateur

Morelli, des risques payants

Cette victoire verniolanne est aussi due, entre autres, au culot de l’entraîneur Claudio Morelli. A 1-1, ce dernier ne se contentait pas du match nul et a fait rentrer son attaquant Cacaj à la place de son défenseur Paul, afin de chercher la victoire et littéralement « tuer » le championnat.

Chose qu’il a atteinte avec brio, tant la supériorité de ses protégés était évidente lors de la seconde période en particulier, et durant tout le championnat de manière plus globale.

Le mentor du Municipal de Vernier était logiquement « satisfait pour le résultat, ce sont trois points qui pourraient être décisifs si nous abordons sérieusement le prochain match. On a besoin d’un point pour écrire une page historique pour notre équipe et surtout notre club… On ne va pas se déconcentrer pour autant, alors au travail durant toute cette semaine qui s’annonce, je le souhaite pour la famille verniolane, la plus belle de cette saison ! Pour la énième fois je félicite tout mon groupe (blessés et ceux qui n’ont malheureusement pas été alignés aujourd’hui). On a dégagé un caractère et sérieux qui furent émouvants. »

Grâce à un contingent bien fourni, le titre n’échappera pas aux Verniolans

Avec le sacre haut la main en 3ème ligue la saison passée, Claudio Morelli et toute sa troupe sont donc sur le bon chemin pour un second titre d’affilée et ainsi rendre hommage à leur cher président, M. Ozelley, disparu en novembre dernier. Ce sera peut-être déjà le cas dimanche prochain aux alentours de midi au stade de Frontenex.

 

FC VERNIER – ETOILE CAROUGE FC II  2-1 (0-1)
Stade municipal de Vernier, environ 150 spectateurs.

Arbitre : M. Détruche

Buts : 27’ Boschetti 0-1, 65’ Hervo 1-1, 80’ Pais 2-1

Vernier (4-2-3-1) : Marcon – Demba, Camara, Paul (74’ Cacaj), Hervo – Zeneli, Pais – Fellah (44’ Bebyack), Stevanovic (70’ Tranchet), Bua – Delattre.
Entraîneur : Claudio Morelli

Carouge II (4-2-3-1) : Giorgi – Sordillo, Boschetti, Rinaldi, Mikael Mendes – Arifi (46’ Guijarrot), Roch – Baumgartner (34’ Mike Mendes), Pais, Howard (70’ Mutombo) – Vitkieviez.
Entraîneur : Samuel Singarella

Avertissements : Zeneli et Bua (Vernier) ; Arifi (Carouge II)

 

Photos : OneClick-Photo

 


Share.