Onex, quel gâchis !

0

Un CS Italien parfois héroïque et souvent chanceux obtient un point inespéré face à des Onésiens qui enchaînent leur deuxième match nul consécutif.

Les ambitions de CS Italien en ce dimanche étaient limpides : éviter à tout prix de subir les foudres onésiennes qui ont déjà fait bon nombre de victimes cette saison. Les corrections infligées à Geneva, Chênois II ou encore Kosova n’inspiraient guère à l’optimisme.

Toutefois, les locaux sont empruntés en ce début de rencontre et concèdent même une occasion après deux minutes de jeu par l’intermédiaire de Huguein dont la frappe n’inquiète pas Vaucher. Les mauvaises conditions n’aidant pas au beau jeu, les approximations techniques se succèdent et dénaturent ce début de match. Les duels à mi-terrain sont légion et l’on peine d’un coté comme de l’autre à imposer un rythme à cette partie.

Les quelques fulgurances des « Verts », comme ce très bon mouvement initié par Borcard et Palma à la 7ème minute, viennent donner des sueurs froides à la défense des visiteurs. Mais déjà, le manque de présence dans la surface de vérité se fait cruellement sentir et Seljmani ne peut reprendre.

À partir de la 20ème minute seulement, la partie commence à se dessiner et les locaux mettent la pression sur leurs adversaires. CS Italien perd le ballon de plus en plus bas et les assauts se succèdent. Dubosson, inhabituel milieu droit, déborde et centre pour Borcard, dont la tête est trop croisée. On retrouve Dubosson trois minutes plus tard à la frappe. L’essai s’envole mais les intentions sont plus claires.

Les hommes de l’entraîneur Del Rosso plient mais refusent de rompre. En face, les Onésiens font preuve d’une grande maladresse dans le dernier geste et manquent cruellement de poids dans la surface. En effet, les exils de Palma sur le coté font mal à l’arrière garde du CS Italien mais dépeuplent la surface de réparation. Les centres se succèdent sans vraiment inquiéter outre mesure le portier Dewarrat. On attendra donc la 41ème minute pour vibrer véritablement lorsque l’infatigable Nuredini vient placer sa tête sur corner. Le portier des « bleus » repousse l’essai au prix d’un réflexe impressionnant.

Nuredini en action

C’est donc sur un score nul et vierge que les deux équipes retrouvent les vestiaires à la pause. Les fidèles supporters onésiens croient en la victoire même si l’agacement provoqué par le manque d’efficacité fait jaser.

Onex, Onex, et rien qu’Onex…

La seconde période commence sur les mêmes bases que la première. Les locaux, probablement secoués par le démonstratif Hochstrasser à la pause, reprennent leur marche en avant et s’en vont acculer CS Italien dans leur moitié de terrain.

Les visiteurs tentent alors de casser le jeu et vont récolter pas moins de cinq cartons jaunes en deuxième mi-temps.  À la 50ème minute, le central Monnard coupe la trajectoire du coup-franc de Seljmani devant Dewarrat mais ne peut ajuster sa tête qui passe finalement à coté. Cinq minutes plus tard, Borcard, encore sur coup-franc, dépose le ballon au deuxième poteau pour Gremion. L’autre central onésien, en bonne position, est bousculé et ne peut reprendre. Bronca dans les travées du « chaudron » mais l’arbitre fait signe de jouer.

Déjà 5 blanchissages cette saison pour la charnière Monnard-Gremion

La tension est palpable mais Onex ne relâche pas son emprise sur le match. À la 68ème, un débordement de l’excellent Bagnoud prend à défaut la défense adverse mais son centre ne peut être repris victorieusement par Seljmani pourtant en bonne position.

Première véritable incursion du « CS » à la… 87ème minute !

Les minutes s’égrènent au tableau d’affichage et le score ne bouge toujours pas. Sans se décourager, les coéquipiers du capitaine Borcard remettent inlassablement l’ouvrage sur le métier. Ce dernier va même trouver le poteau à la 78ème minute sur un coup-franc travaillé que personne ne peut toucher.

Mais les malheurs onésiens ne s’arrêtent pas là puisque six minutes plus tard, sur un renversement de Dubosson, le remuant Seljmani contrôle en pleine course et adresse une frappe croisée que Dewarrat voit s’écraser à nouveau sur le montant. C’en est cette fois trop pour les Onésiens qui semblent désormais résignés de se voir ainsi ignorés par la réussite.

On croira même au hold-up parfait lorsque que Rodrigues est servi dans la surface à la 87ème minute. Probablement extenué par les efforts défensifs effectués tout au long de la deuxième période, l’attaquant du « CS » frappe au-dessus et ne peut crucifier les Onésiens. Plus rien ne se passera et les « verts », incrédules, voient deux points filer loin de leur escarcelle.

La déception est immense comme le confirme l’entraineur Hochstrasser : « Je suis frustré, on doit gagner ce match dix fois. Il y a deux poteaux, aucune occasion pour l’équipe adverse. Malgré tout il faut rester solidaires et continuer le championnat ». Interrogé sur le manque d’efficacité offensive, Hochstrasser reprend : « On a perdu deux attaquants mercredi (ndlr : contre Compesières), donc peut être que cela vient de là. »

Du coté des coéquipiers du capitaine Matri, ce match nul est fêté comme une victoire et l’expression de joie des joueurs de Del Rosso tranche nettement avec la mine déconfite des Onésiens. Ce dernier ne se voilait pourtant pas la face après la partie : « Aujourd’hui nous avons rencontré la meilleure équipe du groupe. Nous avons fait ce que nous avons pu, avec les moyens du bord. Ce point est positif, reste à savoir s’il est mérité. Sur l’ensemble de la partie, bien sûr qu’Onex méritait la victoire mais ce point nous fait du bien. Je souhaite bonne chance à l’excellente équipe d’Onex pour la suite du championnat. »

Au classement, CS Italien continue d’engranger des points qui les éloignent de la barre tandis qu’Onex apprend avec bonheur le résultat nul de Veyrier mais voit Plan-les-Ouates prendre la première place. Ambiance de feu garantie aux Cherpines dimanche pour le prochain rendez-vous de la formation onésienne !

.

FC ONEX – CS ITALIEN 0-0
Stade municipal d’Onex, environ 80 spectateurs

Onex (4-4-2) : Vaucher – Bagnoud, Gremion, Monnard, Teixeira – Dubosson, Nuredini (80′ Ismalji), Beausoleil, Seljmani – Borcard © (80′ Meireles), Palma.
Entraîneur : Patrick Hochstrasser

CS Italien (4-4-2) : Dewarrat – Entrotti, Souto (44′ Rodrigues), Matri ©, Rosset – Hess (65′ Moutinho), Makabi, Fouda – Huguein – Iseli, Martinez (60′ Ferreira).
Entraîneur : Raffaele Del Rosso

Avertissements : Gremion et Teixeira (Onex) ; Huguein, Hess, Iseli, Matri, Rodrigues (CS Italien)

 

Share.