Sow : « Je ne me fais pas de souci pour l’équipe »

0

Le capitaine de Collex-Bossy, Malick Sow, arrête la compétition en 2ème ligue inter. Désormais, c’est avec les vétérans collesiens qu’il continuera à gagner des duels. Interview.

Si vous vous êtes baladés du côté du Stade Marc Burdet durant les sept dernières années, vous ne serez pas passés à côté d’un grand numéro 15. Malick Sow, défenseur sénégalais aux mille surnoms (Malmack, Jules Sowsar, Sowka Dance, Malmö, Vache à mille, etc.), ne jouera plus avec la première équipe collesienne en 2ème ligue inter.

Joueur emblématique du FC Collex-Bossy, apprécié tant par ses coéquipiers sur le terrain que par ses coéquipiers de la SIP, personnalité du football genevois des années 2000, capable de se déguiser en Jules Cesar à une soirée « années 80 », Malick Sow, bientôt 34 ans, vient de prendre sa retraite en actifs à pour rejoindre la section vétérans des « Chevaliers ». Proxifoot est allé à la rencontre du joueur et de l’homme.

.

Proxifoot : Malick, parle nous un peu de ton choix. Pourquoi la retraite a mi-saison ?
Malick Sow : J’y pensais depuis deux saisons déjà. Je suis arrivé à un moment de ma vie où je n’avais plus la même envie qu’auparavant et, comme je n’aime pas faire les choses à moitié, je me suis dis qu’il était préférable d’arrêter avant que ce soit la saison de trop.

Le même entraîneur (Pierre-Yves Liniger) depuis 7 saisons, ça crée des liens, jamais de tensions ?
Effectivement ça crée des liens, et c’est la raison pour laquelle il m’a fait confiance, au point de faire de moi son capitaine. Vous savez, Linus (ndlr : le surnom de Liniger) est comme moi, quelqu’un d’hyper passionné, et quand deux personnes de caractère et passionnées se côtoient, il arrive que le ton monte, mais il redescend aussitôt tant nous sommes sur la même longueur d’onde. De plus, Linus est quelqu’un qui a énormément de valeurs et de principes, tout ce que j’apprécie chez une personne.

Qu’est ce que ça fait de jouer au football avec son président ?
Personnellement, sur le terrain ça ne change rien, même si ça n’a pas été facile tous les jours tant il est une personne exigeante envers elle-même, et par conséquent forcément avec les autres aussi (rires). Je profite de l’occasion pour lui dire un grand merci pour toutes ces années passées ensemble, autant comme coéquipier que comme ami. Je souhaiterais aussi le féliciter car il a su donner un nouvel élan au club et à la première, il est vraiment difficile de nos jours de trouver une personne qui agit avec autant de professionnalisme dans un milieu d’amateur.

Le président/gardien de Collex, Mehdi Derouazi, a encadré le maillot de Sow (Photo: Collex-Bossy)

Penses-tu que l’équipe va s’en sortir sans ta détente légendaire sur les coups de pied arrêtes défensifs ?
Je ne pense pas, non, vraiment pas, mais je leur souhaite bonne chance (rires). Plus sérieusement, je ne me fais vraiment pas de soucis pour l’équipe, le « prési » à su faire venir des jeunes et bons joueurs qui sauront perpétuer la philosophie du club.

On a dit de toi que tu pouvais parfois être « rugueux » sur le terrain, qu’en penses-tu ?
(Rires) On a parfois dit que j’étais un joueur rugueux c’est vrai, mais je n’ai jamais blessé personne. Il m’arrive souvent de gueuler sur le terrain, c’est tout simplement parce que je hais la défaite plus que tout.

Quel est ton meilleur souvenir de tes années collesiennes ?
Il m’est vraiment impossible de n’en garder qu’un seul, j’ai rencontré tant de personnes formidables durant ces 7 années.

Après avoir affronté Sion en 2010, Sow et Collex reçoivent Lausanne en 2011 en Coupe suisse (Photo: OneClick)

Et l’avenir, comment tu vois tes prochaines années dans le monde du football ? Est-ce que ton président a du souci a se faire pour son poste ? As-tu la fibre de l’entraîneur ?
Le « prési » peut dormir sur ses deux oreilles, à choisir je me verrais plutôt entraîneur mais je vais être sincère avec vous, ça ne se fera probablement pas.

Le meilleur joueur avec qui tu aies eu la chance de jouer ?
J’ai eu la chance de jouer avec beaucoup de bon joueurs, mais sans aucun doute je vous dirais Ivan Morales ou Rudi Elmira.

Le joueur qui t’a fait le plus de misères sur le terrain ?
J’ai croisé beaucoup de bons joueurs mais je n’ai pas souvenir d’un en particulier qui m’aurait causé des misères (rires)..

Le match que tu as joué dont tu changerais l’issue si tu en avais le pouvoir ?
Les deux finales de Coupe genevoise perdues à chaque fois contre Meyrin, beaucoup de regrets.

Lors d’une des deux finales perdues contre Meyrin II (Photo: IV Sport)

Le match que tu as regardé dont tu changerais l’issue si tu en avais le pouvoir ?
Le quart de finale de la coupe du monde 2002 contre la Turquie, quand le Sénégal prend un but à deux minutes de la séance des penaltys.

Le surnom « Malmö » vient-il de ton pays d’origine, la Suède ?
C’est un surnom qu’on m’a donné après un enterrement de vie de garçon à Stockholm, peut-être aussi pour ma ressemblance avec un suédois c’est vrai….

La non-qualification du Sénégal pour la CAN alors que tu t’étais pourtant proposé dans l’entrejeu pour aider l’équipe ?
C’est vraiment dommage je trouve, car nous avons une très bonne génération. C’est peut-être un mal pour un bien pour 2014 qui sait… Mais globalement, je trouve que le véritable problème du football africain, c’est tout ce qui gravite autour. Les jeunes africains font souvent face à une grande pression extra-sportive, c’est pour beaucoup un des seuls moyen de s’en sortir financièrement. Si on ajoute à ça les pressions d’hommes politiques qui ont tendance à s’approprier les victoires et à fustiger assez facilement les défaites, ça ne donne pas un climat positif dans lequel s’épanouir, et ça dénote un manque flagrant de professionnalisme.

.

Pour finir, laquelle de ces affirmations te semble la plus cohérente :

a) L’échauffement avant un match, ça ne sert à rien, c’est bien connu.
b) Ni Cristiano, ni Messi, le meilleur c’est Yaya Touré.
c) La Löwenbrau, c’est pour les perdants.

La C, sans hésiter (rires) !

.

Un grand merci à toi Malick pour ton enthousiasme et ta disponibilité, Proxifoot te souhaite une belle deuxième jeunesse en vétérans !

.

Pour Proxifoot, Kendrick.

 

Share.