Chênois n’a pas pu s’opposer aux aspirations lausannoises

0

Le leader Stade Lausanne s’impose aux Trois-Chêne sur le score de 0-4.

L’obstacle semblait difficile à surmonter. Co-lanterne rouge du classement avec aucun point au compteur en trois journées, Chênois recevait le leader Stade Lausanne qui compte ses matchs en victoires.

Pour cette affiche, les locaux choisissent une tactique défensive (5-4-1) pour essayer de contrer une équipe lausannoise aux ambitions affichées cette saison. Dans ce contexte, un des mots, si ce n’est le principal, est évidemment le renforcement défensif. Mais de là à s’imaginer que Chênois puisse s’imposer demande une grande dose d’optimisme.

Rushenguziminega se montre

Les visiteurs monopolisent d’emblée le ballon mais sans inquiéter réellement le portier Pietrini. En attaquant le porteur de la balle avec énergie, les Chênois sont parviennent a stopper les assauts adverses. Mais cette opposition n’a duré que 25 minutes, le temps nécessaire à Quentin Rushenguziminega, meilleur buteur du championnat avec déjà huit réussites en trois matches, de profiter de sa première occasion pour ouvrir le score (25′, 0-1).

RushenguziminegaQuentin

Déjà 9 buts pour Rushenguziminega, ancien joueur d’Echallens et Nyon (Photo: stadenyonnais,ch)

Au terme d’une première mi-temps plus disputée que réellement attractive, le Stade-Lausanne-Ouchy contrôle la situation.

Pour le seul attaquant des « Rouges », le brave Gaio, marquer est devenu rapidement une mission impossible à réaliser. Il a eu le mérite de ne jamais renoncer. Avec une seule unité de retard au moment de la pause, les espoirs de l’équipe locale sont encore intacts.

Chênois n’a pas tenu la distance

Judicieusement organisés, les Stadistes se bonifient au fil des minutes. En ouvrant le score, ils ont réalisé le plus dur en première période. Sûrs d’eux, ils s’appliquent à faire circuler le ballon, obligeant les hommes de l’entraîneur Bua à faire beaucoup d’efforts pour tenter de le récupérer.

Juste avant l’heure de jeu, sur un coup franc tiré de la gauche par Rochat, entré en jeu en début de seconde période, un coup de tête parfait de Kaissi permet à son équipe de doubler la mise (59′, 0-2).

L’entraîneur Angel Bua, afin d’améliorer son rendement offensif, demande à ses joueurs d’évoluer en un 4-3-3 plus rationnel. Trois changements ont été nécessaires en peu de temps, sans résultat tangible, puisqu’au contraire, ce sont les Vaudois qui vont prendre le large dans les dernières minutes : une bonne combinaison de jeu entre les attaquants stadistes permet à Rochat d’inscrire le troisième (81′), puis c’est Badibanga qui a l’occasion, pour fêter son introduction sur la pelouse, de sceller le score définitif (88′).

Pour l’entraîneur Bua, le sort de la rencontre s’est joué sur de petits détails, « le manque de concentration par exemple. Pourtant, au cours de cette partie, j’ai noté des progrès intéressants ». Pour son équipe, les choses se corsent : aucun point et aucun but depuis le début de la saison. Le prochain match contre Signal Bernex prend déjà une grande importance.

Gaio-Chenois

Carlos Gaio (Photo: IV Sport, archives)

Au Stade Lausanne-Ouchy, Quentin Rushenguziminega fait figure d’épouvantail. Mais les futurs adversaires de cette formation ne doivent pas croire qu’il est le seul à surveiller. Le niveau technique de cette équipe est impressionnant, aucun point faible est à mentionner. Pas de doute, ce groupe sera difficile à battre. Pour y parvenir, son adversaire devra réussir un match parfait. Pour l’entraîneur, Andrea Binotto, il est encore trop tôt pour désigner son équipe comme le grand favori de la compétition : « On fera le point à la fin du premier tour. Je connais assez mal les équipes genevoises mais je pense que Servette M-21, Collex-Bossy et Plan-les-Ouates ont les moyens de nous inquiéter sérieusement.

 

CS CHÊNOIS – FC STADE-LAUSANNE-OUCHY  0-4 (0-1)
Stade des Trois-Chêne, 80 spectateurs.

Buts : 25’ Rushenguziminega 0-1, 59’ Kaissi 0-2, 81’ Ruchat 0-3, 88’ Badibanga 0-4

Chênois (5-4-1) : Pietrini – André, Isabey (55’ Wana), Belabbas, Garcia, Olivieri – Ramiqi (77’ Gasama), Réaut, Martello (64’ Rodrigues), Sattgun – Gaio.
Entraîneur : Angel Bua

Stade Lausanne (4-3-3) : Castejon – Danner, Kaissi, Papa, Karac – Fungilo, Demiri (46’ Rochat), Tebib – Soos (46’ Allouchi), Rushenguziminega (82’ Badibanga), Ngindu.
Entraîneur : Andrea Binotto

Avertissements: Réaut et Belabbas (Chênois)

 

Pour Proxifoot, Daniel Patek

 

Share.