Kilian Pagliuca, un Genevois qui monte en puissance à Lyon

0

Le meilleur centre de formation de France compte dans ses rangs un attaquant genevois : Kilian Pagliuca. Interview.

Pour les plus anciens de nos lecteurs, il est le fils de Roberto Pagliuca, mythique gardien de l’US Meinier toujours en activité chez les vétérans. Autour de l’an 2000, lors des matchs de son papa dans l’ancien Stade municipal de Meinier, le petit Kilian était toujours là, ballon en main, non seulement pour encourager son père mais aussi pour attendre la mi-temps et déjà faire trembler les filets.

Le parcours du jeune Kilian en terres genevoises est classique pour un joueur de qualité : Meyrin jusqu’à l’âge de 13 ans, puis Servette de M13 à M17, en même temps que le centre de préformation de l’ASF à Payerne. En 2012, c’est le grand saut au centre de formation de Lyon.

Dans le Rhône-Alpes, les compteurs continuent à exploser : 16 matchs avec les U17 et 15 buts à la clé lors de sa première saison. Cet été, le Genevois fait un nouveau saut en intégrant les U19. Il alterne même les présences avec la réserve lyonnaise, en CFA, où évoluent également deux autres Genevois plus vieux que lui : le gardien Jérémy Frick (20 ans) et le milieu de terrain Kevin Tsimba (19 ans), frère du Meyrinois Cédric Tsimba.

A 17 ans, le jeune talent garde les pieds sur terre et ne pense pas encore à la première équipe. Il sait qu’il faut y aller pas à pas et pour l’instant, le mot d’ordre n’est autre que le travail.

Kilian-Pagliuca-3

Photo: Kevin Mesa

 

Salut Kilian. Avant toute chose, quels souvenirs gardes-tu de ton père lorsque tu allais le voir jouer à Meinier ?
J’étais encore petit, je ne me souviens pas beaucoup de mon père sur le terrain. Je sais que je passais tous mes dimanches avec ma maman au bord du terrain, j’ai joué des heures et des heures sur ce terrain de Meinier.

Est-ce que tu as hérité de son côté un peu… taré ?
(Rires) Non, je ne suis pas taré comme papa, mais j’ai deux ou trois points de caractère similaires à lui. Il m’a appris la gagne, que dans la vie rien n’est facile, qu’il faut travailler encore et encore ! Tout ça, je l’ai pris de mon père. Moi, je veux juste le rendre fier et aujourd’hui je pense qu’il est fier de son fils.

Passons à ton actualité. Comment un petit suisse comme toi est-il arrivé dans un des meilleurs centres de formation d’Europe ?
L’OL me suivait depuis pas mal de temps et, après mes deux années au centre de préfo’ à Payerne, j’ai rejoint l’OL.

Comment se déroule une journée normale pour toi ? Et les études ?
Je suis à l’école comme tous les ados. Je finis les cours à 15:30 et je vais à l’entraînement. Le mercredi, je n’ai pas cours. Je suis dans un lycée sportif, je suis une scolarité normale malgré mes absences dues notamment à la sélection.

Est-ce qu’à ton âge, ils vous apprennent déjà à traiter avec les médias ?
On a déjà eu des réunions sur ce sujet. Nous devons faire très attention car nous sommes contrôlés. Un petit tweet déplacé peut avoir de lourdes conséquences.

Tu as récemment eu ta première expérience avec le football des « adultes » en jouant avec la CFA. Il y a une beaucoup de différence par rapport à ce que tu connaissais ?
J’ai fait la préparation avec la CFA, ensuite j’ai disputé un match amical. Et depuis le début de saison, j’ai fait deux apparitions dans le groupe. C’est un niveau plus élevé, avec beaucoup d’anciens pros, des joueurs plus physiques, plus expérimentés. Tout va plus vite.

Quels sont tes rapports avec les Genevois de l’équipe CFA, Frick et Tsimba ? Il y a-t-il une « solidarité genevoise » entre vous ?
Je traîne souvent avec Tsimba, dans le car ou aux entraînements, on est souvent ensemble. Je l’apprécie beaucoup, c’est vraiment un très bon pote. Frick est plus avec les pros donc je le vois moins souvent. Mais il me parle souvent, me recadre et me conseille.

U17, U19, CFA… Il ne te reste qu’un pas à franchir avant l’équipe première. Tu te sens prêt ?
Je ne pense pas encore à l’équipe première. Je ne veux pas sauter les étapes, chaque chose en son temps, mais si j’ai l’opportunité de m’entraîner ou de jouer en Pro, je serai prêt à 200% !

Depuis quelques années, par faute de moyens financiers, Lyon doit miser sur ses jeunes. On imagine que c’est une bonne nouvelle pour vous, les joueurs du centre de formation ?
Oui, c’est clair ! Le club fait confiance aux jeunes, c’est bien pour nous, après il faut prouver chaque jour à l’entraînement qu’on mérite de signer Pro.

Parle-nous des « pros » qui ont passé du temps avec l’équipe réserve, comme Gomis et Briand cet été ou Govou en ce moment. As-tu pu les côtoyer ? Comment sont-ils avec vous ?
En CFA, on voit souvent des pros redescendre, c’était le cas avec Bafé Gomis et Jimmy Briand durant la préparation estivale. Ils ont toujours donné le meilleur d’eux mêmes avec nous, ils travaillaient très dur. Ils avaient aussi un rôle de grands frères avec nous. Mais le travail est toujours récompensé ! La preuve, Jimmy a donné la victoire à la 93ème minute contre Saint-Etienne. Les pros sont gentils avec nous, je pense notamment à Lacazette qui est comme mon grand frère, on se parle très souvent, il me conseille, m’aide, il est toujours là pour moi.

Où rêverais-tu te faire tes débuts avec l’équipe première : à Gerland ou dans le futur Grand Stade (inauguration prévue en 2016) ?
Jouer à Gerland serait beau, c’est un stade mythique qui a connu de grands moments.

Revenons-en au football genevois. Est-ce que tu suis l’actualité du Servette FC ?
Oui, je la suis toujours. Servette est mon club de coeur. Je salue tous mes anciens entraîneurs sans qui je ne serais pas là aujourd’hui ! Egalement mon entraîneur à Meyrin, Laurent Cardon, qui m’a permis de rejoindre Servette.

Quels joueurs de ton époque chez les jeunes servettiens aimerais-tu saluer par le biais de cette interview ?
Mes coéquipiers en sélection, j’espère qu’ils apparaîtront en Super League avec Servette dans quelque temps ! Je suis souvent en contact avec Moubandje qui joue à Toulouse, on s’appelle de temps en temps.

Et pour finir, quelles sont les prochaines échéances avec l’équipe suisse ?
En U18, il y a seulement des matchs amicaux. Ensuite, en U19, on préparera la qualif’ pour l’Euro.

Kilian-Pagliuca-2

Photo : football.ch

 

BIO EXPRESS

Date de naissance : 2 septembre 1996

Parcours en club :
Jusqu’en 2008 : FC Meyrin (juniors)
2008 – 2012 : Servette FC (juniors)
Depuis 2012 : Olympique Lyonnais, U17 puis U19 et CFA

Equipe suisse : M17 et M18

Suivez l’actualité de Kilian : sa fiche sur le site officiel de l’OL, sa page Facebook et son compte Twitter.

Share.