« Le maillot de Walter Samuel est déjà réservé, donc je prendrais bien celui de Streller »

0

Le CS Italien vit une semaine exceptionnelle qui se concrétisera samedi avec la réception du FC Bâle en coupe suisse. Prise de température du côté du Bois-de-la-Bâtie.

Les juniors, les seniors, la Une, la Deux… Tout le monde se connaît et se salue au Bois-de-la-Bâtie. Le CS Italien, dont le slogan est « Plus qu’un joueur, plus qu’une équipe, un club », vit une semaine anormalement agitée. « On se demande pourquoi ! », plaisante un joueur de la deuxième équipe avant le traditionnel footing de préparation estivale dans les bois.

Le club du président Marco Longo recevra en effet samedi l’ogre bâlois en 1/32 de finale de coupe suisse. Cette semaine, ce petit club formateur qui fête ses 70 ans cette année connaît une médiatisation exceptionnelle. La star du jour ? Guillaume Dewarrat, le gardien-électricien de l’équipe, accueilli sous les applaudissements après le portrait dressé dans le quotidien Le Matin du mardi 19 août. Dans les jours à venir, ce sera au tour de Maxime Antonilli, joueur mais aussi responsable juniors, d’être mis en avant par la RTS.

Si le match de coupe suisse que les 14 chanceux disputeront samedi aux Arbères est probablement une occasion qui ne se présente qu’une fois dans une vie, les pensionnaires du Bois-de-la-Bâtie ne se prennent pas la tête pour autant. L’ambiance y est bon enfant et on pose dans la bonne humeur pour la photo qui paraîtra dans la Tribune de Genève.

Maillot-CSitalien

Le maillot spécial pour la rencontre

Ce rendez-vous hors du commun rappelle à l’entraîneur Raffaele Del Rosso son époque de joueur : « Lorsque je jouais à Meyrin, nous avons affronté Servette en coupe suisse. Et on a même frôlé l’exploit, puisqu’à la 80ème minute nous menions encore 1-0, avant de perdre 1-3 ». Du côté des joueurs, la majorité était déjà présente il y a deux saisons face au FC Schaffhouse (défaite 1-5), mais ce rendez-vous n’est pas comparable.

Comme on aime le répéter du côté du CS, il y avait une chance sur 63 de tirer au sort le club de référence en Suisse. Pour l’occasion, le président, avec l’aide des sponsors, permettra à ses joueurs de vivre pendant 24 heures comme des footballeurs professionnels, avec une mise au vert dans un hôtel 5 étoiles et une arrivée en car au Stade des Arbères.

Un bien joli geste, bien que l’entraîneur Del Rosso craigne que cette mise au vert soit un cadeau empoisonné : « J’ai peur que cela crée une pression supplémentaire. Les joueurs n’ont pas l’habitude de passer 24 heures ensemble. J’espère qu’ils n’arriveront pas au stade complètement épuisés car ils auront fait le match quatre fois dans leurs têtes. Mais sinon, cela restera un super souvenir ! »

L’objectif sera bien entendu de ne pas « prendre une valise », comme on dit dans le jargon, face à une équipe qui aura déjà joué 6 journées de championnat. « Ce sont des pros et ils vont venir préparés. La semaine dernière, ils ont filmé notre match amical contre US Carouge », prévient Del Rosso. Si Eric Martinez, buteur contre Schaffhouse en 2012, sera suspendu, ses coéquipiers rêvent à leur tour de faire trembler les filets bâlois samedi.

Pour affronter les Rhénans, les joueurs du CS Italien arboreront un maillot spécial. Ils sont électriciens, stagiaires dans une banque ou étudiants… si le football est leur passion, cela n’en reste pas moins un hobby pour eux. Avant de savoir qui héritera du maillot de Walter Samuel –ancien défenseur de la Roma, de l’Inter et du Real Madrid notamment–, certains se sont prêtés au jeu des questions-réponses !

 

Ivan-BlancoIVAN BLANCO (22 ans)

Qu’est-ce cela te fait de vivre comme un joueur professionnel pendant 24 heures ?
C’est une expérience unique, je pense qu’on ne va pas la vivre plusieurs fois dans notre vie. Cela nous permet de voir comment les pros gèrent une rencontre, comment ils se préparent. Et cela nous permettra de voir la différence si effectivement de notre côté on se prépare comme il faut ou pas.

Si tu avais pu être pro, dans quel club aurais-tu voulu jouer ?
Le Barça, c’est sûr, aucun autre club.

Préfèrerais-tu garder le maillot spécial du CS Italien en souvenir ou l’échanger avec un joueur bâlois ?
Cela dépend, s’il y un joueur qui m’a vraiment marqué pendant le match et qui a fait un super match, j’aimerais bien l’échanger avec lui. Comme on va en recevoir deux, on a la possibilité d’en garder un donc l’autre on pourra l’échanger ou le donner à une membre de notre famille ou à un ami.

Si tu pouvais récupérer un maillot bâlois, lequel choisirais-tu ?
La vérité, c’est que je ne connais pas trop les joueurs du FC Bâle. Samuel est déjà réservé, donc je dirais Streller !

 

Jordan-Kisunda-VisiJORDAN KISUNDA-VISI (20 ans)

Qu’est-ce cela te fait de vivre comme un joueur professionnel pendant 24 heures ?
Déjà, ça fait rêver ! Ça fait clairement bizarre parce qu’on a l’habitude de voir ça à la télé et on ne l’a jamais vécu en vrai. Le vivre au moins une fois dans sa vie, sachant qu’on est amateurs, ça peut être intéressant.

Si tu avais pu être pro, dans quel club aurais-tu voulu jouer ?
Je pense Chelsea ou Marseille.

Préférerais-tu garder le maillot spécial du CS Italien en souvenir ou l’échanger avec un joueur bâlois ?
Je pense que je préférerais le garder.

Si tu pouvais récupérer un maillot bâlois, lequel choisirais-tu ?
Je dirais Serey Die.

 

Sergio-NascimentoSERGIO NASCIMENTO (25 ans)

Qu’est-ce cela te fait de vivre comme un joueur professionnel pendant 24 heures ?
Je pense que c’est une bonne expérience, ça met un peu la pression même si ce sera un match difficile. Ça va être très dur contre Bâle mais je pense que ça va faire du bien à certains joueurs qui n’ont jamais eu l’occasion de vivre ça.

Si tu avais pu être pro, dans quel club aurais-tu voulu jouer ?
Real Madrid.

Préférerais-tu garder le maillot spécial du CS Italien en souvenir ou l’échanger avec un joueur bâlois ?
Je veux échanger mon maillot contre la chemise de Paulo Sousa. On est de la même nationalité et je regardais toujours ses matchs quand il était joueur, je l’aimais bien. Et je pense qu’en tant qu’entraîneur il va faire du bon boulot à Bâle.

 

Arzan-IdriziARZAN IDRIZI (20 ans)

Qu’est-ce cela te fait de vivre comme un joueur professionnel pendant 24 heures ?
C’est quelque chose de fou parce qu’on vit ce que les pros vivent chaque semaine. Pour des joueurs amateurs de 2ème ligue comme nous, ça fait rêver.

Si tu avais pu être pro, dans quel club aurais-tu voulu jouer ?
Liverpool.

Préférerais-tu garder le maillot spécial du CS Italien en souvenir ou l’échanger avec un joueur bâlois ?
Je préférerais le garder, c’est quand même un beau souvenir.

Si tu pouvais récupérer un maillot bâlois, lequel choisirais-tu ?
Sûrement Streller.

 

 

Share.