Meyrin n’est plus en Terre Sainte

0

Au cours d’un match sans relief, Meyrin concède une 7ème défaite en huit matches et s’enfonce un peu plus dans les bas-fonds du classement. L’US Terre Sainte, quant à lui, enregistre sa troisième victoire et confirme que le Stade des Arbères lui réussit plutôt bien après être déjà venu s’imposer en mai dernier.

Après une entame de championnat catastrophique avec, notamment, trois matches à domicile pour autant de défaites, les Meyrinois voulaient renouer avec un succès sur leurs terres qui les fuit depuis plus depuis plus de dix mois. Les Copétans, eux, avaient à cœur d’effacer leur défaite à Fribourg et de signer une deuxième victoire à l’extérieur pour lancer définitivement leur saison.

L’efficacité des Vaudois

C’est dans des conditions climatiques agréables et sur une belle pelouse que débute ce duel de mal classés. Le premier quart d’heure est nettement plus maîtrisé par Terre Sainte qui entre beaucoup mieux dans la partie grâce à Alessandro Albii. Le numéro 10 s’intercale parfaitement entre les lignes et sur quelques grigris chatoyants, fait étalage de tout son bagage technique. C’est d’ailleurs lui qui allume la première mèche après un raid solitaire qui se termine sur un face-à-face remporté par le gardien Guedes (20′).

Meyrin tarde à se réveiller et son quatuor offensif peine à trouver des espaces dans une défense vaudoise très regroupée. L’impact physique imposé par le duo J. Golay/Muputu au milieu de terrain fait mal à la paire Mazolo/Yagan et finit par payer puisque, Fabio Albii, le frère d’Alessandro, se joue d’une charnière centrale meyrinoise fébrile et ouvre le score (30′, 0-1).

Cinq minutes à peine après le 0-1, l’US Terre Sainte fait le break sur une tête de Bryand qui profite d’une sortie complètement manquée du jeune portier Guedes (35’, 0-2). Un coup dur pour Meyrin qui réplique dans la foulée par un face-à-face mal négocié de son meneur de jeu Leal, qui pousse trop loin son ballon (36’). La dernière occasion franche de la première période est à mettre à l’actif de Bajrami, qui à la suite d’une belle triangulation sur le côté gauche, enlève trop sa frappe au point de pénalty.

Meyrin-TerreSainte-1415-2

Bajrami, pressé par Soares

Meyrin essaye mais n’y arrive pas

Après la pause, les Meyrinois, contraints d’attaquer pour refaire leur retard, se décident à prendre le jeu à leur compte et emballent rapidement la seconde période. Les changements tactiques apportés par le nouvel entraîneur en chef, Carlos Alves, avec l’introduction de Kévin Perroux au cœur du jeu et le passage à trois défenseurs, s’avèrent fructueux puisque, Besnard devance son vis-à-vis et réduit la marque sur un plat du pied finement touché (47’, 1-2). Les Jaunes et Noirs reprennent des couleurs grâce à la puissance de Perroux et à la vitesse de Tsimba et Vuzi, plus percutants que lors du premier acte.

Les Bleus courbent le dos et subissent les assauts de l’adversaire, mais ils profitent du moindre espace pour amener le danger dans le camp meyrinois. En témoigne la contre-attaque éclair menée par A. Albii et Bryand qui manquent de peu d’aggraver la marque (55’). La dernière demi-heure est à l’avantage du Meyrin FC qui se crée de nombreuses occasions par Leal (62’) et Yagan (64’). L’entrée de Brandon Kinkembo apporte un second souffle et de la profondeur aux locaux qui jettent leurs dernières cartouches pour accrocher le point du match nul. Des cartouches vides puisqu’à six minutes de la fin du temps réglementaire, c’est Julien Golay qui crucifie les hommes de Carlos Alves sur un coup franc direct foudroyant (84’, 1-3). Un troisième but synonyme de K.O. pour le Meyrin FC qui ne se relèvera plus.

Meyrin en pleine crise

Après huit matches de championnat, Meyrin occupe la dernière place au classement et totalise trois petits points et sept défaites. Un bilan calamiteux pour une équipe habituée à jouer les premiers rôles ou à assurer son maintien des mois avant la fin de la saison. L’arrivée de Carlos Alves, fils de João Alves (ancien coach du Servette FC), devait servir de choc psychologique et de déclic mais cela a duré une semaine, en témoigne une nouvelle déroute face à Terre Sainte et un fond de jeu très moyen. Avec une équipe très jeune à la moyenne d’âge de 23 ans et au bénéfice d’une maigre expérience, la tâche s’annonce ardue pour le Portugais en fonction depuis le 16 septembre dernier.

Meyrin-TerreSainte-1415-1

Carlos Alves a du pain sur la planche

L’homme du match : Behar Bajrami 

Auteur d’un match abouti et à l’origine de nombreuses actions offensives, le joueur de Terre Sainte Behar Bajrami, qui a notamment porté les couleurs de Lancy, Carouge, Servette M-21 ou Plan-les-Ouates, a accepté de nous livrer le bilan de son début de saison : « Je me sens très bien dans ma nouvelle équipe et sur mon couloir droit, j’arrive à exprimer tout mon potentiel. Le système de jeu mis en place par le coach me convient parfaitement puisque je jouis de pas mal de liberté offensivement. Les objectifs du club sont prioritairement le maintien et dans un second temps accrocher le top 8. À titre personnel, je voudrais honorer les couleurs du club en réalisant une belle saison, gravir les échelons et pourquoi pas réintégrer les rangs de l’Etoile Carouge ».

 

MEYRIN FC – US TERRE SAINTE  1-3 (0-2)
Stade des Arbères, environ 100 spectateurs.

Arbitres : MM. Schenk, Siakandaris et Loureiro

Buts : 30′ F. Albii 0-1, 35′ Bryand 0-2, 47′ Besnard 1-2, 84′ J. Golay 1-3

Meyrin (4-2-3-1) : Guedes – Seipi, Soares © (46′ Perroux), Palumbo, Prébandier – Mazolo, Medaglia (22′ Yagan) – Vuzi, Leal (65′ Kinkembo), Tsimba – Besnard.
Entraîneur : Carlos Alves

Terre Sainte (4-2-3-1) : Duvoisin – Whibley, Bovet, Fontolliet ©, A. Golay – J. Golay, Mupudi (46′ Granjon) – Bryand (72′ Ammar), A. Albii (85′ Mestari), Bajrami – F. Albii.
Entraîneur : Patrick Duval

Avertissements : Seipi (Meyrin), Bovet et Mupudi (Terre Sainte)

 

 Photo : OneClick-Photo

Share.