Le Grand-Sac’ s’offre sa première coupe genevoise !

0

Au terme d’un match dramatique qui a connu une coupure de courant, Grand-Saconnex s’impose 2-1 contre CS Italien.

Vendredi soir, aux alentours de 23 heures, le président de l’ACGF, Pascal Chobaz, remettait la coupe genevoise au Stade de la Fontenette à un gardien de… 49 ans. En catégorie seniors ? Vous ne rêvez pas, c’est bien en actifs et le FC Grand-Saconnex venait de remporter la première coupe genevoise de son histoire.

Ce gardien, c’est Christian Frutiger. Pour ceux qui ne le connaissent pas (et qui n’ont pas lu notre interview), il est arrivé dans le football genevois quand les membres de Proxifoot n’étaient que des bébés. C’était justement au Stade de la Fontenette, où l’éternel portier a évolué avec Etoile Carouge entre 1986 et 1989. Plus d’un quart de siècle plus tard, le voilà sur cette même pelouse en train de brandir fièrement le trophée qui vient couronner une carrière presque interminable… jusqu’à vendredi soir. « J’arrête ce soir, c’était mon dernier match », nous surprend-il. On y reviendra.

Déluge, panne de courant… et le football dans tout ça ?

On ne va pas se le cacher, ce match entre une équipe saconnésienne qui disputait sa première finale de coupe et celle de CS Italien qui en était à sa troisième en quatre ans n’a pas atteint des sommets footballistiques. Certes, en plus d’une nervosité compréhensible, les conditions météo sont venues empêcher le développement d’un football de qualité. Cette dramaturgie a atteint son sommet à la 50ème minute, quand les projecteurs de la Fontenette ont laissé les 22 acteurs et les quelques 800 spectateurs dans l’obscurité.

Cet événement a été à l’image d’un match qui n’a jamais vraiment trouvé son rythme. Plus habitués à disputer des finales et des matchs de renom (Schaffhouse et Bâle en Coupe suisse récemment), les joueurs du CS Italien étaient mieux dans le match en première période. Malgré beaucoup d’imprécisions, les joueurs de Del Rosso, qui dirigeait là son dernier match avant d’entamer une nouvelle aventure du côté de Veyrier, ont été un peu plus dangereux que leurs homologues saconnésiens.

Pourtant, après une demi-heure d’observation beaucoup trop longue pour les spectateurs, un éclair –sur le terrain cette fois, non dans le ciel– de Schedler a illuminé la Fontenette. Après avoir tiré un corner infructueux, le numéro 10 saconnésien récupèrait le ballon dans l’angle des 16 mètres et l’enroulait en pleine lucarne (27′, 1-0). Un but splendide qui a valu à lui seul le déplacement.

Grand-Saconnex-CS Italien-1415-2

Schedler et Di Berardino, buteurs en première période

Ce goal a eu pour effet de faire réagir des « Italiens » touchés dans leur orgueil. Malheureusement, les distances entre les lignes, beaucoup trop grandes, ne leur ont pas permis de mettre à mal une défense adverse qui elle, peinait à la relance. Jusqu’à cette 40ème minute et ce penalty sur Bongiovanni, fauché dans la surface au moment d’armer sa frappe. Di Berardino ne se faisait pas prier pour égaliser avant la mi-temps (41′, 1-1).

Le conte de fées de Grand-Saconnex

Après les deux pauses (15 minutes de mi-temps et 20 minutes de coupure de courant), la dernière demi-heure du match a été passionnante en raison du suspense qui y a régné. C’est bien connu, lors des matchs tendus et serrés, les petits détails font souvent la différence. Et malheureusement pour les Bleus, un dégagement manqué du capitaine Idrizi permettait à Leal de crucifier le gardien Chamberlin (67′, 2-1).

Ce but quelque peu hasardeux s’est avéré être le but décisif. Malgré une équipe du CS qui a poussé en fin de match –réclamant même quelques actions difficiles à interpréter, dont un penalty pour une main d’Hervo–, Grand-Saconnex n’a pas lâché sa victoire et a même manqué le KO à plusieurs reprises.

Leal-Grand-Saconnex

Leal, recrue hivernale décisive pour Grand-Saconnex

Au final, au terme d’un match indécis jusqu’à la dernière seconde de jeu, Grand-Saconnex a pu laisser éclater sa joie. Entraîneur logiquement heureux, Eugenio Rendeiro revenait sur la rencontre : « En première mi-temps, on a eu du mal, on était crispés et ce but nous a fait beaucoup de bien. Ensuite, après l’égalisation du CS Italien, on était à nouveau dans le dur. La coupure de courant est venue au bon moment, ça nous a aidés. Dès que le match a repris, je pense que nous étions meilleurs. Sur l’ensemble du match, je ne pense pas que ce soit volé ».

Le portier Frutiger estimait également que cette panne de courant a été bénéfique : « La coupure de courant nous a fait du bien et nous a mis dans le match, on n’arrivait pas à se trouver. Nous sommes une équipe qui fonctionne au moral, et ce deuxième tour en est la preuve ».

Promotion en 2ème ligue l’année dernière au terme d’un match de barrage contre Avanchet qui s’est décidé aux tirs au but, maintien décroché haut la main grâce notamment à un second tour de haut vol (22 points), victoire en finale de la coupe genevoise… Le FC Grand-Saconnex est en train de vivre son petit conte de fées. Pour le président Philippe Telley, « c’est un bonheur complet ! Tout est nouveau dans le club. Eugenio a créé un groupe extraordinaire, qui arrive en finale pour la première fois en 37 ans d’histoire du club… et qui la gagne ! Avec la promotion l’année dernière et un maintien brillamment acquis cette année, on espère que le rêve ne s’arrête jamais ! »

En attendant la Coupe suisse

« Ce deuxième tour est exceptionnel, ajoute Rendeiro. On termine sur 6 victoires lors des 7 derniers matchs. Après un premier tour compliqué, l’équipe a gagné en confiance et maintenant elle tourne bien ». Des impressions partagées par le gardien Frutiger, pour qui cette victoire vient couronner une seconde partie de saison de rêve : « On a réussi à se trouver lors de ce second tour. C’est un groupe extraordinaire, ça va être triste de partir. L’année passée je me suis laissé convaincre parce qu’on venait de monter en 2ème ligue. On a réussi à se maintenir. Le groupe est génial. J’aurai un peu de regrets si on tombe contre Bâle en Coupe suisse, mais je viendrai de toute façon les voir jouer ».

Frutiger-Grand-Saconnex-Coupe

Frutiger, une longue carrière qui prend fin… vraiment ?

Désormais, place à des vacances bien méritées avant la tant attendue Coupe suisse à la rentrée. Un petit souhait quant à l’adversaire ? Pour Rendeiro : « Ou Sion, ou Bâle ! Sion, ça me ferait vraiment plaisir. J’ai croisé Constantin l’autre jour et je lui ai dit en rigolant : ‘Peut-être qu’on se verra dans deux mois' ». Pour le président Telley, pas d’hésitation : « Bâle ! Je suis un grand fan des Bâlois, alors les affronter ce serait le rêve! »

Un match de Coupe suisse qui se fera donc sans le légendaire portier Christian Frutiger. « On va essayer de le convaincre, comme d’habitude, concluait Rendeiro. Mais il a pris sa décision d’arrêter, je le comprends. Il finit une belle histoire à Grand-Saconnex sur une victoire en coupe genevoise, c’est magnifique ». Pour le gardien presque cinquantenaire, il n’y a pas de doute : « Il y a toujours un moment pour s’en aller, le mien est arrivé ». Non, pas envie de pousser jusqu’à 50 ans, ni de disputer la Coupe suisse. Non, cette fois c’est fini. Pour de bon… ou pas encore ?

 

FC GRAND-SACONNEX – CS ITALIEN  2-1 (1-1)
Stade de la Fontenette, environ 800 spectateurs

Buts : 27′ Schedler 1-0, 41′ Di Berardino (P) 1-1, 67′ Leal 2-1

Grand-Saconnex (4-4-2) : Frutiger – Hervo ©, Azevedo, Shaqiri, De Almeida – Tesfamichael (73′ Yusuf), Ascencio, Valerio, Leal (86′ Cattin) – De Mestral, Schedler.
Entraîneur : Eugenio Rendeiro

CS Italien (4-3-3) : Chamberlin – Kisunda Visi, Idrizi ©, Nascimento, Di Berardino – Fouda, Huguenin, Da Rocha (82′ Looga) – Mohamed, Bongiovanni (60′ Los Santos), Abaterusso (71′ Boteli).
Entraîneur : Raffaele Del Rosso

Avertissements : De Almeida et Yusuf (Grand-Saconnex ) ; Di Berardino et Los Santos (CS Italien)
Expulsion : 84′ Fouda (CS Italien, rouge direct)

 

Photos : IV Sport

 

Share.