Mario Machado : « Bernex m’a redonné envie de jouer au foot »

0

Brillant cette saison avec Signal Bernex, avec qui il a connu la promotion en 1ère ligue, le milieu de terrain formé à Servette a retrouvé le plaisir du football sur le coteau. Lui qui n’était pourtant pas loin de tout plaquer. Interview.

Pur produit de la formation servettienne (M14 à M21), Mario Machado a côtoyé le monde professionnel en faisant le grand saut en première équipe en 2012-2013. Cette saison-là, il fait deux apparitions en Super League contre Lucerne et Lausanne, avant d’être prêté la saison suivante à Etoile Carouge. Une expérience qui sera de courte durée et qui freinera sa progression, en raison des rapports compliqués avec l’entraîneur stellien de l’époque, Boris Mitrovic. Machado n’aura tenu que six mois du côté de la Fontenette. Inactif pendant la première moitié d’année 2014, il rebondit du côté de Bernex et vient de couronner une splendide saison, tant sur le plan collectif (promotion en 1ère ligue) qu’individuel (meilleur buteur de l’équipe avec 13 buts marqués, présence dans l’équipe-type de la saison).

Ce milieu de terrain (parfois attaquant) au physique imposant est un des rares joueurs titulaires de l’équipe à rester à Bernex, une équipe qui, malgré l’accession en 1ère ligue, connaît un important exode de joueurs pendant cette intersaison. Lui a décidé de rester. Parce qu’il a été rejoint par des anciens coéquipiers des M21 du Servette, mais aussi parce qu’il veut faire une grande saison en 1ère ligue. Pour rebondir plus haut ? Il nous l’explique.

Bernex-Collex-1415-2

Cette saison contre Collex, où il a été l’unique buteur du match

Proxifoot : Comment es-tu arrivé à Bernex ?
Mario Machado : C’est Diego Di Berardino, un des coachs, qui m’a appelé. Il était déjà assistant de Londono avec les M21 à Servette. Moi, je ne voulais même plus jouer au foot. J’allais aller jouer en 4ème ligue avec des amis à Sporting. J’étais un peu dégouté de ce qui s’était passé avec Servette. Et quand Diego m’a appelé, je me suis dit : pourquoi pas, la 2ème ligue inter peut être intéressante. Et j’ai atterri là-dedans.

Qu’est-ce qui n’a pas joué à Servette ?
J’ai fait la saison avec les pros en Super League l’année de la relégation (ndlr: 2012-2013), puis on m’a dit qu’on comptait sur moi mais deux semaines après, le discours était différent. Il y a eu des recrues et j’ai été prêté à Carouge. Malheureusement, cela ne m’a pas permis d’évoluer.

Pourquoi n’as-tu fait qu’un tour à Carouge ?
Cela ne s’est pas bien passé avec l’entraîneur (ndlr: Boris Mitrovic). Les 3-4 premiers matchs, c’était bien, j’étais un des joueurs-clé de l’équipe en jouant demi-défensif. Après, il m’a mis en pointe. Je lui ai fait comprendre que mon poste, c’était en 6, j’ai toujours été milieu axial à Servette, en 6 ou en 8. Mais il ne voulait rien savoir alors on s’est beaucoup pris la tête.

Pourtant, à Bernex cette saison, tu as joué en attaque, non ?
Oui, j’ai joué en 10, en soutien de l’attaquant et certains matchs en pointe. Cela dépendait des suspendus dans l’équipe.

Tu as mis 13 buts cette saison, tu dois être satisfait.
Je me suis mis comme objectif d’en mettre 16, mais j’ai loupé 7 matchs pour cause de vacances et suspensions, donc ça m’a un peu freiné. Et j’ai joué quasiment tout le deuxième tour handicapé, j’ai une veine qui a explosé à la cheville. Normalement, je ne devais pas jouer, je n’ai pas vraiment pu donner le maximum de moi-même.

Cette promotion avec Bernex, c’était une surprise ?
Vu le début de saison qu’on a fait, on n’y pensait pas. Ensuite, on a commencé à gagner le matchs (ndlr: 9 victoires de suite entre la 7ème et 15ème journée) et celui contre UGS au premier tour était décisif. Soit on gagnait et on visait la montée, soit on perdait et on savait que cela serait difficile. On a gagné ce match et on a bien entamé le deuxième tour. Je pense qu’on aurait pu être champion avant cette finale de la dernière journée contre UGS, mais on a perdu beaucoup de points bêtement.

Tu penses que c’est plus UGS qui a perdu le titre ou c’est vous qui êtes allés le chercher ?
Je pense que c’est nous qui sommes allés le chercher. On a fait un mauvais début (ndlr: une victoire, un nul et 4 défaites en 6 journées), on était loin derrière mais après on a fait le boulot, on a enchaîné les victoires, on a gagné les matchs décisifs. Après, c’est vrai qu’UGS nous a aidés, à chaque fois qu’on perdait des points, ils en perdaient aussi. Ils ont quasiment tout le temps été devant, on est revenus de loin.

Récemment, il y a eu des rumeurs comme quoi tu allais peut-être partir ?
Il y a plusieurs clubs de 1ère ligue qui étaient intéressés. Moi j’aurais bien aimé aller un peu plus haut, tenter ma chance à Servette, mais la situation était instable en fin de saison. J’ai décidé de rester à Bernex. Il y a un bon groupe de potes qui est arrivé, des anciens de Servette (ndlr: Giachino, Barbosa, Ntongo, Piccirillo, Eyer,…). Ce club m’a redonné envie de jouer au foot vu que moi je voulais carrément arrêter.

SANOGO (LS) - MACHADO (SFC) 23.2.2013 , Servette - Lausanne-Sport SFC-LSphoto Eric Lafargue

Avec Servette, lors d’un derby contre Lausanne (Photo: Servette FC)

Il y a eu des approches avec Servette cet été ?
Oui, des gens leur ont parlé de moi, mon coéquipier Mouelle Koum et mon entraîneur Claudio Morelli. Mais le club était en plein changement de direction, ils ne savaient pas encore qui allait rester, qui allait partir… On m’a dit qu’il fallait attendre et que je pourrais faire des essais. Mais moi malheureusement, les essais, je ne peux pas car je travaille. Vu que je suis en période d’essai au boulot, je ne peux pas demander une semaine de vacances pour m’entraîner avec Servette. Aujourd’hui, j’ai fait un choix de privilégier ma vie professionnelle avant le football. Mais si ma chance dans le football arrive, je la saisirai. Dans le football, ce n’est jamais trop tard, Besnard en est l’exemple. Le foot, c’est aussi une part de chance, il suffit qu’un entraîneur aime ma façon de jouer et cela peut aller très vite.

Bernex en 1ère ligue, pour toi c’est un tremplin ou tu veux t’y installer dans la durée ?
J’espère aller plus haut. Mais pour être honnête, j’ai 21 ans, je sais que c’est difficile. Mais si une opportunité arrive, cela fera toujours plaisir.

Dans ta tête, as-tu déjà assumé que le monde professionnel, ce n’est plus possible ?
Non, ce n’est pas fini. Mais je sais que c’est difficile. Si cela n’arrive pas, je ne serai pas aussi déçu que quand c’est arrivé avec Servette. J’avait fait beaucoup de sacrifices à l’époque. Pendant longtemps, je ne suis pas parti en vacances d’été dans mon pays, au Portugal, pour voir la famille, je ne sortais pas alors que mes amis, oui… On dit qu’il faut provoquer la chance, moi je l’ai provoquée et on ne me l’a pas donnée. Ils n’ont pas osé miser sur moi, je pense que j’aurais pu prouver.

Maintenant, il y a seulement une ligue d’écart entre Bernex et Servette. Peut-être que la relégation de Servette servira à mettre en valeur les joueurs des clubs genevois ?
Oui, peut-être. Le problème à Genève, c’est qu’on ne peut pas tout arrêter pour jouer dans des clubs de Promotion League qui demandent beaucoup d’investissement. Moi, par exemple, je travaille maintenant à 100% et ce serait compliqué de m’entraîner tous les matins. Avec les salaires de Promotion League, on ne peut pas vivre de manière indépendante, avec un loyer à payer, etc.

Pour terminer, il y a eu beaucoup de départs à Bernex. Aurez-vous quand même une équipe compétitive en 1ère ligue ?
Oui, il y a beaucoup de départs. Certains, c’est pour des raisons professionnelles, d’autres ne voulaient pas jouer plus haut, d’autres n’ont pas voulu rester parce qu’il y a eu des problèmes de cohésion dans le groupe. Mais j’ai confiance, il y a de bons jeunes qui ont signé. On m’a beaucoup parlé d’expérience dans cette ligue, mais on se la fera nous-mêmes. Je pense qu’on va surprendre quelques équipes, il ne faudra pas nous prendre de haut.

Machado-PLO-Bernex

Avec le fameux maillot camouflage bernésien

 

Mario Meireles Machado, né le 27 avril 1994.

Parcours
Juniors : FC Onex, FC Lancy-Sports, Servette FC (M14 à M21)
2012-2013 : Servette FC (Super League)
2013-2014 : Etoile Carouge FC (Promotion League, premier tour uniquement)
Depuis 2014 : Signal FC Bernex-Confignon (2ème ligue inter puis 1ère ligue)

 

Photos : Johan Franzen

Share.