Les Chênoises se sauvent in extremis

0

Malgré un tour de relégation de moyenne facture, le FF Chênois se maintient une année de plus en LNB. Le point avec Didier Gigon, entraîneur sortant. 

Elles ont eu chaud, mais les Chênoises joueront toujours en LNB l’année prochaine. Avant la dernière journée de championnat, les joueuses de Didier Gigon comptaient un point d’avance sur Rapperswil-Jona, premier relégable. Battues par Thun (2-3), les Genevoises ont été ravies de voir sur le direct de football.ch que Rapperswil n’a obtenu qu’un nul contre Zurich M21. A égalité de points, elles restent donc devant au classement grâce au plus grand nombre de points obtenus pendant la saison régulière. Un soulagement.

Ce tour de relégation, d’habitude bien géré par les Chênoises ces dernières saisons, a été de moyenne facture, notamment les dernières journées lors desquelles elles n’ont obtenu qu’un point sur 15. « Heureusement que nous avions de l’avance avant le début du troisième tour, relève Didier Gigon. Mais l’objectif de se maintenir en LNB est atteint pour la troisième année consécutive, ce qui n’avait jamais été fait au FF Chênois ».

57 compositions différentes en 60 matchs

L’entraîneur chênois reconnaît que l’équipe a connu des problèmes de contingent cette saison : « C’était une saison compliquée à ce niveau-là. Nous avons connu beaucoup d’absences, presque toutes nos joueuses travaillent, et souvent le samedi, jour de match. Nous avons terminé des matchs à 10. Pour l’anecdote, sur les 60 matchs que j’ai coachés à Chênois, nous avons aligné 57 compositions différentes ».

Ce discours n’est pas inconnu, puisqu’autant les disponibilités que l’investissement sont un problème récurrent dans une catégorie exigeante comme la LNB. Didier Gigon : « Chaque été, il faut aller chercher des joueuses  qui ont la capacité de répondre aux exigences de la LNB et ce n’est pas évident car le vivier est limité à Genève. C’est une catégorie compliquée sur le plan technique et physique et il faut voyager dans toute la Suisse. Il faut une certaine mentalité pour jouer en LNB et peu de filles sont prêtes à faire cet effort ».

Gigon s’en va

Pour la quatrième saison consécutive, le Stade des Trois-Chênes accueillera donc des matchs de Ligue B féminine. Mais cela se fera sans Didier Gigon, qui n’a « pas trouvé d’accord avec le comité » pour la saison à venir et qui reste ouvert à toute proposition dans le football masculin et féminin à Genève. L’entraîneur sortant s’en va avec le sentiment du devoir accompli –trois maintiens consécutifs– et « remercie les joueuses qui ont lutté jusqu’au bout pour décrocher ce maintien. Je souhaite également une bonne suite au FF Chênois. »

A priori, c’est la lutte pour le maintien qui attend le FF Chênois la saison prochaine, tout comme le néo-promu Aïre-le-Lignon. Le football féminin genevois n’a pas encore les armes pour viser l’échelon supérieur, mais il ne se porte pas si mal que ça : pour preuve, le deuxième équipe chênoise vient d’être promue en 1ère ligue et de remporter la coupe genevoise.

Didier Gigon

 

Share.