Donzelle mise sur Pascal Pêcheur pour retrouver la gloire perdue

0

L’entraîneur belge est de retour au FC Donzelle. Son club de cœur, relégué en 4ème ligue pour la première fois de son histoire, ne vit pas ses heures les plus glorieuses.

Après plusieurs saisons à jouer le haut de tableau en 3ème ligue –l’équipe a terminé quatre fois dans le top 5 ces six dernières saisons–, le FC Donzelle a reçu un coup de massue cette année en terminant sous la barre. Le club de La Plaine, qui était en 2ème ligue il y a encore une dizaine d’années et qui a même été finaliste de la coupe genevoise en 2001, 2003 et 2009, est relégué en 4ème ligue pour la première fois de son histoire.

Un coup dur qu’il faudra vite digérer pour repartir de l’avant. Pour retrouver le plus rapidement possible des catégories de jeu plus en accord avec leur histoire récente, les dirigeants donzellois ont misé sur Pascal Pêcheur. Celui qui était jusqu’à présent au FC Champel a accepté cette responsabilité de faire remonter son « club de cœur ».

Un club qu’il connaît très bien

Car Pascal Pêcheur n’arrive pas en territoire inconnu au Stade du Moulin, lui qui y a joué de nombreuses années avant d’y entraîner pendant huit saisons, entre 1999 et 2007, dont cinq en 2ème ligue. Un club qu’il connaît donc comme sa poche, même si un jour il a « osé » le quitter.

« Oser » c’est bien le terme, car quand il est retourné au Moulin en tant qu’entraîneur de Benfica en 2009, l’accueil n’a pas été tendre. L’intéressé détaille : « En 2007, je suis parti une année au Canada et à mon retour, tout le monde s’attendait à ce que je revienne à Donzelle. Mais mon beau-frère de l’époque, qui était avec la Deux de Donzelle, m’a proposé de rejoindre Benfica avec lui car son père était le nouveau président (ndlr : Carlos Cabrita, actuel président de Benfica). C’était une décision lourde car je sais comment sont les gens du Moulin, là-bas c’est à la vie à la mort. J’ai accepté le challenge et cela a été mal vécu à Donzelle. Ironie du sort, avec Benfica on se retrouve dans le même groupe de 3ème ligue que Donzelle ! Quand on a joué chez eux en novembre, un match couperet en plus, il y avait des banderoles au stade : « Pascal, Pedro, Donzelle rime avec fidèle ». En voyant ces banderoles, les joueurs de Benfica se sont transcendés et on a gagné 0-1. J’ai préféré rester en fin de match et j’ai bu un ou deux verres avec les auteurs des banderoles, on s’est serré la main et tout est rentré dans l’ordre ».

Cette anecdote illustre bien à quel point Donzelle est un club à l’identité propre –les derbys contre Satigny sont toujours folkloriques–. Car au club de La Plaine, quand on y arrive, c’est pour s’y installer dans la durée. La preuve, l’entraîneur sortant, Christian Lamers, était en poste depuis huit saisons. Pêcheur, lui, part aussi dans cette optique : « Les entraîneurs à Donzelle sont toujours restés longtemps. L’idée c’est de bâtir quelque chose et d’entamer un nouveau cycle, peut-être pas de huit ans mais en tout cas de trois à cinq ».

Objectif : remonter en 3ème ligue au plus vite

La 4ème ligue n’est pas seulement une nouveauté pour le club présidé par Pierre-Yves Zumbach, mais également pour Pascal Pêcheur lui-même, qui n’avait entraîné qu’en 2ème et 3ème ligue jusqu’à maintenant. Mais pour lui, la situation actuelle du club est un mal pour un bien : « Au moment où j’ai signé, le club n’était pas encore mathématiquement relégué. C’est vrai que c’est ennuyant de repartir en 4ème ligue, mais parfois, ce genre de mésaventure peut permettre de reconstruire quelque chose de solide, comme l’a connu par exemple un club comme Veyrier, qui était descendu en 4ème ligue au début des années 2000. C’est donc une belle opportunité de redonner ses lettres de noblesse au club ».

Bien entendu, quand on est une équipe fanion et qu’on évolue dans l’avant-dernière ligue régionale, on n’a pas envie d’y rester longtemps. Ce n’est donc pas une surprise que Donzelle veuille retrouver la 3ème ligue au plus vite, et plus si affinités : « C’est évident qu’on ne va pas se voiler la face : l’objectif est de remonter, c’est sûr et certain. Mais il faut savoir qu’en 4ème ligue c’est toujours compliqué de s’extirper d’un groupe, parce qu’il y a toujours des équipes qui sont fortes. Par exemple, dans notre groupe il y a Interstar II, on sait déjà que ce sera compliqué contre eux, parce qu’ils ont une 2ème inter et Bruno Mota a envie de monter. Rien ne sera facile ».

Pour atteindre cet objectif, l’entraîneur d’origine belge peut compter sur un contingent très élargi qui est actuellement de 30 joueurs et qui sera réduit à 22 d’ici la fin de la préparation. Si quasiment toute l’équipe de l’année dernière reste en place, certains ex-donzellois sont de retour au bercail, comme Tesfamichael de Grand-Saconnex, Buerki, Rexhepi et Pinton de Meyrin ainsi que les retours à la compétition de Travasa et Lancedy. « Il faut se donner les moyens de ses ambitions », conclut l’entraîneur qui sait déjà le travail qui l’attend. Les promotions, en tout cas, il les connaît : il en a déjà connu deux avec Donzelle et Champel.

Donzelle-2004-2005

Avec Donzelle, saison 2004-2005

 

Parcours (entraîneur) 
1999-2007 : FC Donzelle
2009-2010 : Sport Genève Benfica
2010-2016 : FC Champel
2016 – ? : FC Donzelle

 

 

Share.