Nicolas Lhoneux, un « Chevalier » à la Fontenette

0

Après treize ans au FC Collex-Bossy, son seul club, dont huit en première équipe, le capitaine s’en va du côté de Carouge, en 1ère ligue.

A une époque où les joueurs amateurs sont de plus en plus volatiles et n’hésitent pas à changer de maillot pour une meilleure prime de match, Nicolas Lhoneux faisait office d’exception. S’il y a un joueur qui a incarné les valeurs du FC Collex-Bossy ces dernières années, c’est bien lui. Capitaine depuis deux saisons, régulier dans ses performances, très souvent brillant, le milieu offensif reconverti latéral a été côtoyé par le passé –Stade Lausanne, Terre Sainte– mais a toujours juré fidélité aux « Chevaliers ». Jusqu’à cette année. En effet, il vient de s’engager avec l’Etoile Carouge. Alors forcément, cela interpelle.

Envie de jouer plus haut

Pourquoi un départ cette année ? « Quand Carouge m’a contacté, détaille l’intéressé, ça m’a tout de suite attiré. C’est quand même le deuxième club genevois derrière Servette. C’est un club très respectable même s’ils sont descendus cette année. Il y a un nouveau projet qui se met en place et le challenge sportif m’intéresse ».

C’est justement ce nouveau projet carougeois qui a attiré Lhoneux, comme d’autres jeunes joueurs talentueux de la région. Un nouveau départ autant pour le club de la Fontenette que pour le joueur lui-même : « Je n’avais pas forcément envie d’arriver au milieu d’une équipe déjà faite et d’être la doublure de quelqu’un. Il était temps pour moi de quitter ma zone de confort à Collex. J’avoue que j’avais envie de jouer un cran plus haut et la promotion n’est pas un objectif à court terme à Collex ».

Un « briscard » de 24 ans

Car, s’il n’a que 24 ans, Nicolas Lhoneux est déjà un « briscard » du football genevois. En effet, il a intégré la première équipe de Collex-Bossy, un club pas forcément réputé pour sa formation, à l’âge de 16 ans déjà. Et, depuis, il a toujours joué régulièrement. Dans son bagage, il possède donc trois saisons en 2ème ligue, cinq saisons en 2ème ligue inter, deux finales de coupe genevoise et, surtout, deux expériences en Coupe de Suisse contre Sion et Lausanne.

C’est d’ailleurs ce profil expérimenté mais avec encore une marge de progression, pouvant faire le lien entre jeunes et vieux, qui a plu du côté de Carouge et de son directeur technique, Piero Constantino. « De ce que j’ai compris, ils ne me considèrent pas comme un jeune qui vient faire ses preuves. J’aurai peut-être un rôle de pivot entre les jeunes et les vieux, comme je l’avais à Collex ».

Sur le terrain, ses statistiques ont toujours été intéressantes –42 buts en 5 saisons en 2ème ligue inter– mais elles ont baissé à partir de 2016. La raison ? Son repositionnement en tant que latéral droit dès le second tour de la saison 2015-2016. Un poste qui lui convient parfaitement, qu’il a également occupé avec la sélection de l’ACGF et aussi pour lequel il est recruté par Carouge.

En 2011 contre Servette M21. A la Fontenette, déjà…

Cœur de « Chevalier »

Pour lui, ce départ en direction de Carouge sonne comme quand on quitte le foyer familial pour la première fois. Arrivé en juniors C en 2003, Lhoneux n’a connu que le Stade Marc Burdet. Forcément, c’est le cœur lourd qu’il s’en va : « Collex est un club qui m’a tout donné, tout appris. Ce sera le club que je porterai toujours dans mon cœur. Il n’y a que des gens formidables, c’est une famille, c’est dur de quitter tout ça ».

Nicolas Lhoneux doit beaucoup à son seul entraîneur en actifs, Pierre-Yves Liniger. En poste depuis 1993 –il va entamer sa 24ème année à la tête de la première équipe–, l’entraîneur collesien est un « exemple pour sa longévité au club. Lui et Mehdi Derouazi sont des personnes de référence, tout le monde les connaît dans le football genevois. Liniger m’a toujours fait confiance, on partageait souvent la même vision. Le fait d’être un des seuls juniors à avoir franchi le pas de la première équipe, je ne peux que lui être redevable. Je garderai des super souvenirs. Mais le lien ne se brisera pas, je garderai contact avec eux. Egalement avec l’ancien président, Pascal Schaefer. Je ne vois pas comment Collex continuerait à fonctionner si bien sans ces personnes ».

Lhoneux a l’intention de s’installer dans la durée à la Fontenette, lui qui n’aime pas les projets à court terme. Mais si un jour il devait à nouveau changer de club, c’est vers Collex qu’il se tournera en premier, là où tout a commencé : « C’était un honneur d’avoir porté les couleurs de Collex jusqu’à en devenir capitaine. Merci à toutes les personnes que j’ai côtoyées qui m’ont permis d’évoluer et qui m’ont tant apporté sur le plan humain. C’est une page qui se tourne pour moi. Peut-être que ce n’est pas définitif et que nos chemins se recroiseront un jour ».

 

Photos : OneClick-Photo

 

Share.