Lancy n’a pas à rougir de son élimination

0

La logique a été respectée à Marignac, mais les Genevois ont fait trembler Lausanne lors du dernier quart d’heure (1-2).

Il y a des défaites qui font grandir et celle de Lancy contre Lausanne dimanche à Marignac en fait indéniablement partie. Lors de ce 1/32 de finale joué devant un millier de spectateurs sous une chaleur de plomb, Jean-Michel Aeby voulait éviter une « rouste » qui pourrait avoir des conséquences sur la saison. Finalement, ses protégés se sont inclinés avec les honneurs face à une équipe de Lausanne qui n’a pas non plus beaucoup forcé la main.

Lausanne a souffert 15 minutes

Il faut l’avouer, les Lausannois n’ont pas affiché le même mordant qu’en championnat contre Sion ou Saint-Gall notamment. Avec huit changements dans le onze de base, les hommes de Fabio Celestini ont fait le minimum syndical pour assurer leur qualification. Avec une faible intensité dans le jeu, ils se sont contentés de priver les Lancéens de ballon dans un 3-5-2 qui ne concédait que très peu d’espaces aux Genevois. Résultat : un rythme de match très « estival », où le talent des individualités en attaque a pu faire la différence. A ce jeu-là, c’est le Nord-Coréen Pak d’un tir ras terre (30’, 0-1) et l’Uruguayen Kevin Mendez d’une belle frappe lointaine (61’, 0-2) qui ont fait valoir leur statut de professionnels. Mendez, le meneur de jeu prêté par la Roma a fait une belle impression à Marignac, tout comme l’ex-Servettien Alexandre Pasche, remplacé par un autre ancien grenat, Maxime Dominguez.

A vrai dire, la rencontre semblait bouclée après le second but vaudois à l’heure de jeu. Sauf que les Lancéens, qui faisaient déjà un bon match dans l’impact physique jusque-là, ont « lâché les chevaux » lors du dernier quart d’heure. Déjà tout proche de marquer le 1-1 en première période suite à un bel enchaînement, Maxime Daclinat s’est offert un magnifique solo à moins d’un quart d’heure du terme après avoir éliminé trois défenseurs lausannois (78’, 1-2). Ce but aura eu le mérite de relancer le suspense de ce 1/32 de finale. Le Lancéens ont du coup logiquement poussé lors des dernières minutes, réclamant même deux penaltys difficiles à évaluer, mais ont dû s’avouer vaincus en sortant de la Coupe par la grande porte.

Lancy-Lausanne-1617-2

Haliti et Pasche, les deux capitaines du jour

Tous les Lancéens ont fait leur match

Malgré la défaite, aucun Lancéen ne doit rougir de cette élimination, tant ils ont répondu présents à titre individuel et collectif. Barroca n’a rien pu faire sur les deux buts mais reste une valeur sûre et la défense centrale Aïachi-Mendes a été solide malgré sa jeunesse. Au milieu de terrain, l’abattage de la recrue Ravet et du capitaine Haliti a été admirable. Et en attaque, Daclinat a constamment pesé sur la défense lausannoise. Malgré une nonchalance apparente, l’attaquant français est pétri de talent quand il a le ballon dans les pieds. Pour preuve, son but du 1-2 est de toute beauté. Nul doute qu’il sera l’un des hommes forts de la saison du côté lancéen, lui qui a déjà offert la victoire aux siens la semaine dernière contre La Sarraz.

Aïachi, la belle découverte

Il y a également eu des belles découvertes sur la pelouse de Marignac. Parmi celles-ci, le défenseur Annouar Aïachi a été particulièrement impressionnant, répondant au duel physique proposé par les attaquants du LS. Formé à l’Olympique Lyonnais, où il a d’ailleurs joué avec Maxime Daclinat, et arrivé cet été en provenance de Saint-Priest (France), Aïachi faisait preuve à la sortie des vestiaires de la même lucidité que sur le terrain : « Je suis assez mitigé sur la première mi-temps, on aurait pu davantage jouer, on a un peu laissé jouer, c’est dommage. Je pense qu’on a eu un peu trop de respect pour Lausanne. En deuxième période, on s’est un peu plus lâchés, moi y compris. C’est la coupe, on donne tout et ça a plutôt bien marché sur la fin. On a marqué, on a eu des occasions et peut-être un penalty donc il y a des regrets. Et personnellement aussi je me suis trouvé mieux en deuxième mi-temps. Mais c’est surtout l’équipe qu’il faut féliciter ».

Parenthèse fermée : place à Naters

Jean-Michel Aeby a bien insisté ces derniers jours sur le fait que ce match de Lausanne n’était qu’une parenthèse dans un championnat de 1ère ligue où ils veulent faire bonne figure. « Mon objectif c’est de monter, clairement. Ou en tout cas les finales de promotion dans un premier temps. C’est pour cette raison que je suis venu ici », lâche Aïachi, confiant et plus ambitieux que son entraîneur.

Ce fut en tout cas une belle parenthèse et les joueurs de la présidente Nabila Mezzanotte en sortiront renforcés de cette expérience positive. Il faudra cependant rapidement récupérer pendant trois jours avant de reprendre les affaires du championnat, mercredi soir déjà à Naters. Un déplacement pas toujours aisé, surtout après avoir énormément couru sous le soleil face à une équipe qui figure sur le podium de Super League.

Toujours est-il qu’aucun des quatre représentants genevois n’est parvenu à passer ce premier tour de Coupe suisse, alors qu’on pouvait légitimement espérer un voire deux qualifiés. L’élimination la plus étonnante n’a pas eu lieu du côté de Marignac, où les protégés d’Aeby ont subi une défaite honorable, mais bien à Breitenrain. Et ce n’est pas Alexandre Pasche qui dira le contraire, lui qui, de retour aux vestiaires, s’interrogeait : « Quoi ? Servette a perdu ? ».

 

LANCY FC – FC LAUSANNE-SPORT  1-2 (0-1)
Stade de Marignac, 1000 spectateurs

Buts : 30′ Pak 0-1, 0-2, 61′ Mendez 0-2, 78′ Daclinat 1-2

Lancy (4-4-2) : Barroca – Beuchat, Aïachi, Mendes, Visentini (71′ Luisoni) – Vuzi (76′ Zimmermann), Ravet, Haliti ©, Qarri – Daclinat, Ntongo (65′ Lahiouel).
Entraîneur : Jean-Michel Aeby

Lausanne (3-5-2) : Bornand Da Silva – Almada Monteiro, Manière, Oyono Eto – Lotomba, Pasche © (59′ Dominguez), Ming, Maccoppi, Mendez – Esnaider (69′ Zeqiri), Pak (69′ Asllani).
Entraîneur : Fabio Celestini

Avertissements : Aïachi (Lancy) ; Zeqiri (Lausanne)

 

Photos : FootJuniors.ch

 

 

Share.