Lebeau : « Il y a de la place pour une surprise »

0

A quelques jours du coup d’envoi de la saison 2016-2017, l’entraîneur meyrinois se montre ambitieux.

C’est toujours un plaisir de parler football avec Jean-Philippe Lebeau car il ne cache pas ses ambitions. A la tête de la première équipe meyrinoise depuis seulement un peu plus d’un an, il s’apprête à vivre déjà sa seconde expérience en Coupe suisse, après avoir affronté le FC Bâle il y a tout juste une année. Entraîneur franc et optimiste, il n’hésite pas à avouer que son équipe à ses chances contre Wohlen ce samedi ou qu’elle est favorite du groupe 1 de 2ème ligue inter. Une chose est sûre, les choses sérieuses commencent dès ce week-end avec la réception de Wohlen et l’enchaînement de deux matchs de championnat en une semaine. L’heure de vérité a sonné. Interview.

 

Proxifoot : Quand on a tiré le FC Bâle l’année dernière, comment aborde-t-on un match contre Wohlen, qui évolue une ligue en dessous des Bâlois ?
Jean-Philippe Lebeau : On l’aborde de la même manière parce que c’est une équipe qui est au-dessus de nous. C’est une équipe aguerrie en Challenge League, qui a eu des résultats donc elle a vraiment du potentiel. C’est clair qu’elle n’a pas le nom et le prestige de Bâle, mais c’est une équipe qu’on respecte tout autant car elle est au-dessus de nous donc il y a forcément beaucoup de qualité.

Est-ce que vous vous dites qu’il y a de la place pour une surprise ?
Oui, mais même contre Bâle il y avait de la place pour une surprise ! Je suis un compétiteur, donc tant que le match n’est pas joué… C’est à la fin du match qu’on fait les comptes. Que ce soit un match amical, de championnat ou de coupe, je le joue toujours pour le gagner. C’est sûr qu’en perdant contre Wohlen, la déception sera moindre qu’un match de championnat à notre portée. On relativise évidemment les choses.

Tactiquement, quelle est la plus grande différence dans l’approche contre des professionnels en Coupe que contre des amateurs en championnat ? Une tactique plus défensive ?
Oui, bien sûr. Plus on monte de niveau, plus ça va vite, donc tout ce qu’on doit faire, on devra le faire encore un cran au-dessus. Pour Wohlen, ce qui me dérange c’est l’emplacement du match par rapport au championnat. L’année dernière, on avait déjà joué un match de championnat avant la Coupe suisse, donc la préparation était basée sur ce premier match de 2ème ligue inter. Cette année, nous avons travaillé tactiquement pour jouer d’une certaine manière en championnat alors que le premier match de la saison est la Coupe suisse contre Wohlen. Je préfère avoir une journée de championnat avant la Coupe suisse.

Meyrin s’était incliné avec les honneurs contre Bâle en 2015 (0-4)

Les choses vont s’enchaîner assez rapidement, puisqu’après Wohlen, vous jouez mercredi et samedi en championnat. On imagine qu’il faudra à tout prix éviter de perdre bêtement des points…
Oui, exactement. Je répète, l’emplacement de ce match de Coupe m’embête. En championnat, tous les matchs sont importants et on ne veut jamais perdre de points. Il s’agira d’aborder le match de Terre Sainte avec détermination mercredi soir. En tout cas je suis très content de la préparation, les joueurs affichent une grande motivation. Tous, pas seulement une douzaine mais une vingtaine. Je pense que cette motivation de tout le monde sera bénéfique pour nous, pour aborder Terre Sainte trois jours après Wohlen et UGS encore trois jours plus tard. Tout le monde est mobilisé.

Ce championnat, justement, comment l’équipe l’aborde-t-elle ? La deuxième place de l’année dernière est-elle digérée ?
Oui, elle est largement digérée. Certes, il y a la frustration d’avoir terminé deuxièmes et personne ne se rappelle du deuxième. Mais on a fait un deuxième tour avec un nul et une défaite seulement, le reste des matchs, nous les avons gagnés. La construction de l’équipe s’est faite assez rapidement. Je le sais par expérience qu’après une relégation, il faut 2-3 ans pour se reconstruire, nous on a mis six mois. La base est solide pour l’année prochaine. Il y a des mouvements, certains joueurs ont voulu tenter leur chance ailleurs, d’autres comme notre capitaine Soares ont pris leur retraite. Mais ils ont tous été remplacés par des profils similaires : par exemple, en défense, Tissot sera notre joueur d’expérience qui remplacera Soares, Ledru remplacera Machado au milieu de terrain, etc. Et il y a des bonnes surprises comme Drilon Pacarizi, qui était en fin de contrat au Mont et qui signe chez nous.

La promotion est-elle un objectif clairement affiché de l’équipe ? Le club a-t-il mis la pression par rapport à ça ?
Il n’y a pas de pression spéciale du club, mais il y a une très grande exigence de ma part. Les joueurs veulent retrouver la 1ère ligue, cela se sent. Les dirigeants veulent évidemment monter, mais ils ne mettent pas la pression. C’est juste une volonté de leur part.

Vous vous sentez favoris pour cette saison ?
Oui, je pense qu’on est favoris car on a terminé deuxièmes alors qu’on était en reconstruction. Et je crois que les autres équipes nous voient comme les favoris.

Pour finir, quels adversaires voyez-vous dans la lutte aux premières places ?
Aucune idée. Je pense que tout le monde aura sa carte à jouer. De ce que j’ai cru comprendre, Monthey, Servette M21 ou Terre Sainte peuvent jouer le haut. Mais comme je le dis toujours, c’est sur le terrain qu’il faut faire ses preuves.

Affiche-Meyrin-Wohlen

 

Photos : OneClick-Photo & C.M. Trigo

 

 

Share.