Etoile Carouge se sépare d’Eric Sévérac

0

Presque un an après son entrée en fonction, Eric Sévérac paye les mauvais résultats du club stellien cette saison. Augustine Simo est nommé nouvel entraîneur ad interim.

Si la saison de Lancy, largement leader de 1ère ligue, se déroule au-delà des attentes, celle d’Etoile Carouge connaît l’effet inverse. Relégués de Promotion League en juin dernier, les Carougeois ne partaient certes pas favoris pour retrouver le troisième échelon national. Mais de là à figurer en position de lanterne rouge après sept journées…

Victime de cette mauvaise passe, l’entraîneur Eric Sévérac a été démis de ses fonctions lundi matin. Arrivé il y a 11 mois à la tête de la première équipe carougeoise en provenance de la réserve (2ème ligue) suite au départ de Thierry Cotting, Sévérac n’a pas connu une saison facile en Promotion League, ponctuée par une relégation en 1ère ligue. Cette saison, les Carougeois n’ont battu que Fribourg (1-0) et ont obtenu un nul contre Martigny (2-2). Le reste : que des défaites, synonymes de dernière place au classement avec quatre points.

Simo, en attendant de trouver un autre entraîneur ?

Les rênes de l’équipe fanion de la Fontenette sont confiées à titre intérimaire à Augustine Simo, jusqu’à présent entraîneur assistant. Un homme qui a une grande expérience en tant que joueur –international camerounais, il a disputé deux CAN et la Coupe du Monde 1998– mais qui vivra à 38 ans ses débuts en tant qu’entraîneur principal.

Ce sera donc lui qui sera déjà en charge de l’équipe mercredi soir sur le terrain de Stade Lausanne. Combien de temps lui sera-t-il accordé ? « C’est une question à laquelle je peux difficilement répondre, confie Pierre-Alain Brodard, le président carougeois. L’intérim avec Augustine Simo peut durer trois jours, une semaine, quinze jours… ou peut-être même jusqu’à la fin de la saison ! Après, on a aussi des impératifs liés au diplôme d’entraîneur et on n’a pas envie d’être mis à mal par l’ASF parce qu’on n’a pas d’entraîneur diplômé ».

Pour le moment, Carouge cherche en tout cas. Mais un entraîneur diplômé, libre de tout contrat ou libéré par son club, sans prétentions salariales trop élevées, cela ne court pas les rues. « On a quelques contacts, poursuit Brodard, mais on ne veut pas se précipiter même si nous sommes dans une situation délicate. Nous avons besoin d’un entraîneur qui tienne le groupe. Je ne dis pas qu’Eric ne le tenait pas, je respecte beaucoup son travail. Mais parfois pour déclencher quelque chose, on a besoin de se séparer d’un entraîneur. On a besoin d’un autre discours, de quelqu’un qui soit plus dur avec le groupe ».

augustine-simo-2016

Augustine Simo

Carouge ne peut pas subir une nouvelle relégation

Etoile Carouge, historiquement le second club du canton mais en grande perte de vitesse depuis quelques saisons, ne peut pas se permettre une nouvelle relégation, cette fois en 2ème ligue inter. Un scénario non souhaitable pour Brodard : « J’essaye de ne pas imaginer ce cas de figure. On a pris un sérieux coup avec cette relégation en 1ère ligue. On n’affichait pas les ambitions de remonter tout de suite, mais on ne s’attendait pas à se retrouver derniers après sept matchs ».

Elle semble lointaine la promotion en Challenge League, et pourtant elle date de 2011 seulement. Et si elle avait fait plus de mal que de bien au club de la Fontenette ? Le président stellien ne le voit pas de cet oeil : « Une promotion fait toujours du bien au club car elle donne une dynamique. Ce qui est de plus en plus difficile, ce sont les moyens économiques. Ce n’est pas cette promotion de 2011 qui nous met dans cette situation. Je pense qu’on a très mal géré la saison passée, avec notamment les départs de Thierry Cotting et de David Gonzalez. Je m’en veux à titre personnel, je n’en suis pas fier, je ne mets pas la faute sur les autres. Aujourd’hui, il faut regarder de l’avant et si on ne veut pas être relégués, ne faisons pas les mêmes erreurs ».

En attendant de quoi sera fait l’avenir de l’Etoile Carouge, avec peut-être un nouveau rapprochement avec le Servette –« même s’il y a eu un peu de friture sur la ligne, Servette ne souhaite pas une nouvelle relégation de Carouge »–, il y a une réalité sportive à court terme. A commencer par un match en retard mercredi soir à Vidy, sur le terrain de l’ambitieux Stade Lausanne. Avec Augustine Simo sur le banc.

 

 

Photos : OneClick-Photo

 

 

Share.