Meyrin conquiert la Praille

0

Au Stade de Genève, Meyrin est venu chercher une importante victoire 1-0 contre les M21 de Servette. Dans un match serré, Dia a mené vers le succès son équipe, qui relègue désormais les M21 à quatre points. Meyrin garde sa place de leader.

On en a fait un sommet. L’écrin qui l’accueillait renforçait l’impression. Mais le Servette M21-Meyrin de samedi après-midi au Stade de Genève n’a finalement rien eu d’une invitation au spectacle. Et la courte victoire 1-0 des Meyrinois est bien l’unique leçon à tirer et le seul souvenir à garder de cette affiche de 2ème ligue inter.

Le jeu tué par l’enjeu, donc ? « Peut-être, répond William Niederhauser, l’entraîneur des Grenat. C’était un match tendu, serré et engagé. Avec deux équipes qui se connaissent et qui sont très proches au classement.»  Car, avant la rencontre, le leader jaune et noir n’avait qu’un petit point d’avance sur son adversaire, tout en n’oubliant pas Monthey qui reste intercalé entre les deux.

Première période insipide

La fraîche et régénérée pelouse de la Praille accueillait donc ce qui se fait mieux dans notre coin de pays en 2ème ligue inter. Dur à y croire, tant la première période se sera démarquée par une insipidité qui n’a pas vraiment fait honnête publicité à la catégorie de jeu. Même si Drilon Paçarizi a rapidement fait briller Christophe Guedes dès la 8ème minute. On n’oubliera pas non plus la demi-volée de Jonathan Ledru passée à côté des cages servettiennes (14ème). Et sinon ? L’ennui, surtout, pour le spectateur. Pas forcément pour l’entraîneur. « Je nous ai trouvé bons, déjà en première mi-temps, analyse le boss meyrinois Jean-Philippe Lebeau. Nous avons eu des occasions et nous étions bien physiquement. Nous avons su mettre de l’intensité dans notre jeu et donner du rythme à la rencontre

La satisfaction est légitime, tant Meyrin a semblé maîtriser son match, en faisant vivre le ballon. « Cela faisait partie de mes consignes, acquiesce Lebeau. Mais il faut utiliser la balle afin de créer quelque chose.» Jusqu’aux vingt-cinq mètres adverses, les mots du coach ont été entendus. Mais, derrière, Servette présente des arguments de choix et le trio Rodrigues-Baumann-Kursner affiche une sérénité naturelle. Les 145 matchs de Ligue Nationale qu’ils comptent à eux trois y sont pour quelque chose (Rodrigues 16, Baumann 111, Kursner 18).

Reste que pour animer une rencontre, il faut un peu plus qu’une défense solide. Venu chercher du temps de jeu avec la réserve, Hugo Fargues n’a jamais su accélérer un jeu stérile. Rentré à la pause, Kevin Tsimba, frère du capitaine meyrinois Cédric, en a fait un peu plus, sans toutefois briller. L’ancien pensionnaire du centre de formation de l’Olympique Lyonnais va cependant pour la première fois faire son apparition dans le groupe professionnel ce lundi à Chiasso.

Rodrigues pressé par Nsilu

Dia et Grujicic en évidence

Il aura fallu attendre l’heure de jeu pour voir poindre un peu d’animation. Un coup-franc de Baumann, d’abord, pour réveiller tout le monde. Là où, un soir d’avril 2011, Peter Jehle, alors portier de Vaduz, était resté pantois, l’impeccable Bojan Grujicic lâchait une claquette décisive. Dans l’enchaînement, Ledru puis Aboubacar Dia faisaient suer Guedes. Lequel était bien obligé de se rendre impuissant à la 67ème minute lorsque le même Dia se présentait seul face à lui après une erreur de Kursner. Sans précipitation, le joker meyrinois fixait le portier pour l’ajuster parfaitement. Son entrée était parfaite, le match avait basculé.

« Nous savions que ce match se jouerait sur des détails, regrette Niederhauser. Nous faisons deux petites erreurs défensives sur toute la rencontre et une se paye cher. Mais il faut être efficace et nous ne l’avons pas assez été aujourd’hui. Notre jeu offensif a été mis en difficulté par l’impact physique de l’adversaire. Il nous a donc manqué quelque chose. Notamment du réalisme.» Il ne saurait avoir tort. Car les M21 ont aussi eu leurs opportunités. On pense forcément à la demi-volée de Hamza Kari après une belle remise de Connor Bell (79ème). Mais la frappe de l’Algérien, un peu trop centrée, permettait un arrêt miracle de Grujicic. Negro et Bell eurent aussi leurs petites chances. Bien trop maigres toutefois pour faire mal à cette très sérieuse équipe meyrinoise.

Dia inscrit le seul but du match

« Prendre match après match »

« Nous avons eu des occasions en deuxième mi-temps, nous aurions dû tuer le match, considère tout de même Lebeau. Mais je suis content car nous avons été très sérieux et appliqués. Et quand on fait ce qu’il faut, on récolte ce que l’on mérite.» Avec ce succès, les Jaune et Noir sont plus que jamais dans le bon wagon vers la 1ère ligue. Mais Monthey ne lâche pas le coup et reste à égalité de points. « Notre objectif ne change pas, ça reste la montée, insiste Lebeau. Mais nous prenons vraiment match après match, tout en sachant que tous les adversaires seront difficiles

Pour Servette, en revanche, les quatre points de retard désormais accusés sur le duo de tête sont un vrai coup au moral. « La promotion reste dans le fond l’objectif, souffle William Niederhauser. Mais nous ne sommes pas seuls à postuler.» L’amertume est compréhensible. Les jeunes servettiens n’ont pas été à la hauteur de l’évènement. A se demander si ce n’était pas Meyrin qui jouait à domicile.

 

SERVETTE FC M-21 – MEYRIN FC  0-1 (0-0)
Stade de Genève

But : 67′ Dia 0-1

Servette M21 (3-4-3) : Guedes – Rodrigues, Baumann ©, Kursner – Gazzetta (60′ Negro), L. Tavares, Fargues (46′ Tsimba), D. Tavares (77′ Boteli) – Kari – Bell, Ndongo.
Entraîneur : William Niederhauser

Meyrin (4-2-3-1) : Grujicic – Howard, Buchs, Tissot, Dembele – De Freitas, Ledru – Tsimba © (75′ Martins Cepa), Paçarizi, Alanga (56′ Dia) – Nsilu (84′ Cardoso).
Entraîneur : Jean-Philippe Lebeau

Avertissements : Rodrigues, Kari, Bell (SFC) ; Paçarizi (Meyrin)

 

Photos : IV Sport

 






Share.