Les Carougeois respirent encore

0

Grâce à une folle remontée en deux minutes, Carouge II s’octroie un petit espoir de croire encore au maintien à une journée de la fin après son match nul (2-2) accroché à la Fontenette contre le FC City, son concurrent direct.

Une grande pression d’un côté et un espoir immense de l’autre. Dans ce duel de tous les dangers, les Carougeois pouvaient faire coup double : s’extirper de la zone de relégation et y catapulter le FC City à une journée de la fin. Avec la sanction disciplinaire de l’ASF levée en début de semaine, City se savait en danger avec quatre points de pénalité retirés suite à l’incident de la 15ème journée contre Benfica.

Mais cela n’a pas empêché les hommes d’Auro Duarte de bien démarrer la rencontre pour mener rapidement au score grâce à Machuca, qui, après un rapide crochet du droit sur le défenseur Medori, conclut du gauche une sublime combinaison à trois sur un coup franc aux trente mètres (7′, 0-1). « On est bien rentrés dans le match avec la ferme intention de prendre les trois points et non de réaliser une belle prestation pour les spectateurs présents », glissait le coach de City qui a mis en place un système défensif difficile à déverrouiller avec un bloc bas où les attaquants ne rechignent pas à aider les défenseurs.

Durant la première demi-heure, la possession du ballon est largement en faveur des Carougeois, inhibés et trop absorbés par l’enjeu. « On ne mettait pas assez d’intensité dans nos transmissions de balle qui étaient trop latérales et facilement lisibles pour l’adversaire. City avait tout le loisir de se réorganiser après la perte du ballon et nous n’avons pas su les mettre en danger sur cet aspect-là du jeu », analysait l’entraîneur Carougeois, Yves Miéville. Après avoir placé un beau coup franc juste au dessus de la barre à une trentaine de mètres du but de Vincent Simoes (22′), Schmid lance parfaitement en profondeur Machuca qui se fait faucher, en pleine course, par le gardien carougeois et obtient un penalty, transformé sereinement par l’attaquant Duarte (31′, 0-2).

8 buts cette saison pour Machuca

Deux minutes de folie

Les pensionnaires du Bois-des-Frères pensaient avoir fait le plus dur en inscrivant le but du break mais celui-ci va complètement réveiller des Carougeois, amorphes jusque-là. Amdouni, le meneur de jeu carougeois, va alors sonner la révolte en réduisant la marque sur une tête rageuse dans les six mètres à la suite d’un centre millimétré de l’ailier droit, Ben Farhat (38′, 1-2). Revenus de nulle part, les protégés de Miéville vont profiter de leur temps fort pour égaliser grâce à Mpon, qui profite d’un cafouillage dans la surface de réparation pour placer un joli tir croisé du gauche dans le petit filet de la cage d’Andic, abandonné par sa défense (40′ 2-2). « On s’est vus trop beaux après nos deux premiers buts et on a pensé le match terminé. On a arrêté de jouer alors qu’on aurait dû serrer les rangs derrière pour procéder en contre et définitivement les assommer », regrettait le mentor de City.

Secoués aux vestiairea, ses joueurs montrent alors un tout autre visage lors du second acte. D’abord sur une dangereuse tête piquée de Duarte, seul à la réception d’un centre du milieu défensif Schmid (49′). Ensuite, sur une frappe au sol fuyante du remuant Machuca, qui, après avoir combiné dans un espace réduit avec le milieu récupérateur Alves, voit son ballon détourner du bout des doigts par le portier Simoes, auteur d’une horizontale digne des plus grands (55′). Entretemps, les locaux se sont procurés une belle opportunité sur un tir instantané du défenseur central Medori, venu couper à bout pourtant le corner rentrant du très prometteur Ben Farhat (53′). La dernière balle de match est pour les visiteurs mais Dos Santos, l’ailier gauche replacé en pointe dans les dernières minutes, l’a gâchée en privilégiant la puissance à la finesse pour battre le gardien Simoes, resté suffisamment longtemps sur ses appuis pour repousser l’ultime ballon chaud de la soirée (70′).

Il reste un petit espoir pour la formation de Miéville

Un semblant d’espoir

« C’est un partage de points équitable parce qu’après avoir couru derrière le score, on a dû piocher dans nos réserves physiques pour bien terminer le match, confiait Yves Miéville. Il nous manqué un peu de réussite et surtout un attaquant qui fait la différence dans le dernier geste. Mais mes jeunes joueurs (19 ans de moyenne d’âge) ont énormément progressé depuis le début de la saison. On aurait aimé gagner mais ce résultat nous permet d’espérer encore. »

La flamme de l’espoir stellien reste toujours vive, malgré un bilan de 10 points en 21 journées. Mais pour cela, il faudra s’imposer lors de la dernière journée face à  l’Olympique de Genève et prier pour une défaite de City contre le récent champion, Veyrier, pour se maintenir. Difficile, mais pas impossible.

 

ETOILE CAROUGE FC – FC CITY  2-2 (2-2)
Stade de la Fontenette

Buts : 8′ Machuca 0-1, 31′ Duarte (P) 0-2, 38′ Amdouni 1-2, 40′ Mpon 2-2

Carouge II (4-2-3-1) : Simoes – Pagliuca, Donynath, Medori, Dos Reis – Mpon, Camillone (80′ Benslama) – Ben Farhat, Amdouni (84′ Da Costa), Ntongo © – Zolana (75′ Alves).
Entraîneur : Yves Miéville

City (4-2-3-1) : Andic – Fernandes, Santos ©, Mehmeti, Rmiza – Schmid, Alves (81′ Valencia) – Furtado (84′ Dewin), Machuca, Dos Santos – Duarte (63′ Gaillard).
Entraîneur : Auro Duarte

Avertissements : Pagliuca, Mpon (Carouge) ; Mehmeti, Schmid, Furtado, Dos Santos (City)

 

Photos : OneClick-Photo (archives)

 






Share.