Veyrites et Meyrinois se neutralisent

0

Juniors A Inter – Les jeunes par les jeunes / Le premier derby genevois de la saison termine sur un nul (1-1). Meyrin peut cependant nourrir quelques regrets.

Au stade de Veyrier-Village, l’atmosphère est particulière ce dimanche 27 août. Le championnat est sur le point de reprendre et l’excitation au bord du terrain est palpable. Après deux mois loin des terrains, le football reprend enfin ses droits.

Aujourd’hui, la troupe de Sebastian Caparros reçoit Meyrin, une équipe ambitieuse qui a vu le titre lui échapper de peu la saison dernière. Sauvé de justesse en juin dernier, Veyrier se frotte à un adversaire de taille.

Première période à deux penchants

Les visiteurs se rendent très vite dangereux. L’attaquant Visentini a l’occasion de donner l’avantage aux siens mais manque de tranchant à deux reprises. « On a eu deux occasions franches dans les dix premières minutes qu’on aurait dû mettre au fond »  commente l’entraîneur meyrinois Marcio Lage. Ce n’est cependant qu’une question de temps pour Meyrin: Waheishi marque peu après. Parfaitement lancé dans le dos de la défense, le numéro vingt des Jaune et Noir efface Rabi et conclut dans la cage vide (20′, 0-1).

Suite à ce but, les Veyrites commencent à être à l’aise balle au pied et semblent avoir les atouts nécessaires pour bousculer leur vis-à-vis. Illustration avec cette superbe action à la vingt-septième minute: Teigeler décale Bonamusa sur la gauche qui à son tour centre en première intention et trouve la déviation décisive de Parisi (27′, 1-1). 

L’équipe hôte confirme qu’elle est dans un temps fort et continue d’avoir la possession du ballon. Bothereau tente une frappe de loin à cinq minutes du thé mais Aveni dévie en corner et scelle ainsi ce score nul à la pause. « Sur les vingt dernières minutes de la première période il aurait fallu passer l’épaule », commente le coach local Caparros, un peu frustré. En effet, alors que Meyrin est réduit à neuf suite aux avertissements de Mora et de Waheishi, les siens sont incapables de marquer un précieux deuxième but.

Dominer n’est pas gagner

Une fois la deuxième mi-temps lancée, ce sont à nouveau les Meyrinois qui prennent le contrôle du match. Les joueurs de Marcio Lage ne sont plus en infériorité numérique et peuvent désormais poser leur jeu. Ils insistent mais ont de la peine à se rapprocher du gardien Rabi. En face, Veyrier subit, certes, mais l’équipe est parfaitement en place derrière et semble tenir son nul.

Dans le temps additionnel, Mora est sur le point d’offrir les trois points à Meyrin mais son tir est arrêté. Les Veyrites passent même tout près d’un « hold-up » sur la contre-attaque qui en débouche mais le malheureux Bonamusa envoie le ballon dans les étoiles.

Au coup de sifflet final, Marcio Lage, resté sur sa faim, loue tout de même ses jeunes: « On était largement supérieurs en deuxième période, malheureusement on a manqué de finition et la chance ne nous a pas souri. Je suis toutefois très fier de mon équipe qui a montré beaucoup de caractère et ne s’est pas faite écraser dans les duels malgré son jeune âge »

De son côté, l’entraîneur de Veyrier prétend « s’en être bien sorti et avoir arraché ce précieux premier point en serrant les dents en équipe. »

Le ton est donné. Dans ce championnat interrégional 2017-2018 aucune équipe n’a l’intention de faire de cadeaux et chacune compte bien se dépasser à chaque match, coûte que coûte. La suite s’annonce palpitante.

 

FC VEYRIER SPORTS – MEYRIN FC 1-1 (1-1)
Stade de Veyrier-Village

Buts: 20′ Waheishi 0-1, 27′ Parisi 1-1

Veyrier (4-3-3): Rabi – C. Bernheim, Morat, Mukenge, Bernardino © – Teigeler, Bothereau, Réaut – Sail, Parisi, Bonamusa.
Remplaçants: Nervitto, Baltazar, Delgadillo, A. Bernheim, De Sousa, Delallée, Branco.
Entraîneur: Sebastian Caparros

Meyrin (4-3-3): Aveni – Dantas, Affolter ©, Mora, Tombola – Ferreira, Rüfli, Waheishi – Haxhiu, Visentini, Savricouty.
Remplaçants: Micic, Pasche, Dos Santos, De Oliveira, Bessa.
Entraîneur: Marcio Lage

Avertissements: Sail, Baltazar (Veyrier); Waheishi, Mora (Meyrin).

 

 

Share.