Meyrin renverse Echallens. Et la 1ère ligue.

Meyrin renverse Echallens. Et la 1ère ligue.

0

Avec un doublé de Paçarizi dans les dernières minutes, les hommes de Lebeau relancent un championnat de folie.

Les cartes sont rebattues en 1ère ligue. Et plutôt trois fois qu’une. La « faute » à un Lancy qui a abandonné sa place de leader à Oberwallis (défaite 3-1), pendant que les M21 de Young Boys prenaient la mesure deTeam Vaud (3-1 pour les Bernois). La « faute » surtout à un Meyrin renversant, qu’on a longtemps imaginé rater le coche. « Mais il faut jamais prévoir l’issue d’un match avant de l’avoir vu », reprend un Jean-Philippe Lebeau forcément heureux.

Car les Meyrinois ont été admirables dans le caractère déployé lors de la réception d’Echallens samedi. Menés 2-0, puis 2-1 en étant réduits à dix après l’expulsion de Dias Chaves pour une faute de dernier recours (76′), les « Jaune et Noir » ont trouvé les ressources pour retourner la situation. Le héros de la soirée ? Drilon Paçarizi. L’ex-Carougeois égalisait à 2-2 à la 89ème d’une superbe frappe enroulée du droit, avant de sceller la marque à la 94ème reprenant un centre de Matt Moussilou. Et d’envoyer tous les joueurs meyrinois ou presque sur la pelouse. Une jubilation totale incarnée par le sprint de l’entraîneur Lebeau pour aller partager la joie de son groupe.

Un début raté

« C’est une belle victoire obtenue à l’énergie, mais également de par notre qualité, insiste le coach. Sur l’ensemble du match, nous méritons notre succès ». Factuellement, Lebeau a raison. Mais, à l’analyse, il ne devra pas occulter le début de match raté de son équipe.

Pourtant, Meyrin était prévenu. Echallens n’avait rien de l’adversaire facile. Surtout, une quinzaine de jours plus tôt, les Vaudois avaient déjà contraint Lancy au nul (1-1) à Marignac. Pas gênés par ce rôle de contradicteur des équipes genevoises, les hommes d’Alexandre Comisetti ont longtemps fait douter et déjouer les Meyrinois. Le recours utilisé: un pressing agressif sur le porteur à mi-terrain et une construction patiente pour s’approcher des buts de Monteiro.

Cela a payé pour Echallens. En un quart-d’heure, l’équipe du Gros-de-Vaud avait mis son plan à exécution. De l’impact, d’abord, pour faire vaciller Meyrin. Puis de la vivacité, lorsqu’un attaquant était déséquilibré dans la surface de réparation par Buchs. Penalty logique et transformation parfaite de Samandjeu.

Samandjeu, pressé par Dia

« Pas d’excuse »

Du latéral gauche challensois, parlons-en. En plus d’un apport offensif remarqué, son gabarit imposant lui a permis de neutraliser l’ailier droit meyrinois Aboubacar Dia. Il faut dire que le plan de jeu des «Jaune et Noir» lui a longtemps facilité la tâche. A savoir une recherche permanente des côtés dès la récupération de la balle, souvent par une longue diagonale laissant le temps au défenseur d’appréhender la trajectoire du ballon. Dans ce contexte, le droitier Dia a éprouvé beaucoup de peine à faire la différence.

« Il n’y a pas d’excuse à trouver sur notre début de match, assume Lebeau. Nous avons peut-être été un peu trop dans l’attente, dans l’observation. Et nous avons sans doute manqué d’impact ». La donne a été différente, dès lors que Dia et l’autre ailier Martins Cepa inversaient leur position. Avec Martins Cepa, lequel est un véritable gaucher, face à lui, Samandjeu a moins brillé. D’autant plus que le cap de la demi-heure de jeu passé, Meyrin était bien mieux sur les deuxièmes ballons. L’idée de l’équipe de Lebeau n’avait pas varié, mais à force d’insister, elle finissait par créer un certain danger dans les rangs vaudois. A l’image de cette grosse opportunité pour Moussilou (37′), dont la frappe suite à un centre de Paçarizi était trop croisée.

Le derby en ligne de mire

C’est en fait en seconde mi-temps que le match a pris une tournure particulière. L’occasion manquée par le même Pacarizi à la 56ème aurait dû tout changer. Car, seul à dix mètres, le Genevois était victime d’un malheureux rebond. La balle d’égalisation finissait trois mètres au-dessus des buts vaudois. Deux minutes plus tard, Bersier déviait un centre de Debluë devant Monteiro et donnait une marge de deux buts à son équipe.

Mais Echallens n’en profita jamais. Pire, menant 2-1 (après l’égalisation d’un Moussilou toujours présent) et en supériorité numérique, l’équipe de Comisetti prenait trop à la légère deux énormes occasions (80′ et 85′). Il n’en fallait pas plus pour booster l’âme des Meyrinois, qui y ont toujours cru.

Reste que face à la folie du scénario, Jean-Philippe Lebeau demeure froid : « Ce n’est pas une victoire plus fondatrice qu’une autre. Nous avons déjà remporté des succès de ce genre. Celle-ci nous apporte surtout beaucoup de plaisir ». Elle contribuera sans doute à la dynamique positive nécessaire avant d’aller défier Lancy. Les deux clubs genevois affichent chacun 37 points au compteur, avec deux unités de retard sur YB M21. Autant dire que l’affiche de samedi prochain (17 heures à Marignac) promet. Le foot genevois y sera à l’honneur.

 

MEYRIN FC – FC ECHALLENS REGION  3-2 (0-1)
Stade des Arbères

Buts : 14′ Samandjeu (P) 0-1, 58′ Bersier 0-2, 69′ Moussilou 1-2, 89′ Pacarizi 2-2, 94′ Pacarizi 3-2

Meyrin (4-2-3-1) : Monteiro – Howard (79′ Rezzonico), Buchs, Tissot ©, Katana – Dias Chaves, Diallo (60′ Tsimba) – Dia (57′ Valente), Pacarizi, Martins Cepa – Moussilou.
Entraîneur : Jean-Philippe Lebeau

Echallens (4-1-4-1) : Richard – Debluë, Salvi, Amougou, Samandjeu – Adam – Bersier (95′ Dupuis), Galokho (60′ Bozic), Germanier ©, Chevalley – Begzadic (79′ Ahamada).
Entraîneur : Alexandre Comisetti

Avertissements : Diallo (Meyrin) ; Bozic, Germanier, Deblu et, Ahamada (Echallens).
Expulsion : 76′ Dias Chaves (Meyrin)

 

Photos : IV Sport

 







Share.