Eldar Suljicic, l’art de ne jamais baisser les bras

0

Formé à Carouge puis passé par le Bayern et Sochaux, l’ex-Perlysien Eldar Suljicic se retrouve un été plus tard chez les M21 de Young Boys. Retour sur son parcours très atypique.

« Il ne faut jamais lâcher, j’ai appris que quand on veut, on peut. C’est une question de travail ». Ces paroles ne sont pas anodines. En effet, le récent transfert d’Eldar Suljicic chez les M21 du champion suisse Young Boys est une véritable consécration pour celui qui n’a jamais été réellement considéré lors de ses plus jeunes années.

Né le 10 août 1999 en Bosnie, Suljicic s’installe à Genève, dans le quartier de Plainpalais, un an et demi après sa naissance. Sa passion pour le football n’est cependant pas innée, comme l’explique ce dernier : « Avant mes neuf ans, je ne m’intéressais pas du tout au foot. Un jour, mon beau-père m’a proposé de m’entraîner avec lui et c’est seulement alors que la passion est née ». Après avoir touché ses premiers ballons, il faut peu de temps au petit Eldar pour se décider à s’inscrire en club. Pour des raisons pratiques, son choix porte sur le club situé le plus près de chez lui : Etoile Carouge.

En haut à droite, lors de ses premières années à Carouge

De la Fontenette à la Säbener Straße

En six ans passés chez les Stelliens, Suljicic ne trouve jamais une place au sein des équipes élite. Malheureusement pour le jeune attaquant, sa régularité, son travail individuel acharné et sa force de volonté ne suffisent pas. Un choix surprenant et difficile à digérer, surtout au vu des nombreux buts que ce dernier inscrivait chaque week-end au fil des saisons. Toutefois, le jeune bosniaque ne perd pas la foi et continue de s’entraîner avec en tête un projet ambitieux. À l’âge de seize ans seulement, il s’en va tenter sa chance chez un cador européen : le Bayern Munich.

« J’ai passé une semaine de test avec les M21. Par chance, il y avait un autre joueur bosniaque dans l’équipe pour me traduire les consignes. Ma permanence sur place a été très agréable. Les entraîneurs ont même aimé mon profil mais ne me garantissaient pas assez de temps de jeu. Ma décision a été difficile mais à cet âge-là, je devais absolument jouer et non pas passer des rencontres entières sur la touche ». D’un commun accord avec le Bayern, Suljicic rebrousse chemin après cette courte mais enrichissante expérience bavaroise.

Suljicic, à droite, au centre d’entraînement de la Säbener Straße

Les débuts en 3ème ligue

De retour à Genève avec la conviction d’avoir les armes requises pour pouvoir évoluer à haut niveau, le buteur bosniaque choisit cette fois l’autre équipe de la Fontenette : US Carouge. « J’ai préféré ne pas retourner à Etoile Carouge car je savais que j’aurais eu des problèmes en cas de futur transfert. De plus, en rejoignant US Carouge, j’ai pu faire mes débuts en 3ème ligue dans l’équipe dirigée par Raffaele Del Rosso », justifie t-il.

Suite à son passage en Allemagne, le nom de Suljicic commence logiquement à circuler dans les dossiers de certains recruteurs étrangers. « Je me souviens de la fois où le recruteur de Chelsea est venu me voir, témoigne ce dernier. C’était lors d’un match de Coupe avec les Juniors B et nous étions menés 3-2 à quelques secondes du terme. Puis, j’ai marqué de la tête sur le dernier coup franc du match et nous nous sommes qualifiés aux pénaltys ». Une performance qui, additionnée à d’autres, n’est pas passée inaperçue. En effet, le talentueux attaquant ne tarde pas à recevoir une offre dans les jours successifs. Ce n’est toutefois pas le club londonien qui s’offre à lui mais le FC Sochaux-Montbéliard en France. Prêt à tenter sa chance dans un des centres de formation les plus reconnus de l’Hexagone, l’ex-Stellien accepte cette nouvelle aventure.

Une étape décevante en France

Ce transfert ne se déroule cependant pas comme espéré. En effet, lors de ses premières semaines à Sochaux, Suljicic peut uniquement s’entraîner, sans disputer de matchs : « Dès qu’Etoile Carouge a appris mon départ, les dirigeants ont tenté de me retenir en m’appelant avec la première équipe. Ma décision était déjà prise mais ces complications de dernière minute ont fait que je n’ai pu disputer mes premiers matchs officiels qu’après trois mois sur place ». 

Outre le manque de terrain initial, d’autres aspects ont rendu ce séjour en France regrettable pour Suljicic. « La mentalité malsaine des gens sur place », par exemple, ainsi que le fait d’être loin de ses proches ont été deux facteurs désagréables. « Au centre, c’était chacun pour soi. Je me prenais trop souvent la tête avec mes coéquipiers. J’étais à chaque fois impatient que le week-end arrive pour pouvoir rentrer chez moi ». Sans hésiter, l’attaquant bosniaque résilie son contrat dès la fin de saison et met une nouvelle fois le cap sur Genève.

Sochaux, une étape à oublier pour Suljicic

Perly, le bon endroit pour « se relancer »

« Lorsque je suis rentré à Genève, je n’avais pas la moindre idée de comment poursuivre ma carrière. Puis, un de mes amis m’a appelé en me proposant de venir jouer en 2ème ligue inter avec Perly. J’ai alors pensé que ce serait un bon moyen de se relancer ». En effet, très bien accueilli au sein de l’équipe de Mattia Petrini l’an dernier, Suljicic affirme avoir passé l’une de ses plus belles années « auprès d’un groupe et d’un entraîneur formidables ».

Bien que le dénouement du dernier championnat ait été un échec pour Perly, rétrogradé en 2ème ligue, le fait d’avoir joué de façon si constante sur une saison entière a fait acquérir de l’expérience au buteur bosniaque. Après avoir prouvé en inscrivant sept buts d’avoir les épaules pour ce type de division, ce dernier se rend dans le courant du mois de juillet au centre d’entraînement de Young Boys afin d’effectuer des tests. Malgré une forte concurrence, extrêmement talentueuse et provenant en majeure partie de clubs d’un calibre supérieur à celui de Perly, Eldar intègre officiellement les M21 de YB le 20 juillet dernier.

Sept buts pour Suljicic en 2ème ligue inter (Photo : IV Sport)

Young Boys, dans la cour des grands

Désormais installé dans la capitale, l’ancien Perlysien s’y plaît à merveille. « Tout se passe très bien ici. Les entraîneurs me mettent en confiance et sont très sympathiques. De plus, je ne me trouve pas loin de mes proches et il m’arrivera de me déplacer plusieurs fois à Genève au cours du championnat de 1ère ligue. Au niveau de mes études, je prend des cours d’allemand et je me prépare aussi pour passer des examens dans mon école de commerce. Je suis conscient de la chance énorme qui m’a été offerte et je suis déterminé à obtenir un contrat professionnel dès que mon heure sera venue ». 

Sous le maillot Jaune et Noir, Suljicic a disputé son premier match en tant que titulaire et est rentré en cours de jeu lors des trois rencontres les plus récentes, notamment samedi dernier sur le terrain de Lancy (2-0). Quant à la très convoitée Youth League qui débutera ce mardi 18 septembre, le fer de lance bosniaque n’y participera pas. En effet, à l’occasion de la première participation à la phase de poule de son histoire, le club bernois a décidé d’intégrer dans sa liste européenne uniquement les joueurs ayant passé une certaine période au club avant la compétition. Le but étant d’éviter une arrivée en masse de nouveaux joueurs ayant pour unique objectif de participer à cette compétition majeure. Suljicic devra donc être patient, mais ce dernier saura certainement convaincre ses entraîneurs à faire de lui une pièce indispensable tout au cours de la saison.

YB, la nouvelle étape de Suljicic (Photo: BSC Young Boys)

 






Share.