Veyrier commence à y prendre goût

0

Vainqueurs 4-2 contre Tavannes/Tramelan, les Veyrites sont à un match de disputer encore une fois le tour principal de la Coupe de Suisse. Impressions de l’attaquant Kevin Ben, double buteur jeudi soir, qui nous raconte également son parcours.

Au mois d’août, les clubs genevois vont battre un record de participation au premier tour de la Coupe de Suisse sur ces dernières années. Aux qualifiés d’office que sont Servette et le vainqueur de la Coupe genevoise s’ajoutent Meyrin, Carouge et Lancy qui ont passé les deux tours qualificatifs en 1ère ligue. En 2ème ligue inter, comme vous le savez, ce ne sont pas deux mais trois tours préliminaires qu’il faut surmonter. Trois équipes étaient encore en lice au tour 2, qui se dispute cette semaine. Bernex a fait le boulot mercredi soir chez les Fribougeois de Farvagny/Ogoz (2-3 aux prolongations) et Veyrier a fait de même jeudi à domicile contre les Bernois de Tavannes/Tramelan (4-2). Pour sa part, l’Olympique de Genève recevra samedi le CS Romontois.

Kevin Ben, double buteur qui a connu l’élite

Arrivé l’été dernier du côté de Veyrier-Village en provenance d’Interstar, Kevin Ben a inscrit le 2-1 et le 3-1 qui ont mis les siens à l’abri jeudi soir. « On a abordé le match sereinement, on était bien concentrés, motivés et confiants, confie le double buteur. Cela nous a fait du bien après nos deux dernières sorties en championnat (défaites 1-0 contre Bernex et 3-0 contre Servette M21, ndlr) »

Formé au Servette, Ben n’a pas pu s’imposer en première équipe, où il n’a eu droit qu’à 30 petites minutes en Challenge League contre Vaduz en 2013. Il détaille sa période servettienne : « J’étais déjà dans le groupe l’année d’avant en Super League quand l’équipe a été reléguée, mais comme chaque match était une finale, c’était dur d’avoir du temps de jeu. J’étais sous contrat trois ans et demi, j’étais dans les papiers de Sébastien Fournier, mais quand il y a eu un changement de direction, j’ai été prêté. A Nyon, cela s’est bien passé mais quand je suis revenu, c’était encore une autre direction qui n’était pas au courant de mon existence. Je suis arrivé à Balexert pour la préparation et on m’a demandé qui j’étais ».

Ben et Teicher, auteurs de trois des quatre buts veyrites

Place au football plaisir

La suite ? Un autre prêt en Promotion League, à Carouge, qu’il rejoint définitivement à la fin de son contrat pour une saison supplémentaire, avant de filer à Bernex en 1ère ligue puis en 2ème ligue inter avec Interstar et Veyrier. « C’est après l’étape carougeoise que je me suis posé des questions sur mon avenir. Depuis, j’ai fait entre guillemets mon deuil de mon rêve de gosse », reconnaît-il.

L’élite oubliée, l’avenir passe par le football plaisir. Et Veyrier est un des clubs qui répond parfaitement à ce concept. « J’ai arrêté l’école très tôt pour me concentrer sur le foot, précise Kevin. Mais les années passent très vite donc j’ai décidé de commencer un apprentissage de paysagiste. C’est un métier qui me coûte physiquement donc je ne peux pas toujours m’entraîner. Mais je me sens bien ici, c’est un club familial, comme l’était également Interstar. La suite ? Cela va dépendre de mon avenir professionnel. Actuellement, c’est à côté de mon boulot, donc ça m’arrange ». 

Avant de savoir si à Veyrier il a trouvé un environnement stable qui lui permette de s’installer dans la durée, Kevin Ben et son équipe veulent faire bonne figure dans ce championnat. Même si l’équipe n’était pas programmée pour jouer le titre, la course à la promotion semble soldée et l’Olympique de Genève se dirige tout droit en 1ère ligue. Pas de quoi baisser les bras pour autant pour cette fin de saison : « On s’est retrouvé en haut à la trêve alors qu’on jouait le maintien à la base. Mais on s’est jamais dit qu’il fallait jouer le titre, on s’est dit que si on pouvait, on le ferait, pourquoi pas. Mais c’était difficile. Aujourd’hui, on ne veut pas que ce premier tour magnifique n’ait servi à rien, on veut rester en haut du tableau. Et on veut aller chercher une qualification pour la Coupe de Suisse, cette compétition tient à coeur aux gens de Veyrier car ils ont connu de belles émotions ces dernières années, cela a donné des belles fêtes au village. On veut que la saison soit belle pour le club ».

Vers la passe de huit ?

En attendant cet été, Bernex, Veyrier et OG peuvent compléter un tableau qui pourrait être plus genevois que jamais. Si Bernésiens et Veyrites passent leur dernier tour qualificatif fin juin, et qu’OG passe ses deux tours, ce ne seront pas moins de huit clubs du canton qui pourront rêver d’accueillir un club de Super League au mois d’août prochain. Les Veyrites savent de quoi nous parlons, eux qui ont eu la chance de recevoir Young Boys en 2013 et Thoune en 2018. Daniel Villa et les siens semblent y prendre goût et ont fait de cette compétition leur spécialité. 

 

FC VEYRIER-SPORTS – FC TAVANNES/TRAMELAN  4-2 (3-1)

Buts : 2′ Seneze 1-0, 36′ Habegger 1-1, 37′ Ben 2-1, 41′ Ben 3-1, 47′ Teicher 4-1, 78′ Habegger 4-2

 

Photos : Stéphane Eursels

 

 






Share.