Servette laisse échapper la victoire

0

GEF M-16 / Les Grenat menaient de trois longueurs à vingt minutes du terme avant de se faire rejoindre par le FC Bâle dans l’acte 1 des demi-finales du championnat (5-5).

Après avoir facilement écarté Saint-Gall lors des quarts de finale (7-0, 0-1), Servette avait rendez-vous samedi après-midi avec l’ogre bâlois à Balexert pour tenter de faire un premier pas vers la grande finale du championnat. « Il y a six mois, nous ne nous imaginions pas être à ce stade de la compétition, avouait l’entraîneur local Bernardo Hernandez. Les joueurs ont effectué un énorme travail et méritent aujourd’hui d’y être. Ils peuvent aller au bout ». La tâche s’annonçait ardue face à l’une des meilleures équipes du pays, mais loin d’être impossible pour une équipe servettienne capable de tout. 

Servette fait exploser Bâle en l’espace de quinze minutes

Malgré une chaleur étouffante à l’heure du coup d’envoi, le duel démarre à cent à l’heure. Les visiteurs ne tardent que cinq petites minutes à prendre l’avantage sur un penalty transformé par Mestre (5′, 0-1). Bien mieux entrés dans leur partie, les Rhénans dominent totalement leur adversaire et enchaînent les occasions. Ils parviennent logiquement à doubler la mise après vingt minutes grâce à un magnifique coup de tête du buteur maison Hunziker (19′, 0-2).

Inexistants jusque-là, les locaux vont parfaitement réagir afin de s’offrir un quart d’heure de rêve. « Nous avons souvent été dans la réaction cette saison, expliquait le mentor grenat. Mes joueurs ne sont jamais aussi forts que lorsqu’ils sont dos au mur ». C’est tout d’abord le capitaine Cavazzana qui montre le chemin à suivre en réduisant la marque sur une belle frappe croisée (26′, 1-2) avant que Sekularac n’égalise six minutes plus tard d’un pointu qui termine sa course en lucarne (32′, 2-2).

Scherler conduit le ballon sous les yeux de Sekularac

Bâle n’y est plus du tout et les Servettiens en profitent pour inscrire deux nouvelles réussites avant la pause. Tout d’abord, Sawadogo dépose une merveille de coup franc sur la tête d’Hofmänner (39′, 3-2), puis une minute plus tard, Sestito profite d’une mauvaise transmission d’Okafor vers son gardien pour marquer le quatrième dans le but vide (40′, 4-2). Un scénario complètement fou qui promet encore bien des surprises pour la suite.

Bâle retourne à son tour la situation

Le début de seconde période est plus calme. Ce sont les Grenat qui maîtrisent désormais les débats et qui monopolisent le ballon. Sekularac et Sawadogo s’associent côté gauche pour mettre la défense hors de portée mais le numéro 10 se fait contrer in extremis au moment de conclure. Ce n’est que partie remise puisqu’après l’heure de jeu, ce même Sekularac est trouvé en profondeur par Scherler. Il élimine son vis-à-vis d’une facilité déconcertante avant de conclure plein de sang froid devant Rustemi (65′, 5-2). 

Avec trois longueurs d’avance, tous les voyants sont au vert, mais attention au sursaut d’orgueil bâlois. « Nous avons de la peine lorsque nous devons gérer un résultat », affirmait Bernardo Hernandez après la rencontre. Les visiteurs réagissent dans la foulée : le nouvel entrant Karabacak sert Hunziker sur un plateau en retrait et ce dernier ne tremble pas au moment de finaliser (68′, 5-3). De quoi installer le doute dans la tête des locaux.

La joie des Bâlois sur la réussite d’Hunziker

L’entrée de Karabacak change totalement la dynamique de la rencontre. L’ailier est dans tous les bons coups et fait très mal aux Servettiens. Il ramène son équipe à une longueur (78′, 5-4) avant d’être à l’origine de l’égalisation finale. Sa reprise de volée oblige Babel a réalisé une parade compliquée et le rebond profite à ce diable d’Hunziker qui s’offre un triplé (85′, 5-5) et qui permet aux siens d’aborder la seconde manche avec l’avantage du but à l’extérieur. 

« Nous sommes capables d’aller gagner à Bâle »

Frustré à l’issue de la rencontre, Bernardo Hernandez tenait tout de même à tirer un grand coup de chapeau à ses protégés : « C’est vraiment frustrant de mener de trois buts et de se faire rejoindre, mais je félicite mes joueurs pour leur prestation du jour. Il ont fait un grand match et ont montré qu’ils n’avaient rien à envier aux Bâlois ». L’entraîneur servettien avouait être passé par toutes les émotions : « Après vingt minutes, nous étions menés 0-2 et là nous nous sommes dit que ça allait être compliqué. Derrière, on renverse totalement le match et on fait un pas vers la finale, mais finalement, ça fait 5-5 à l’arrivée ».

Avec ce match nul, les Servettiens n’auront pas d’autre choix que de l’emporter s’ils veulent accéder à la grande finale. « Nous sommes parfaitement capable d’aller gagner là-bas. Nous l’avons prouver au deuxième tour en gagnant sur leur terrain ». Il n’y aura donc pas de calcul à faire pour les Genevois : « Nous sommes meilleurs lorsque nous sommes dos au mur et que nous devons aller chercher quelque chose, donc cette configuration peut nous être bénéfique« .

Après ce premier acte spectaculaire et de très grande qualité, les deux formations se retrouveront samedi à 14h en Suisse allemande pour le dénouement de cette demi-finale.

 

SERVETTE FC – FC BÂLE 5-5 (4-2)
Stade de Balexert

Buts : 5′ Mestre 0-1, 19′ Hunziker 0-2, 26′ Cavazzana 1-2, 31′ Sekularac 2-2, 39′ Hofmänner 3-2, 40′ Sestito 4-2, 65′ Sekularac 5-2, 68′ Hunziker 5-3, 78′ Karabacak 5-4, 85′ Hunziker 5-5

Servette (4-4-2) : Babel – Magnin, Hofmänner, Mizzi, Sawadogo – Annor (72′ Nvendo), Jaija (62′ Gay), Scherler, Sekularac – Sestito (83′ Monteiro), Cavazzana ©.
Entraîneur : Bernardo Hernandez

Bâle (4-3-3) : Rustemi – Ruef (66′ Jirasko), Okafor (74′ Spaqi), Hajdari ©, Mestre – Chipperfield, Marjanac (61′ Karabacak), Jaiteh – Krasniqi, Hunziker, Chiappetta (46′ Karatas).
Entraîneur : Romain Villiger

Avertissements : Hajdari, Karatas et Chipperfield (Bâle)

 

 






Share.