Au SLO, Amdouni poursuit son ascension fulgurante

0

Après avoir emballé la 1ère ligue avec Carouge, Mohamed Zeki Amdouni séduit déjà en Challenge League. A 18 ans, jusqu’où ira ce phénomène de précocité ? Portrait du nouveau numéro 25 du Stade-Lausanne-Ouchy, qui sera de retour à Genève ce week-end pour y affronter Perly en Coupe de Suisse.

Arrivé chez le néo-promu de Challenge League, Stade-Lausanne-Ouchy, en provenance d’Etoile Carouge où il a tenu un rôle primordial dans la course à la promotion, le jeune Amdouni n’a pas tardé à se montrer décisif. Remplaçant lors du match d’ouverture face à GC, il a été titulaire lors des trois rencontres suivantes, et a été l’homme du match le 4 août dernier contre Vaduz. Auteur d’un doublé et d’une passe décisive, il a permis au SLO de décrocher le premier point de son histoire dans la seconde division suisse (3-3). Alors qu’il fêtera ses 19 ans en décembre, comment l’ancien protégé de Jean-Michel Aeby en est-il arrivé là ?

Formé chez trois cadors genevois

Né d’une mère tunisienne et d’un père turc, Zeki a d’abord vécu en France voisine. C’est à Saint-Julien qu’il a fait ses premiers pas sur le rectangle vert, avant de déménager à Genève : « Quand j’avais cinq ans, un an après avoir commencé le foot environ, on a décidé de venir vivre à Genève. Après avoir fait des tests, j’ai été pris à Servette ». Impossible toutefois d’effectuer la totalité de sa formation chez les Grenat, où il est resté uniquement jusqu’en M13: « Lorsque je me suis blessé, j’ai été envoyé au Meyrin FC. J’ai joué là-bas deux ans, en M14 et M15 ». Ironie du sort, Amdouni connaît un nouveau changement de club après deux saisons chez les Jaune et Noir : « Il n’y avait pas de M16 à Meyrin, j’ai donc décidé d’aller à Carouge ». Il est donc indéniable qu’avant même de faire ses débuts chez les actifs, le jeune Zeki avait déjà emmagasiné un bagage d’expérience non-négligeable lors de ses trois aventures en tant que junior.

En bas à droite, sous les couleurs du Meyrin FC

Le tournant en avril 2017

Chez les Stelliens, c’est lorsqu’il évolue en A inter que son avenir prend une toute autre tournure: « En fin de saison, en avril 2017, il manquait un joueur pour compléter l’effectif de la première équipe. J’ai commencé à m’entraîner avec eux et au final j’ai fait la préparation d’été pour la saison à venir avec le groupe ». Lors de sa première saison chez les actifs, âgé de 17 ans à peine, Zeki collectionne 4 buts en 13 rencontres de 1ère ligue, tout en participant à quelques rencontres avec la réserve carougeoise.

L’année suivante, celle de la consécration, n’est un secret pour personne: « L’entraîneur, Jean-Michel Aeby m’a fait confiance. Tout se passait très bien, le fait que nous gagnions beaucoup de matchs a certainement aidé ». Être inséré au sein d’une attaque constituée de joueurs plus expérimentés comme Matias Vitkieviez, Dylan Dugourd ou encore Oscar Correia n’a pas empêché Amdouni de prendre ses responsabilités. Ses 14 buts en 29 matchs –quatre en autant de rencontres lors des finales– sont là pour en témoigner.

Amdouni a pu compter sur la confiance de l’entraîneur Jean-Michel Aeby

La Challenge League, le grand saut

Suite à une saison parfaite au niveau individuel et collectif, l’ailier formé à Meyrin, Servette et Carouge s’attendait-il à des convoitises de clubs d’échelons supérieurs ? Probablement, car ses performances avaient attiré, entre autres, Stade-Lausanne-Ouchy avant même le début des finales de promotion : « Je ne voulais pas y penser avant la fin de la saison. On devait se concentrer sur la montée donc je leur ai demandé de me rappeler à la fin ». Malgré l’intérêt de Servette, YB, Sion ou Bâle, c’est à la mi-juin, peu après la promotion, que le transfert se concrétise : un contrat le liant 3 ans au club lausannois.

Plus jeune joueur de l’effectif de la première équipe du SLO, la pré-saison a été utile à l’ex-stellien pour s’intégrer au sein du groupe entraîné par Andrea Binotto : « J’ai réussi à bien m’intégrer. Il y a deux joueurs qui étaient avec moi à Carouge il y a deux ans, le défenseur Ferid Matri et le gardien Christophe Guedes, qui m’ont aidé à cela ». De plus, quoi de mieux pour s’intégrer pour un joueur offensif que d’être décisif ? En effet, malgré le peu de vacances auxquelles Amdouni a eu droit, ce dernier s’est démarqué lors des matchs amicaux: « La préparation s’est bien passée, j’ai presque marqué lors de chaque match (notamment contre Servette et Xamax, ndlr) ».

Les filets ont tremblé 14 fois lors de la saison passée

Une année pour continuer à faire ses preuves

Semblant à présent installé en tant que titulaire au sein de l’attaque lausannoise, Amdouni a déjà eu l’occasion de découvrir certains défenseurs avec lesquels il aura à faire cette saison. Malgré le saut de deux divisions, le numéro 25 s’en sort bien jusqu’à présent: « Il faut dire que le niveau change beaucoup, mais j’essaye de m’adapter », commente humblement ce dernier. Modeste, mais aussi discret, comme lorsqu’il s’agit d’évoquer ses objectifs futurs : « Je préfère garder mes objectifs dans un coin de la tête. Maintenant, ce qui compte, c’est de faire une bonne saison avec Ouchy ». Une discrétion qui, en plus de son aisance à éliminer les défenseurs, le caractérise.

Lors des 32 rencontres de championnat restantes, le numéro 25 du SLO aura tout le temps pour continuer de faire ses preuves. En plus de cela, la Coupe de Suisse présente une belle opportunité pour celui qui découvre le niveau professionnel. Lors du premier tour ce samedi, il retrouvera justement les terrains genevois pour y affronter Perly, équipe que vient de rejoindre son coéquipier de l’an dernier, Benjamin Besnard. Le petit poucet de deuxième ligue, vainqueur de la dernière édition de la coupe genevoise, est-il capable de créer la sensation ? Pour le savoir, rendez-vous samedi à 18 heures au Municipal de Perly (entrée libre).

En action face à Winterthur cette saison

 

Photos : jlap.ch




Share.