Réaliste au moment venu, Chênois débloque son compteur de victoires

0

Il a fallu cinq matchs à l’équipe de David Joye pour décrocher sa première victoire, chez un Lancy en difficulté qui ne gagne plus depuis la première journée (1-3).

Quels débuts difficiles pour Lancy et Chênois ! Parmi les quatre équipes genevoises de 1ère ligue, celles entraînées respectivement par Kamel Boudjellaba et David Joye sont en effet les moins convaincantes en ce début de saison. Diminués suite aux départs de plusieurs cadres de la saison dernière comme N’Diaye, Qarri ou encore le buteur Nsilu –transféré justement du côté de Chênois–,  les Lancéens semblent avoir du mal à s’en remettre, malgré l’arrivée de renforts de taille. Avec pas moins de 14 buts encaissés en seulement quatre rencontres, dont 8 uniquement lors du déplacement chez YB M21, c’est surtout l’arrière-garde de Lancy qui inquiète. Toutefois, trois jours après le derby perdu contre OG, la réception d’une équipe de Chênois n’ayant inscrit que trois buts en quatre matchs était pour le capitaine et défenseur central Barroso ainsi que ses coéquipiers une opportunité de se rassurer. Ou pas.

Pour le club des Trois-Chêne, le départ canon surprise de l’an dernier ne pourra pas, comme il fallait s’y attendre, être répété. Co-leaders à la fin d’octobre en tant que néo-promus, les protégés de David Joye avaient en effet créé la sensation, avant de connaître progressivement une baisse de régime. Ce samedi, la majeure préoccupation de Chênois était de s’éloigner de la zone de relégation, pourquoi pas en signant sa première victoire de la saison. Une victoire que les Rouges et Blancs avaient d’ailleurs obtenu lors du match aller contre Lancy il y a un peu moins d’un an.

Lancy perd son fer de lance

Décidément, ce n’est pas une période chanceuse pour Lancy. Buteur lors des deux dernières sorties, le nouvel attaquant lancéen Karim Chentouf, étincelant l’an dernier en Promotion League, n’a pas converti deux énormes occasions (4′ et 31′), pour finalement sortir à cause d’une légère blessure avant la pause. Malgré son manque de finition, le numéro 29 de Lancy avait été le plus dangereux en première mi-temps et son absence s’est fait ressentir par la suite.

En face, Chênois a affiché un visage concentré, même si parfois un peu hésitant lors de la conservation du ballon sous la pression des attaquants locaux. Le capitaine et gardien Van der Laan a heureusement répondu présent à chaque sollicitation. Offensivement, quelques rapides contre-attaques ont réussi à faire la différence dans un premier temps, mais pour les visiteurs aussi, la finition n’a pas été au rendez-vous en première mi-temps. Au moment de se reposer aux vestiaires, Chênois pouvait donc s’estimer satisfait d’avoir maintenu sa cage inviolée, tout en ayant prouvé d’être capable de punir son adversaire en contre.

Vuzi, sous les yeux d’un rival

Efficacité maximale côté Chênois

Après une dizaine de minutes animées avec des nouveaux sauvetages de Van der Laan, mais aussi de Dumont face à son ancien coéquipier Nsilu (55′), c’est le milieu de terrain Betim Bilalli, meilleur buteur de Chênois la saison passée avec six réalisations, qui va débloquer la situation et s’offrir son premier but de la saison (58′, 0-1). Pour sa première frappe, le numéro 17 des Rouges et Blancs a été efficace, tout comme Ibongo un quart d’heure plus tard. Déjà buteur l‘année passée lors de la victoire de son équipe contre Lancy, l’ailier entré en cours de jeu a doublé la mise en ouvrant joliment son pied (74′, 0-2).

Ces deux réalisations sont extrêmement dures à encaisser pour les locaux, qui auraient pu prendre les devants bien plus tôt. Comme à son habitude, Torres a été l’un des meilleurs des siens sur son flanc gauche, et a même redonné espoir aux siens en réduisant l’écart à environ un quart d’heure du terme (78′, 1-2). Avec encore une bonne tranche de match à jouer, l’égalisation lancéenne est dans la tête de tous les spectateurs présents après la réussite de Torres. Le but du 2-2 semble justement être chose faite lorsque le défenseur Aïachi reprend un ballon de la tête, mais celui-ci heurte le montant droit de Van der Laan avant d’être neutralisé sur la ligne de but par ce dernier.

Encore une fois, c’est le manque de réussite des locaux qui saute aux yeux, eux qui avaient mis le turbo pour égaliser et étaient de plus en plus dangereux, notamment depuis l’entrée de Hassani. Tout semblait donc être écrit lorsque Betim Bilalli a déposé dans la lucarne le coup franc de la victoire à l’approche du temps additionnel (89′, 1-3). Contrairement à Lancy, Chênois a réussi à l’emporter grâce à son réalisme, qui lui a a permis d’enfin fêter une victoire.

« Ce n’est pas évident de vivre cette période »

Cette nouvelle défaite fait très mal pour les Lancéens, qui en l’espace de trois jours ont perdu deux derbys devant leur public. Pourtant favoris sur le papier, les joueurs de Djamel Boudjellaba n’ont jamais su prendre les devants, sûrement à cause d’un manque de réussite et de confiance. Et comme si cela n’était pas suffisant, Lancy est actuellement la pire défense du groupe 1 de 1ère ligue. Muhamed Haliti affirme que la situation actuelle est bien désagréable, mais est conscient de la qualité de son équipe et attend désormais une remise en question des siens pour renouer avec des succès : « Ce n’est pas évident de vivre cette période. En ce moment rien ne tourne en notre faveur, comme aujourd’hui où selon moi nous avions mis tous les ingrédients pour réussir. Il n’est toutefois surtout pas question d’abandonner. Le championnat est très long et nous aurons des moments meilleurs. Il nous faut un déclic, mais il est nécessaire également de nous remettre en question si nous voulons tenter de jouer quelque chose d’intéressant cette saison ». 

Chênois peut pour sa part respirer un grand coup, car la victoire tombe au bon moment. Pourtant remplaçant au coup d’envoi, Betim Bilalli a a pris ses responsabilités et a été le majeur artisan de la victoire chênoise. Selon lui, son équipe n’a à rougir devant personne, mais ne doit pas oublier que l’objectif principal est de se maintenir au plus vite : « On ne gagnait plus depuis cinq semaines et cette fois la réussite a été de notre côté. Nous sommes contents car les trois points d’aujourd’hui étaient vraiment très importants. De notre côté, nous sommes convaincus de pouvoir tenir tête même aux meilleures équipes du groupe, notre équipe sera compétitive. Nous gardons toutefois les pieds sur terre, car la première chose à laquelle penser est le maintien ».

Que ce soit pour Lancy ou pour Chênois, les prochaine échéances seront d’une importance capitale. Dans une semaine, l’équipe de Boudjellaba se frottera au leader Bulle, un test qui sera probablement révélateur quant aux capacités des Lancéens cette saison. Et une semaine plus tard, Lancy tentera également de poursuivre son rêve en décrochant une place en huitièmes de finale de Coupe de Suisse, contre Béroche-Gorgier (2ème ligue neuchâteloise). De son côté, Chênois recevra Azzurri, lanterne rouge, pour tenter d’envoyer un signal à ce qui semble être un concurrent direct au maintien en 1ère ligue. Tous deux avec quatre points au compteur après cinq journées, Lancy et Chênois ont donc intérêt à vite engranger plus de points afin de ne pas vivre une saison de la peur.

 

LANCY FC – CS CHÊNOIS  1-3 (0-0)
Stade de Marignac

Buts : 58′ B. Bilalli 0-1, 74′ Ibongo 0-2, 78′ Torres 1-2, 89′ B. Bilalli 1-3

Lancy (4-4-2) : Dumont – Palermo, Aïachi, Barroso ©, Kaya (59′ Pedretti) – Vuzi, Haliti (78′ S. Lachenal), Rahimi (67′ Hassani), Torres – Negro, Chentouf (39′ Avdulahi).
Entraîneur : Kamel Boudjellaba

Chênois (4-3-3) : Van der Laan © – Isabey, Shabani, Oliveira, Pagliuca – Blättler (86′ Dos Santos), Tshikomb, Imbriaco – Boteli (40′ B. Bilalli), Nsilu, Richard (59′ Ibongo).
Entraîneur : David Joye

Avertissements: Kaya, Pedretti, Haliti (Lancy); Blättler, Nsilu (Chênois).

 

 







Share.