Versoix ne décolle toujours pas

0

Après trois rencontres, le FC Versoix n’a toujours pas remporté le moindre succès. Tenus en échec par le FC Perly-Certoux (0-0), les Bleus totalisent seulement deux unités au classement. Mais les joueurs de Bah n’ont pas démérité et auraient pu obtenir la victoire avec un peu plus de réussite.

Trois matchs, deux points et toujours aucune victoire. C’est le triste bilan comptable pour l’heure du FC Versoix, grand favori à la montée après un recrutement estival ambitieux. Les pensionnaires de la Bécassière ont en effet été tenus en échec dimanche matin par Perly (0-0), dans un choc qui a maintenu toutes ses promesses où il n’aura manqué que les buts. Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé. Les joueurs de Thierno Bah ont ainsi tout tenté pour décrocher leur premier succès de la saison. Mais ils ont buté sur une défense adverse bien en place, sur un Pinheiro des grands jours et, surtout, ils ont manqué cruellement d’adresse devant le but.

Manque de sérénité…et d’adresse

Versoix a pris le jeu à son compte dès l’entame de match. Bah a reproposé son 4-2-3-1 avec trois nouveautés par rapport à la semaine dernière (défaite 3-2 face à Plan-les-Ouates) : Kernou en pointe de l’attaque, et les premières titularisations de Pasquini dans l’axe du terrain et Chatellenaz sur le côté droit. Andrea Piccirillo ronge son frein sur la touche. Mohamed Rabhi reste à l’infirmerie. En face, on notera l’absence de Benjamin Besnard, attaquant vedette de Perly, qui aurait complété la pléiade de bons joueurs sur le rectangle vert.

Plus entreprenant donc, Versoix a notamment misé sur la vitesse Dia dans le couloir, et sur la technique de Salustiano dans l’axe. Le meneur de jeu versoisien s’est bien placé entre les lignes du 4-4-2 perlysien. Grâce  à une domination territoriale lors du premier quart d’heure, Versoix pousse et obtient une multitude de coups de pied arrêtés. C’est d’ailleurs sur l’un d’eux que les locaux sont à deux doigts d’ouvrir la marque, avec une tête de Ntsoli qui est repoussée in extremis par Pinheiro.

Salustiano a tenté de créer le danger en se glissant entre les lignes. Sans réussite.

Si Versoix domine les débats face à son adversaire du jour, les joueurs manquent encore de sérénité. Et ce, malgré l’expérience de Robin (35 ans), Beuchat (33 ans) ou Kernou (29) sur le terrain, pour ne citer qu’eux. Cela se remarque lors de pertes de balle inexplicables qui se transforment en occasion de but pour les visiteurs.

Un manque de confiance qui se relèvera également devant les buts. Pasquini en première période, puis Dia deux fois en seconde mi-temps manqueront leur duel face à Pinheiro. S’il est coutume de dire, les absents ont toujours tort, cette maxime ne s’applique pas à Mohamed Rabhi. L’attaquant français de 32 ans, 17 buts l’an dernier, aurait certainement fait le plus grand bien à ses coéquipiers aujourd’hui. Il devrait faire son retour contre Kosova dans deux semaines.

Un départ timide… comme l’an dernier

Malgré d’ultimes vagues versoisiennes, le bunkeur perlysien tient bon et peut cueillir le tant convoité point du match nul. À la fin du match, c’est la frustration dans le camp des locaux. « Je pense que l’on méritait de gagner aujourd’hui, commente Thierno Bah. Nous nous sommes créés énormément d’occasions de buts. Au final, il ne nous a manqué que la finition. Ce sont deux points de perdus face à un redoutable adversaire ».

Pinheiro a été intraitable aujourd’hui. Homme du match côté perlysien.

Une performance qui rappelle que la défense reste le point fort de Perly, qui avait terminé avec seulement 26 buts encaissés l’an dernier. C’est d’ailleurs un petit exploit celui réalisé par les hommes de Petrini : la dernière fois que Versoix n’avait pas inscrit le moindre but dans son antre du stade Municipal, c’était le 13 mai 2018 (défaite 0-2 face à Kosova).

Suite à ce match nul, les plus optimistes versoisiens verront le verre à moitié plein, avec une amélioration dans l’engagement et la qualité de jeu. Ce match contre Perly doit clairement servir de référence pour les Bleus. Les plus pessimistes y verront un nouveau faux pas, avec une neuvième place au classement. Et ce, malgré un recrutement cinq étoiles, avec notamment Beuchat, Robin et Ferati en provenance de 1ère ligue, ou encore Kernou et El Tayar de 2e ligue interrégionale.

On rappellera tout de même que l’an dernier, sous la houlette d’Abdel Gasmi, le club avait également démarré timidement, avec quatre points lors des trois premières rencontres, pour finalement finir à 24 unités en novembre. De bon augure ? Cela devra dans tous les cas commencer par un succès sur le terrain du CS Interstar, actuelle lanterne rouge.

FC VERSOIX – FC PERLY-CERTOUX  0-0
Stade Municipal de Versoix

Versoix (4-2-3-1) : L. Piccirillo – Thiam, Mvodo, Ntsoli ©, Beuchat – Robin, Pasquini – Salustiano  (88’ Pires), Chatellenaz (75’ A. Piccirillo), Dia– Kernou,
Entraîneur : Thierno Bah

Perly (4-4-2) : Pinheiro – Mendes, Vuichard, Medori, Meyer – Simoes (64’ Brélaz), Prébandier, Meireles, Gaio (68’ Herrero) – Russo, Rodrigues (64’ Sylejmani).
Entraîneur : Mattia Petrini

Avertissements: Robin, Ntsoli, Beuchat, Pasquini (Versoix) ; Vuichard, Mendes (Perly).

 

Photos : C. M. Trigo

 

 

Share.