Veyrier : la saison est-elle lancée ?

0

Après avoir mené 3-0, les Veyrites, légèrement suffisants, ont joué à se faire peur contre Bernex mais obtiennent un succès mérité lors du match en retard (3-2).

Annoncé par certains comme l’un des favoris de la saison en 2ème ligue inter après sa seconde place de la saison dernière, Veyrier a mal démarré l’exercice en perdant ses deux premiers matchs contre Servette (3-0) et Monthey (2-1). Une constante chez l’équipe de Daniel Villa qui a une fâcheuse tendance à manquer ses reprises, autant estivales qu’hivernales, avant de monter en puissance. Débarrassés de cette étiquette de favoris après ces deux défaites initiales, les Veyrites ont enfin pu lancer la machine : après avoir écrasé Collex vendredi dernier (0-6), les voici qui enchaînent un second succès contre Bernex mercredi soir (3-2), dans un match en retard entre deux équipes qui ont la particularité d’être tombées contre le FC Thoune en Coupe de Suisse ces deux derniers étés.

Domination et suffisance

Malgré ce score serré, la victoire des Verts ne souffre d’aucune contestation, tant ils ont connu différentes phases de domination pendant une grande partie du match. Il y en a d’abord eu une en termes de possession, qui a été à sens unique pendant la moitié de la première période face à un bloc bas bernésien qui n’a pointé le bout de son nez qu’en fin de mi-temps avec un face-à-face manqué de Sthioul contre Guenat. Mais cette domination territoriale locale n’a pas été synonyme de danger car seul l’omniprésent Ludovic Paratte a eu une réelle chance de marquer.

Puis, en seconde période, il y a eu une domination en termes d’occasions, quand le match était un peu plus cassé et que les Veyrites menaient 1-0 grâce à un but chanceux de Cerutti dans les arrêts de jeu avant le thé. Avec davantage d’espaces face à une équipe bernésienne un peu plus découverte, les pensionnaires du Village ont cru avoir bouclé l’affaire quand Teicher et Paratte ont porté le score à 3-0 avant l’heure de jeu. Les énormes occasions qui ont suivi laissaient présager un nouveau score de tennis pour les Verts. Mais le football a parfois quelque chose d’inexplicable, un aspect psychologique indéchiffrable qui rend ce sport fascinant. Alors, quand en l’espace de deux minutes, Noverraz a profité d’une « boulette » du gardien Guenat (3-1) et Trifiletti a mis au fond des filets une tête sans opposition dans les cinq mètres (3-2), le public veyrite a commencé à trembler…

Le premier buteur Cerutti, sous les yeux d’El Bargui

Le saison est-elle lancée ?

Heureusement pour Daniel Villa, son équipe possède des joueurs de talent qui peuvent temporiser et garder leur calme quand une tempête inattendue arrive. On pense notamment à Innaurato, précieux dans la conservation du ballon, ou encore au maître à jouer Paratte, présent sur tous les bons coups. Au final, il y a eu plus de peur que de mal pour des locaux qui ont connu des phases de possession intéressantes et qui méritent leur victoire du jour. De son côté, Bernex connaît un coup d’arrêt après son succès à Sierre et espère se relancer contre UGS samedi.

Gentiment mais sûrement, et malgré une certaine suffisance et un relâchement qui ont failli coûter cher, Veyrier enchaîne un second succès et semble monter en puissance. On se réjouit déjà du prochain derby genevois samedi contre CS Italien, une autre équipe technique et joueuse qui aime tâter le cuir. Qualité garantie.

Ludovic Paratte, auteur du 3-0

 

FC VEYRIER SPORTS – SIGNAL FC BERNEX CONFIGNON  3-2 (1-0)
Stade de Veyrier-Village

Buts : 45+2′ Cerutti 1-0, 48′ Teicher 2-0, 59′ Paratte 3-0, 74′ Noverraz 3-1, 76′ Trifiletti 3-2

Veyrier (4-2-3-1) : Guenat – El Zahar (65′ Herman), Buchs, Veuthey ©, Seneze – Mendes, Innaurato – Cerutti (65′ Cardoso), Paratte, Röthlisberger (91′ Cohen) – Teicher (73′ Ben).
Entraîneur : Daniel Villa

Bernex (4-4-2) : Fontaine – Boma Li, Dubosson, Trifiletti ©, Fustinoni – Noverraz, Sthioul (66′ Rudaz), Finiguerra (60′ Del Maroneo), El Bargui (55′ Plenus) – Degola (46′ Bastos), Braz.
Entraîneur : Foued Kahlaoui

Avertissements : Veuthey, Cardoso et Paratte (Veyrier) ; Dubosson (Bernex)

 

Photos : Jean-Luc Auboeuf 

 






Share.