Onex s’impose en infériorité numérique

0

Comme l’annonçait notre sondage de la semaine, le FC Onex n’est pas encore champion, mais avec cette victoire obtenue à l’arraché ils continuent leur route vers le titre.

Après avoir perdu ses premiers points le week-end passé, le FC Onex de Patrick Hochstrasser entend bien se racheter en recevant l’autre club lusitanien du groupe, le Sporting Futebol Club. Les visiteurs, quant à eux, espérent bien stopper la série de 5 défaites consécutives concédées ces dernières semaines.

La partie débute dans des circonstances bien particulières puisqu’un brouillard épais recouvrant le terrain oblige le staff du club local à allumer les lumières du stade. De mémoire  d’anciens dirigeants du FC Onex (Gilbert Maigre, Claude Freymond, Christian Knecht, Franco Frezza, Tino Panizza) présents au bord de la pelouse, on a rarement vu ça. Certainement dû à ces mauvaises conditions, le match débute timidement et il faut attendre la 12e minute pour voir la première occasion. Carriço sert bien son compère Farina qui voit son envoi capté par Schenk. A la 17e, le portier onésien (qui remplace le titulaire habituel Vaucher, blessé) écarte une nouvelle fois le danger en jouant les libéros à 30 mètres de ses buts. C’est même la latte qui vient à son secours sur un joli coup-franc de D. Almeida. Malheureusement pour lui et pour son équipe, le gardien des “vert et blanc” commet une faute de main et laisse filer dans ses buts un coup-franc du meilleur homme du Sporting Lages Lopes.

Et les onésiens dans tout ça? A l’image de l’expérimenté Berti, arrivé en retard ce matin et donc logiquement sur le banc, les joueurs locaux ont de la peine à se réveiller et sont absents des débats pour le moment. Cette réussite a le don de les réveiller. En effet, quelques instants plus tard, Gremion réussit un joli petit numéro en éliminant deux adversaires et conclut sereinement face au portier des visiteurs. Juste avant la mi-temps, les frissons vont encore parcourir le dos des supporters locaux lorsque Neves est à deux doigts de reprendre victorieusement un coup-franc de l’un de ses partenaires.

En seconde période, la physionomie de la rencontre change complètement. Les coéquipiers du très précieux D. Teixeira, sans doute recadrés par leur charismatique entraîneur Patrick Hochstrasser, reviennent sur la pelouse animés de meilleures intentions. En 7 minutes, ils se créent 3 grosses occasions mais la défense du Sporting se jette corps et âmes pour ne pas encaisser ce deuxième but. Puis, vint cette fameuse 52ème minute. Gremion presse, récupère le ballon et centre pour Teixeira; ce dernier manque sa reprise mais Hochstrasser surgit de derrière et offre l’avantage à son équipe, enfin croit-on. L’arbitre de cette partie (que je remercie au passage pour les feuilles de match) annule cette réussite pour un hors-jeu, ce qui a le don de provoquer l’ire de l’attaquant Gremion. Ce dernier dit son fait au directeur du jeu, qui lui brandit un second carton jaune, synonyme d’expulsion.

Même à onze contre dix, les visiteurs ne parviennent pas à se montrer dangereux et pis encore, n’arrivent plus à contenir les assauts des joueurs locaux. Mais ces derniers ne profitent pas des largesses offertes par leurs adversaires. Marchetta ne cadre pas ses deux frappes, alors que F. Simoës, pourtant idéalement placé, manque complètement sa reprise de la tête.

Avec les entrées en jeu consécutives de Ferreira et du junior du club Seljmani, le club local aligne désormais 4 attaquants, malgré son infériorité numérique. Cette prise de risque finit par payer à 5 minutes du terme. Tallant ouvre magnifiquement entre les défenseurs pour son compère Flammia qui fusille Caetano pour donner un avantage définitf à son équipe.

Joie et soulagement, telles sont les expressions que l’on peut lire sur les visages onésiens au terme de la rencontre, contrairement aux lusitaniens qui, eux, repartent frustrés et déçus notamment pour avoir évolué en supériorité numérique pendant 40 minutes. La situation se complique pour les hommes de Martins qui subissent leur sixième revers d’affilée et qui ferment désormais la marche de ce groupe 1 de troisième ligue. Le leader, quant à lui, s’impose à la manière d’un… futur champion. Sans la manière, et en infériorité numérique, ils parviennent toutefois à se sortir du piège tendu par leur adversaire du jour et donc à conserver une avance confortable au classement.

 

FC ONEX – SPORTING FUTEBOL CLUBE  2-1 (1-1)
Stade municipal d’Onex, 70 spectateurs

Arbitre: Marc Chabloz

Buts: Lages Lopes 0-1, Gremion 1-1, Flammia 2-1

Onex : Schenk; Locci (65′ Marchetta), Tallant, S. Monbaron, Page; Teixeira, Flammia; F. Simoes (76′ Seljmani), Hochstrasser, G. Marchi (62′ Ferreira); Gremion.
Entraîneur : Patrick Hochstrasser

Sporting : Caetano; M. Dias (66′ Pinheiro), Duarte, D. Almeida, Gonçalves; Jacinto (72′ D. Simoes), Dos Santos (80′ M. De Almeida), Lages Lopes, Carriço; Neves, Farina.
Entraîneur :

Avertissements: Gremion, Dos Santos, Carriço, Tallant
Expulsion: 52′ Gremion (Onex)

 

 

Share.