Auro Duarte (Geneva), un savant mélange de liberté et de rigueur

0

L’entraîneur du mois : A quelques jours de la reprise du championnat de 2ème ligue inter, l’entraîneur brésilien de Geneva nous livre sa vision du football et les secrets de sa réussite.

De la 3ème ligue à la 2ème ligue interrégionale en deux saisons, le FC Geneva continue son ascension tout en affirmant sa nouvelle identité. Derrière cette réussite, Auro Duarte, entraîneur de la formation de Frontenex depuis maintenant trois ans.
Proxifoot : Auro, peux-tu nous présenter ton parcours en tant que joueur et entraîneur ?
Auro Duarte : J’ai débuté le football avec les juniors de Botafogo à Rio de Janeiro. Ensuite, j’ai vécu ma première expérience professionnelle avec l’Internacional de Limeira (Sao Paolo). En 1994, j’ai débarqué  à Auxerre pour y effectuer un essai qui n’a pas été concluant. Mon manager m’a alors emmené à Genève où je me suis entraîné pendant de deux mois avec les espoirs du Servette en attente d’un contrat. Puis j’ai rejoint Bellinzone où j’ai signé un pré-contrat, mais mon transfert a été bloqué au Brésil. Je suis donc revenu à Genève où j’ai porté les couleurs d’APG, de Saint-Jean puis Chênois pendant deux saisons. Par la suite, les blessures m’ont contraint de diminuer l’entraînement, j’ai donc rejoint Collex-Bossy où j’ai passé sept saisons, 5 en tant que joueur et 2 en tant qu’entraîneur assistant de Pierre-Yves Liniger. C’est à Tordoya (4ème ligue) que j’ai officiellement débuté en tant qu’entraîneur lors de la saison 2005-06, nous avons été champions puis j’ai rejoint le FC Geneva en 2006 en cours de saison. Nous avons été relégués en troisième ligue, mais nous sommes remontés l’année suivante et nous avons enchainé avec un titre de champion de 2ème ligue.
Tu es toi-même brésilien, plusieurs de tes joueurs le sont également : comment votre culture influence votre football ?
Tout d’abord, j’ai toujours rêvé d’être entraîneur justement pour défendre mes idées et ma vision du football. En tant que joueur, on s’exprime d’une manière différente, c’est difficile d’exercer une influence parce qu’on a des consignes à respecter. Ce que j’essaie de transmettre à mes joueurs c’est avant tout la liberté lorsque l’on est en possession du ballon, aller vers l’avant et ne pas douter. Ici, j’ai l’impression que toutes les équipes jouent de la même manière, repliées. Or, un joueur qui ne prend pas de risques ne surprend pas l’adversaire. Bien sûr, il y a des consignes et cette liberté ne peut exister qu’à condition que chacun prenne ses responsabilités.
Tu as commencé à entraîner aux côtés de Pierre-Yves Liniger. Quels enseignements as-tu pu tirer de cette expérience ?
Durant ces deux années comme entraîneur assistant à Collex, j’ai pu prendre conscience de l’importance de la gestion du groupe, de l’organisation et de la discipline. Aujourd’hui, je me base sur trois mots clés : respect, discipline et travail ; le succès arrive uniquement si ces trois conditions sont réunies, et c’est ce que nous avons appliqué durant les belles années de Collex.
Après deux montées consécutives, quel est donc le secret de cette réussite?
Je crois que le point fort est cette liberté qu’ont les joueurs de réaliser des gestes qui peuvent surprendre l’adversaire à tout moment. C’est également le plaisir d’être ensemble et les présences à l’entraînement. J’en reviens aux trois mots clés, respect, discipline et travail, mais je ne suis pas seul, j’ai la chance d’avoir des joueurs qui ont de grosses qualités individuelles, souvent au-dessus du niveau dans lequel ils évoluent. Mais le succès ne vient jamais par hasard, c’est pourquoi je tiens à remercier chaleureusement mes joueurs et le comité pour la confiance ainsi que ma famille pour son soutien inconditionnel. Le Président Serge Senalada et moi sommes de vieux amis et nous rêvions de prendre une équipe ensemble, aujourd’hui ce rêve se réalise
Finalement, quels sont alors les faiblesses du FC Geneva ?
Pour ce qui se passe sur le terrain, je pense que nous prenons encore trop de buts. La saison dernière, une bonne dizaine des buts encaissés est venue d’erreurs individuelles. Nous allons énormément travailler là-dessus, c’est pourquoi je serai désormais assisté de Claudio Morelli (ndlr : ex-entraîneur d’Aïre-le-Lignon) qui va nous apporter une aide précieuse pour améliorer ce point. Nous voulons mettre en place un système défensif strict et rigoureux tout en continuant de marquer autant.
  

Share.