Saint-Paul au paradis, Puplinge en enfer

0

Destins diamétralement opposés pour ces deux voisins de la rive gauche. A l’issue de la soirée d’hier 2 ligues séparent désormais les deux clubs. Les relégués n’ont pas démérité pour autant.

19h50, peu de monde au stade de la Californie pour un match de cette importance, on se demande si le match est bien prévu pour 20h. Dix minutes plus tard Monsieur Skopinski siffle le début de la partie et les spectateurs arrivent par grappes. De quelques dizaines on passe à une bonne centaine en quelques minutes. Tout le monde est là, les protégés de Marcel Nobel et Florian Eder peuvent désormais rentrer dans leur match et devenir dangereux devant la cage adverse après une phase de mise en route.

Match plié en moins de 15 minutes

Peu avant le quart d’heure de jeu Martinez enroule son coup franc, Cardoso dévie de la tête et Morgan ne peut qu’accompagner le ballon au fond de ses filets. Le stade de la Californie rugit pour la première fois de la soirée. 1 puis rapidement 2, lorsque Fernandes s’appuie sur N. Liégeois pour un une-deux aérien. L’arbitre de la rencontre ne voit pas la position illicite de l’attaquant local qui ne rate pas pareille aubaine pour inscrire le 2 à 0 qui fait presque oublier à la foule la météo désagréable.

A peine le temps de se remettre de ses deux premiers buts que Puplinge en encaisse un 3e sur un centre de Fernandes que personne ne peut reprendre à part Nobel, monté aux avant-postes, qui termine l’action comme un renard des surfaces. Le public savoure.

Moins de 30 minutes et Puplinge est assommé par le réalisme des « Rouge » qui ont fait le break puis plié le match en moins de 15 minutes, marquant sur leurs trois premières occasions, signe d’une équipe en pleine réussite.

Puplinge n’est pas à créditer d’un mauvais début de match. Il est puni sévèrement de ses quelques approximations défensives. Les jeunes joueurs de José Burgos tentent pourtant de revenir mais leurs frappes peinent à trouver le cadre de Tombeur, et quand celui-ci voit son dégagement contré partir en cloche vers ses goals, Aubert est là pour suppléer son dernier rempart.

Finalement Puplinge va boire le calice jusqu’à la lie en fin de première mi-temps lorsque Ghazroui se fait expulser justement par l’arbitre de la rencontre qui nous explique : « Il a proféré une insulte à un adversaire, je ne pouvais pas laisser passer cela, faute de quoi le match aurait pu dégénérer. » On ne peut que comprendre la décision de l’homme en noir dans ces conditions.

Si la tâche des visiteurs paraissait difficile elle devient désormais impossible. A la mi-temps, on sent déjà la douce euphorie de la victoire dans les rangs des supporters même si personne n’ose encore parler des conséquences de cette victoire.

Puplinge n’abdique pas

La deuxième période va reprendre avec un Puplinge volontaire, décidé à ne pas baisser les bras. Zendaoui profite même d’une frappe détournée par Tombeur pour inscrire la réduction du score dans le but vide. Ce but récompense une équipe de Puplinge qui n’abdique pas malgré les évènements contraires et sanctionne une équipe de Saint-Paul trop peu entreprenante dans le jeu.

Mais il n’a pas le poids du doute dans les esprits locaux. Gauthier tout d’abord trouve le poteau de Morgan, ensuite ce même Morgan va à nouveau gagner son duel face au numéro 8 de Saint-Paul sur une belle frappe cadrée. Le gardien de Puplinge mettra encore son veto lors d’un 1 contre 1 face à Innouch. La défense de Puplinge peine à combler les trous mais son gardien, encore une fois très en vue, a bien décidé de retarder l’échéance. Il sera pourtant bien obligé de capituler en fin de match lorsque Gauthier devance sa sortie et offre le but de la libération au staff ainsi qu’aux spectateurs réfugiés devant la buvette. Belle récompense pour ce joueur, dont l’abnégation défensive et surtout offensive a fini par payer.

La délivrance

Saint-Paul s’ouvre les portes du paradis et dans le même temps envoie Puplinge tout droit en enfer. La messe est dite, Monsieur Skopinski siffle et libère le peuple saint-paulois qui peut fêter ses champions.

Après 10 ans en 3e ligue, le club de la Californie retrouve enfin la catégorie reine du football genevois. L’auto-radio de la voiture parquée à côté du terrain peut légitimement entonner des « We are the Champions ».

Réactions d’après-match

Dans le camp de Puplinge les visages étaient forcément fermés et José Burgos de nous concéder : « Saint-Paul était supérieur, même si ils ne m’ont pas impressionné ils n’ont perdu qu’une seule fois cette saison et c’est la marque d’une grande équipe. Dommage que quelques décisions arbitrales aient été en notre défaveur, car les deux premiers buts nous coupent les jambes. A l’image de notre saison nous ne sommes pas vraiment moins bons que notre adversaire mais au final nous perdons. Les spirales négatives sont difficiles à arrêter, nous en avons fait l’amère expérience. » Et le mentor d’évoquer son avenir : « Je ne serai plus l’entraîneur de Puplinge la saison prochaine, ça a été très rude émotionnellement de monter et de descendre en 2 ans. Je vais arrêter un moment pour pouvoir jouer en vétérans et me faire plaisir. »

Dans le camp saint-paulois la place est à la fête et les ingrédients qui l’accompagnent. Certains sortent du vestiaire un cigare à la bouche, d’autres arrosent le président d’eau ou la buvette de Champagne mais tous portent, fièrement, le même t-shirt où l’on peut lire : « Saint-Paul, de retour en 2e ligue ! »

Marcel Nobel nous raconte : « Nous avions la pression avant ce match. Puplinge est la seule équipe à nous avoir battu cette saison. Nous avons pris un départ idéal. Le mérite en revient à tout le monde. Nous voulions jouer depuis la première journée cette montée mais c’était un objectif interne entre joueurs et entraîneurs. » Comme nous le confirme Claudio Fedele : «  Le but était de jouer la montée dans 2 ou 3 saisons. Nous (comité) n’avions pas du tout parlé de montée à nos deux entraîneurs au moment de leur engagement. » Et lorsque nous demandons au président si cette montée n’arrive pas trop vite, celui-ci nous répond : « En tout cas elle n’était pas planifiée, on ne l’espère pas maintenant nous allons tout faire pour pérenniser le club en 2e ligue. »

Il tenait également à féliciter les siens : « Ils peuvent être fiers d’eux, les entraîneurs des joueurs et inversement. Nous avons juste fait confiance à des gens qui le méritaient. Nous sommes contents de voir qu’avec du sérieux, de l’amour du club et du football on peut réussir de belles choses.» Et le président de rajouter sur Marcel Nobel qu’il connaît plus particulièrement : « Pour avoir été son joueur avant d’avoir été son président, j’avais déjà pu voir ses qualités pour transcender un groupe. Je lui prédis un formidable avenir. »

Marcel Nobel, le Saint-Paulois de cœur, l’homme aux trois titres de champions en actif après le doublé de la 2 (4e ligue) et de la 3 (5e ligue) en 2006-2007 qu’il gérait en même temps. Mais plus que son caleçon rouge fétiche qu’il porte à chaque match le jeune coach nous parle simplement « d’amour du maillot » pour expliquer ces succès. On doute bien qu’il nous cache quelques secrets de fabrication qui resteront pour l’instant réservés au stade de la Californie.

Cette montée récompense effectivement une équipe qui forme un véritable groupe. Le duo Nobel-Eder a fait des merveilles avec ce groupe qui a aujourd’hui l’envie du sacrifice et une solidarité qu’il leur faudra garder la saison prochaine car le degré d’exigence imposé par la deuxième ligue sera encore plus élevé.

Mais ceci est encore de la musique d’avenir, place désormais à la fête avant le choc de dimanche contre Carouge II qui pourrait permettre à Saint-Paul de battre le record de points en 3e ligue détenu par Choulex avec 59 points. Et bien sur, la finale pour être champion de 3e ligue. Nobel de conclure : « Tout ce qui arrive maintenant est du bonus. » Toujours cette même retenue qui, on le sait désormais, peut cacher bien d’autres ambitions.

 

 

FC SAINT-PAUL – FC PUPLINGE  4-1 (3-0)
Stade de la Californie, 120 spectateurs

Arbitre : Monsieur Skopinski

Buts : 14’ Cardoso 1-0, 22’ Fernandes 2-0, 25’ Nobel 3-0, 60’ Zendaoui 3-1, 87’ Gauthier 4-1

Saint-Paul : Tombeur ; Aubert (Schenk), Pagura, Nobel, Levet ; N. Liegeois, F. Liegeois (Maggialetti), Gauthier, Martinez ; Cardoso (Innouch), Fernandes
Entraîneurs : Marcel Nobel et Florian Eder

Puplinge : Morgan ; Cerato, Sourial, Tartaglione, Tanga ; Pinto, Reville (Orlando), Ledren, Zendaoui (Percin); Ghazraoui, Pereira
Entraîneur : José Burgos

Avertissements : Cerato (Puplinge), Levet (Saint-Paul)
Expulsion : Ghazraoui (Puplinge)

 

 

Photos: Despondos

Share.