Second titre pour Vernier !

0

Les Verniolans n’avaient besoin que d’un nul contre leur poursuivant Plan-les-Ouates pour être sacrés champions pour la seconde année consécutive. Retour sur une nouvelle victoire de la troupe de Morelli, qui nous a accordé une interview.

Il n’y a pas vraiment eu photo. Le peu de suspense qu’il restait à ce championnat a été balayé par une équipe verniolanne qui réalise un second tour proche de la perfection : huit victoires et un nul en neuf rencontres.

Plan-les-Ouates, un mince espoir

Les Plan-les-Ouatiens avaient à cœur de l’emporter au municipal de Vernier. En cas de victoire, ils réduiraient la distance à six longueurs du leader verniolan, qui serait exempt le week-end d’après, ce qui offrirait la possibilité de revenir à trois longueurs et donc, de faire durer le suspense jusqu’à la dernière journée.

Le capitaine de Plan-les-Ouates, Villiot, face à l’un des hommes-clé de Vernier, Bua.

Mais cela faisait beaucoup de “si” pour se permettre de rêver. La tâche était bien trop rude pour les pensionnaires des Cherpines qui ont butté sur une équipe de Vernier beaucoup trop solide. L’entraîneur Dominique Coelho félicitait les nouveaux champions : « Tout d’abord, je tiens à féliciter Vernier pour ce titre acquis à deux journées de la fin. Bravo et bonne suite en ligue supérieure. Concernant notre match, mes garçons ont réalisé une partie à la hauteur de mes attentes, certainement mal récompensés au vu de la première mi-temps. Nous continuerons à être présents en deuxième ligue la saison prochaine qui était l’objectif du club même si on peut être plus ambitieux. Il faut quand même savoir d’où l’on vient et ce que l’on a fait avec cette remarquable équipe. Je vais maintenant m’attacher à préparer la saison prochaine et faire le bilan de cette saison afin d’être encore plus ambitieux. Il nous reste deux matchs contre des équipes qui ne jouent plus rien, ça va nous permettre de donner du temps de jeu à certain juniors A en vue de les incorporer en équipe première ».

Cacaj en héros du jour

Les protégés de Claudio Morelli étaient bien décidés à mettre fin au suspense et à s’emparer du titre avant l’heure. Face à une équipe de Plan-les-Ouates peu vouée à l’offensive en première période et qui concède peu d’espaces, les Verniolans ne pourront pas déployer leur potentiel offensif.

Malgré cela, les futurs champions parviennent à trouver la faille quelques minutes avant la pause : sur une belle combinaison entre les deux meilleurs buteurs de l’équipe, Bua et Cacaj, c’est ce dernier qui fait trembler les filets d’une frappe du gauche (38′, 1-0).

Le buteur du jour, Besart Cacaj

En seconde période, Vernier tente de faire le break mais échoue sur la défense bien en place de l’entraîneur Coelho. Un penalty est même réclamé par le jeune Kevin Bua, l’une des hommes-clé de ce second tour, mais l’arbitre ne bronchera pas.

La suite, elle était annoncée depuis des semaines. Fin du match. 1-0. Vernier en 2ème ligue inter.

Morelli le “magicien”

A l’instar de son ami Auro Duarte qui a obtenu la double promotion en 2ème ligue puis en 2ème ligue inter avec Geneva en 2008 et 2009, Claudio Morelli offre donc à Vernier un second titre en deux ans. Et avec une supériorité écrasante : si l’équipe a fini avec 12 points d’avance sur son dauphin la saison dernière, elle en compte pour le moment 10 cette année.

De quoi être satisfait du côté des dirigeants du Municipal de Vernier qui auront tiré le bon numéro en misant sur Claudio Morelli. On pense bien entendu au président du club, M. Ozelley, disparu il y a quelques mois et envers qui tous les Verniolans ont une pensée particulière.

Le staff et les joueurs verniolans peu avant le coup de sifflet final

 

Proxifoot : Claudio, quel est ton sentiment après le titre de champion de 2ème ligue en poche?
Claudio Morelli : Au risque d’être répétitif, c’est une très grande satisfaction pour toute la famille du FC Vernier. Notamment après certaines années plutôt difficiles, notre club se devait de retrouver un ranking qui soit à la hauteur de sa commune, de ses jeunes talents et de ses valeurs. Quand je suis revenu au club après une décennie, il y a maintenant deux ans et demi, j’avais partagé avec Proxifoot mes premières impressions et mon objectif. Le FC Vernier a toujours eu une forte tradition et renom sur Genève : n’oublions les magnifiques années en 1ère ligue et des interrégionaux qui bataillaient avec les meilleurs clubs suisses. Ces joueurs qui en faisaient partie (les frères Antonazzo, Salvatore Paratore, Jaunin, Pascal Rohrer, Tanzi… la liste et longue et se complète par Philippe Luthi, notre nouveau président) avaient amené une dynamique de gagne qui avait fait l’histoire du club… une dynamique que je ne voyais pas à mon arrivée! La qualité technique était certes présente, mais le mental de vainqueur, lui, était un peu jauni par le temps… C’était d’ailleurs un point que nous avions soulevé avec mon ami et prédécesseur Patrick Tami. Je sentais donc le besoin de redonner avant tout cet esprit de gagne. Comment ? En travaillant, travaillant et travaillant… sur le terrain, dans le vestiaire afin de pouvoir faire absorber au plus vite mes principes sportifs et comportementaux. Avec cette promotion, je vis un sentiment de joie et d’émotion : notre plus beau geste pour rendre hommage à notre ancien président Pierre-André Ozelley.

Une belle saison, donc ?
Bien sur, notamment avec la promotion de notre équipe féminine, du premier rang de notre équipe réserve à qui je souhaite tout le meilleur en cette fin de saison et enfin une Coupe Genevoise remportée brillamment par nos juniors A ce samedi !

Obtenir la montée de manière mathématique face à l’équipe qui pouvait encore y aspirer, est-ce significatif?
Non, cela n’est pas significatif, mais simplement la fin d’un long parcours garni de succès. J’aimerais signaler tout de même que ce groupe de joueurs et cette équipe est en tête depuis maintenant plus de 600 jours (indépendamment de la catégorie de jeu), et qui a réussi à empoigner 14 victoires de suite durant le premier tour l’an dernier et qui cette année, durant ce second tour comptabilise 8 victoires et un nul. Chapeau à mes joueurs…

La joie de Morelli en fin de match

C’est ton deuxième titre en deux ans. Quel est ton secret?
L’impact et la réussite d’un entraîneur est le même indépendamment des catégories (de l’élite à notre football de base). C’est comme une recette de cuisine qui est précieusement gardée et rarement divulguée par le chef de cuisine (rires) ! Alors je m’y inspire ! En voilà tout de même quelques ingrédients : la passion, un très grand investissement, l’humilité d’apprendre et d’écouter les personnes plus expérimentées et de comprendre leurs secrets, la soif de progresser, l’ambition de devenir entraîneur, et mes valeurs que je cherche d’insuffler à mon équipe. Je terminerai avec la qualité humaine de mon staff et de mes joueurs que j’ai fortement choisis pour amener à bien ce projet ! Je suis fier d’eux et je les remercie publiquement. Sans leur volonté de me suivre (c’est pas toujours facile) nous ne serions pas là aujourd’hui, et moi je ne serait rien sans eux…  La mayonnaise a donc pris à merveille !

Après la montée en 2ème ligue l’an dernier, vous voici en 2ème inter. Où sont les limites de ton équipe?
Si vous relisez mes réactions et entretien après le Tournoi des Campagnes 2011, je vous avais promis de nous revoir ce printemps pour un bilan. Je savais aussi que si nous gardions cette faim de gagner…  nous aurions pu faire de grandes choses. Pour ce faire, nous nous devions de garder un mental fort, très fort. Et avec un mental fort il n’y a pas de limite. La preuve ! Toutefois, avant de parler de la 2ème ligue inter, des objectifs, des risques, jusqu’où cette équipe peut aller, j’aimerais savourer ces moments… D’autant plus que notre trophée nous sera remis que dans quelques semaines à Vernier, et plus précisément le 3 juin face au FC Versoix. Il est temps de célébrer.

En ce qui te concerne, comme vois-tu l’avenir dans cette nouvelle catégorie et avec le FC Vernier ?
Une fois les célébrations finies, j’aurais besoin de souffler un peu et prendre quelques jours de réflexion. Actuellement en formation pour mon diplôme A UEFA, la quantité de travail à fournir couplée avec ma vie professionnelle et privée est plutôt chargé. Je dois comprendre si tous les paramètres seront présents pour la suite de cette aventure et pour mon équilibre. Il faut renforcer encore notre staff, mais surtout rafraîchir et développer notre centre sportif qui se doit maintenant d’avoir une infrastructure plus ergonomique et en ligne avec cette nouvelle réalité. Nous espérons obtenir un soutien rapide et concret de la part de notre Conseil Administratif, et je ne doute pas sur la bonne volonté, le travail et la saine collaboration avec mon Comité. Laissez-moi conclure cet interview en remerciant à nouveau mes joueurs et mes précieux compagnons d’aventure : Antonio Melcarne, Cédric Anspach, Roberto Paratore, Angel Bua (à qui je souhaite de rapidement retrouver un club), José Fernandez, notre ami David Gonzalez et toute la famille du FC Vernier qui nous a soutenu cette saison.

.

Photos : IV Sport

 

Share.