Journée portes ouvertes à Frontenex

0

Geneva et Carouge II se quittent sur un nul incroyable (5-5) marqué par le nombre de coup-francs inscrits : cinq.

C’est avec un brin de pression que Carouge II se rendait à Frontenex en ce morose dimanche matin au ciel gris et à la pluie occasionnelle. Les Carougeois n’ont en effet plus gagné depuis la première journée, à savoir le 2 septembre. Plus d’un mois sans victoire donc pour une des grosses écuries de ce championnat, qui compte certes un match de moins.

Une histoire de coup-francs

L’entame de match est totalement à l’avantage des visiteurs. Grâce à un pressing haut et à une bonne occupation des espaces, les « Bleus » mettent une pression qui oblige Geneva à commettre des erreurs de relance. Les attaquants Piccoli et Eyer combinent bien mais peinent au moment de conclure.

L’ouverture du score tombe sur un coup-franc obtenu aux abords de la surface locale. Le latéral Mendes ajuste le petit filet de Dos Santos et inscrit le premier but d’une longue série (11’, 0-1).

Il faudra attendre une vingtaine de minutes pour que Cherkaoui réplique à Mendes, grâce à un coup-franc centré (33’, 1-1).

Touchés dans leur orgueil, les pensionnaires de la Fontenette reprennent le jeu à leur compte et continuent à dominer. Quatre minutes plus tard, Pais sert Fofana qui redonne l’avantage aux visiteurs (37’, 1-2).

Le Carougeois Pais se débarrasse d’Ahmed et Essa

Sur ce petit terrain synthétique, la moindre faute obtenue est synonyme de danger. Et alors que l’on s’achemine vers un avantage de Carouge à la mi-temps, ce qui aurait été logique, Geneva obtient encore un coup-franc dans les arrêts de jeu. Cherkaoui, encore lui, s’élance et cloue le ballon dans la lucarne du malheureux Giorgi (45′, 2-2).

Carouge II met la seconde

Dès l’entame de la seconde période, les gueulées de l’entraîneur Singarella à la mi-temps semblent avoir eu un effet sur ses protégés. Après quelques minutes de (re)prise de température, les visiteurs vont mettre la seconde et vont inscrire trois buts en l’espace de quatre minutes seulement.

C’est d’abord Mendes qui, d’une superbe reprise de volée qui file sous la transversale, fusille le portier de Geneva (63’, 2-3). Peu après, c’est l’attaquant Eyer qui, bien lancé, donne une double avance aux siens suite à une puissante frappe bien croisée (65’, 2-4). Pour couronner le tout, l’ailier Fofana est servi sur son côté gauche et s’en va battre Dos Santos pour la seconde fois (67’, 2-5). « La machine est lancée », se dit-on dans le public. Les qualités techniques carougeoises semblent avoir pris le dessus et cette seconde période ressemble à une promenade de santé pour eux. Enfin, on croyait…

Deux buts pour le latéral carougeois Mendes

Incroyable retour des locaux

Et on le croyait toujours après la réduction du score signée Essa qui, après avoir récupéré le ballon sur son terrain et s’être offert une belle percée, envoie le ballon dans le petit filet de Giorgi d’une frappe lointaine (74’, 3-5).

Mais on avait aussi oublié que Geneva avait inscrit deux coup-francs en première période. Et comme on ne change pas une formule qui gagne, les protégés de Rui Lopes obtiennent un nouveau coup-franc dangereux côté droit. Cette fois, c’est le défenseur central Nascimento qui s’élance et envoie le ballon à angle fermé dans la lucarne de Giorgi (83’, 4-5).

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. A deux minutes du terme, c’est un nouveau coup-franc centré qu’obtiennent les locaux, et c’est Cherkaoui, qui en a déjà planté deux en première période, qui s’élance. « Vas-y Jamel, mets-en un 3ème ! », pouvait-on entendre dans le public. Impossible, se dit-on intérieurement, jamais personne n’a inscrit trois coup-francs en un match. Et d’un tir flottant qui finit sa course dans la lucarne de Giorgi, Jamel Cherkaoui l’a fait (88’, 5-5).

Cherkaoui, une gâchette bien affinée dimanche matin…

Au plus grand désespoir des Carougeois qui laissent échapper deux points alors qu’ils menaient de trois buts, le score en restera là, malgré une dernière opportunité d’Essa pour Geneva. Ce n’était décidément pas la journée des défenses, et encore moins celle des gardiens, dimanche matin à Frontenex. Avec quatre buts inscrits sur coup-franc, les joueurs du duo Rui Lopes et Rui Nobre ont trouvé une arme redoutable, même si au niveau du jeu, l’équipe devra s’améliorer. Mention spéciale à Cherkaoui, auteur de trois maîtres coup-francs dont le portier Giorgi se souviendra longtemps.

Carouge II enchaîne un troisième match nul consécutif et est très loin des postes de tête qui lui étaient promis. Mercredi soir, l’équipe reçoit Onex pour le compte d’un match en retard. Inutile de dire qu’une victoire serait grandement bienvenue du côté de la Fontenette.

.

FC GENEVA – ETOILE CAROUGE FC II  5-5 (2-2)
Stade de Frontenex (terrain synthétique), environ 50 spectateurs.

Arbitres : Aboubacar Camara ; Kazim Uysal, Giovanni Nigro

Buts : 11’ Mendes 0-1, 33’ Cherkaoui 1-1, 37’ Fofana 1-2, 45’ Cherkaoui 2-2, 63’ Mendes 2-3, 65’ Eyer 2-4, 67’ Fofana 2-5, 74’ Essa 3-5, 83’ Nascimento 4-5, 88’ Cherkaoui 5-5

Geneva (4-2-3-1) : L. Dos Santos – Abe (60’ Silva, 83’ Djani), Essa, Nascimento, Hbabaz © – Ahmed, Yaghcha – Cherkaoui, J. Dos Santos, Pereira – Bessa (46’ Ndiaye).
Entraîneur : Rui Lopes

Carouge II (4-4-2) : Giorgi – Sordillo, Bossu, Rinaldi ©, Mendes – Baumgartner (68’ Weber), Arifi, Pais, Fofana – Piccoli, Eyer (83’ S. De Mestral).
Entraîneur : Samuel Singarella

Avertissements : Nascimento, Essa, Yaghcha (Geneva) ; Eyer, Mendes, Arifi (Carouge)

 

 

Share.