L’espoir perdure pour Meyrin

0

Face au FC Baden, vainqueur du groupe 2 de Première Ligue Classic, le FC Meyrin a réussi à obtenir un bon résultat nul lors de ce premier match des finales de promotion. Mais plus que le score, c’est la manière affichée qui laisse tout espoir aux hommes de Bruno Codeas.

A l’heure d’aborder ces finales de promotion, le FC Meyrin n’affichait pas la meilleure des confiances, la faute à un second tour mitigé et une dernière défaite 4-3 sur la pelouse de Lancy samedi dernier. Face au FC Baden, champion de son groupe, c’est dans la peau de l’outsider que se plaçait le club des Arbères.

« Sur ce deuxième tour, notre travail défensif est très insuffisant et inconstant ». A l’heure de l’analyse de l’ultime défaite face à Lancy, Bruno Codeas relevait la difficulté principale des siens sur cette année 2013 et dès l’entame de la partie, on remarque que l’objectif numéro un est d’être attentif à ce point.

C’est donc une équipe de Meyrin bien en place, organisée de manière compacte et laissant la responsabilité de faire le jeu à son adversaire qui s’affiche durant les vingt premières minutes de jeu, période durant laquelle les deux équipes mettent en place leur stratégie sans pour autant parvenir à mettre le portier adverse en danger, que ce soit sur les attaques placées argoviennes ou les tentatives de contre genevoises.

Baden prend le dessus

Après ce premier quart de match sans réel danger de part et d’autre, Baden va petit à petit devenir plus pressant et commencer à se créer des intervalles dans la défense groupée du FC Meyrin. La première de ses chances sera la plus grosse quand, à la 27’ème Marjanovic transperce la défense sur le côté et sert en retrait Geissmann, la tentative du numéro 13 des « Rouge » est contrée par Revilloud et la reprise de Koch n’est pas cadrée.

Huit minutes plus tard, c’est au tour de Mancino de prendre sa chance de loin, mais son enchaînement amorti-volée passe juste au-dessus des buts locaux.

Lebeau

Le capitaine Lebeau

Malgré la domination de Baden, ces deux occasions resteront les seules des quarante-cinq minutes initiales, et Meyrin, après avoir laissé passer l’orage, finira même fort cette première mi-temps, se créant quelques situations chaudes sans pour autant mettre Vasilij en danger.

Le thé est donc bu sur ce score de 0-0 après une première moitié de match très tactique où on a senti que si Meyrin maîtrisait globalement son sujet, il ne faudrait pas beaucoup de déconcentration pour que Baden en profite et passe l’épaule.

Meyrin condamné à changer ses plans

Alors que les équipes se remettent en place pour la seconde mi-temps, on se dit que Meyrin devra être un brin plus audacieux s’il entend faire la différence dans cette partie, et cette impression est confirmée quand, après 25 secondes de jeu, Geissmann récupère le ballon dans la surface meyrinoise et croise une frappe qui passe sous Revilloud pour ouvrir la marque (46′, 0-1).

Ce 0-1 va obliger les locaux à changer radicalement leur manière d’aborder la rencontre et ces derniers vont petit à petit prendre possession du camp argovien et du ballon, se créant plusieurs belles chances de buts. Malheureusement, le portier adverse contrera la tentative de Lepape (58’), la frappe lointaine de Lebeau fuira le cadre (62’) et Besnard sera trop court sur un centre de Tsimba (75’).

Finalement, la pression locale sera enfin récompensée à la 79ème quand le remplaçant Khir, entré en jeu trois minutes plus tôt, trouvera la lucarne opposée d’une belle frappe décochée depuis le coin de la surface de réparation pour une égalisation aussi belle que méritée.

Karim Khir

Khir redonne espoir aux Meyrinois

Plus rien ne sera à noter durant les dix dernières minutes de jeu, Meyrin continue ses offensives, mais ne se créera qu’une seule réelle opportunité dans les arrêts de jeu quand une reprise de volée acrobatique manquée de Khir est reprise sur la latte par Nkufo, signalé hors-jeu sur le coup.

Au final, c’est donc sur ce score de 1-1 que se clôt la première manche de cette demi-finale de promotion, un score qui laisse tout ouvert pour le retour, ce samedi, à Baden. Toutefois, le FC Meyrin peut être confiant, tant ils ont démontré une qualité tactique en première période et une qualité offensive en seconde.

Une impression que confirmait Bruno Codeas à l’heure de l’analyse : « Les 45 dernières minutes sont clairement les meilleures de l’année. Sur cette mi-temps, on a retrouvé l’équipe qui jouait les premiers rôles en championnat sur le tour automnal. Tactiquement, notre volonté était de les bloquer en première mi-temps avant de se projeter un peu plus vers l’avant en seconde et ce but concédé après 25 secondes après le thé nous a obligé à accélérer ce changement de plan de jeu.”

Et à Codeas de conclure : “Il est clair que si on arrive à rééditer cette performance samedi, on peut garder espoir ».

 

FC MEYRIN – FC BADEN  1-1 (0-0)
Stade des Arbères, 360 spectateurs

Arbitres : MM. Stocker, Marra et Buchs

Buts : 46′ Geissmann 0-1, 79′ Khir 1-1

Meyrin (4-4-2) : Revilloud – Blanco (80′ Ratta), Golay, Soares, Formenti – Tsimba, Lebeau ©, Lepape, Cardoso (76′ Khir) – Kusunga, Besnard (88′ Nkufo).
Entraîneur : Bruno Codeas

Baden (4-5-1) : Vasilij – Zeqiraj, Ludäscher ©, Thaler (84′ Peralta), Mancino – Cardiello, Sinanovic, Dzelili (63′ Bieli), Koch (59′ Skpolja), Geissmann – Marjanovic.
Entraîneur : Sven Christ

 

Photos : IV Sport (archives)

Share.