Claudio Morelli : “Le cycle d’un entraîneur doit durer trois ans”

0

Le désormais ex-entraîneur de Vernier nous explique les raisons pour lesquelles il quitte le club après trois ans et demi remplis de succès. Interview.

Morelli et Vernier, c’est fini. La belle aventure commencée en 3ème ligue en janvier 2010 prend fin « après trois ans magnifiques et uniques d’un point de vue humain et sportif ». Son bilan à la tête du FC Vernier est enviable : deux montées consécutives et un maintien en 2ème ligue inter.

Mais sans son entraîneur à succès, le club verniolan ne se retrouve pas orphelin pour autant. Prédécesseur de Morelli et également homme de confiance de celui-ci, c’est Patrick Tami qui reprendra les rênes de la première équipe, en provenance des juniors A, avec lesquels il a récemment remporté la coupe genevoise et le Trophée Proxifoot.

On ne sait pas encore où et quand, mais Morelli reviendra sur les bancs de touche. Mais d’abord, il en profitera pour se reposer et être lié au football en tant que simple spectateur-observateur.

Morelli-Tami

Morelli avec son prédécesseur et successeur, Patrick Tami (Photo: IV Sport)

 

Claudio, quel bilan dresses-tu de ton expérience à Vernier ?
Lors de mon premier entretien avec Proxifoot à la reprise de l’équipe en janvier 2010, je mentionnais mon souhait de voir Vernier dans l’élite du football régional… nous sommes même allés au-delà, évoluant depuis cette année en 2ème ligue interrégionale. Nous avons retrouvé, le club et moi-même, le goût et les sensations vécues lors de l’épopée de la 1ère ligue !  C’est magnifique, deux promotions consécutives, avec le record de 13 matchs consécutifs gagnés en 3ème ligue et invaincus pendant 7 mois, du 5 septembre au 10 avril 2011, et avoir maintenu le club en 2ème ligue inter me rend heureux et fier de mes gars et bien entendu du parcours effectué.

Qu’est-ce qui t’a poussé à quitter le club ?
Je pense fortement que le cycle d’un entraîneur, s’il est bien planifié, doit durer trois ans : une année pour se connaître et construire, et deux pour récolter ! Nous avons été chanceux : on a récolté deux promotions et un maintien. Passée cette période de trois ans, les messages et l’impact que nous pouvons avoir s’amoindrit, et il faut du renouveau. L’exemple de cette saison à peine terminée ne fait que confirmer mes croyances. La dynamique serait différente si nous pouvions faire un turnover régulier de joueurs, je dis bien régulier, programmé et structuré, mais ceci irait à l’encontre de l’esprit famille du FC Vernier ou de manière plus générale dans un environnement amateur comme le nôtre.

Pourquoi ?
Il y a globalement deux axes liés à cette décision. D’abord, du point de vue personnel, je suis fatigué et éprouvé par l’énergie déployée sur trois ans, et notamment le trop plein d’énergie que j’ai dû fournir cette dernière saison, la gestion humaine, mais surtout les événements extra-sportifs, ont amené beaucoup d’obstacles dans la gestion du quotidien et de facto un impact sur les résultats. J’ai besoin de souffler ! Le groupe a besoin aussi de nouvelles motivations, d’un nouveau discours et d’énergies fraîches ! Les objectifs ont été atteints. Il faut savoir se remettre en question et aller à la recherche de nouveaux challenges et découvrir des émotions et motivations différentes. Ensuite, il y a aussi l’environnement, un manque d’appui général dans et surtout en dehors du club. Je pense notamment à l’Exécutif de la Ville de Vernier, totalement absent et qui dénigre complètement le développement sportif d’une des plus grandes communes de Suisse, c’est irresponsable ! Quand je vois les challenges que doivent affronter les clubs de cette Ville pour ‘survivre’. A titre d’exemple, un club comme le FC Vernier compte aujourd’hui 30 équipes et plus de 650 membres ! Ceci avec une pénurie chronique d’aide et de soutien financier et des infrastructures insuffisantes pour accueillir nos équipes ainsi que celles du FC Avanchet : pas assez de vestiaires, de terrains, de parkings, terrains non-soignés… Imaginez que nous attendons encore le changement de nos bancs de touche qui ne sont pas encore aux normes de la Ligue Amateur, et ceci un an après notre promotion. Malgré l’aide de Thierry Cerutti, député et conseiller municipal, et de l’augmentation des contacts entre nos dirigeants et la Commune, ceci semble apparemment insuffisant pour améliorer la qualité des infrastructures existantes et soutenir la croissance du club.

Morelli-promotion

La joie de Morelli après le titre de champion de 2ème ligue (Photo: IV Sport)

Comment vois-tu le futur de l’équipe ?
Il sera rose… si la Commune soutiendra le FC Vernier, et peut-être comprendra-t-elle l’importance des clubs sportifs dans l’intégration sociale et culturelle dans notre région. Au niveau de l’équipe, il sera aussi rose, car comme dans une famille, tout naturellement et en discutant avec Patrick Tami, il est judicieux qu’il reprenne cette équipe. Il me l’avait cédée en 2010 en 3ème ligue et je suis heureux de savoir qu’il pourra porter les couleurs du FC Vernier en 2ème ligue inter aujourd’hui ! Bonne chance à lui et j’espère que tous les joueurs et la commission technique le soutiendront et l’aideront dans sa nouvelle mission.

Et ton futur  ?
Je vais prendre du recul et j’espère trouver, à terme, une autre ligue, une nouvelle dynamique et réalité qui pourra me donner autant de liberté et de confiance que j’ai pu avoir au FC Vernier. Entre temps, je profiterai pour penser à moi et suivre quelques amis qui entraînent dans les alentours et à l’étranger pour me perfectionner et continuer mon développement personnel, ceci notamment après avoir obtenu mon diplôme A UEFA. Les belles aventures ont souvent une fin et le plus difficile est de l’accepter, de passer à autre chose et de ne pas s’accrocher à ce qui n’existe plus… Mais il faut avoir le courage de reconnaître que la vie évolue et que les changements sont sources d’énergies et d’opportunités. Merci à toutes les personnes qui nous ont sincèrement soutenus durant ces trois années exceptionnelles, en particulier à notre défunt président Pierre-André Ozelley, à Eric Ochsner, Jo Entrade, les joueurs qui m’ont côtoyé durant cette aventure, Alfredo Foschini et l’ami Antonio Melcarne pour la confiance témoignée ! Allez Vernier !

Share.