Trop fort, Meyrin s’adjuge la coupe

0

Juniors C / Il n’y aura pas eu de suspense aux Cherpines. Trop puissant, Meyrin a (trop) vite pris les choses en main et n’a pas laissé le moindre espoir à un Grand-Saconnex valeureux mais dépassé. Une finale toutefois passionnante qui s’est déroulée dans un très bel esprit et qui couronne le beau parcours des Meyrinois.

Nous sommes à 5 minutes du coup d’envoi, les joueurs font leur apparition sur la magnifique pelouse des Cherpines à Plan-les-Ouates, hôte des finales des coupes genevoises 2013. Enes Blazevic, capitaine meyrinois, est déjà bien concentré dans son match et connait ses objectifs: « Je me dois de gagner une coupe pour mon grand-père, malade à l’hôpital, j’ai envie de le faire pour lui et aussi pour toute l’équipe, car nous nous sommes battus depuis le début pour être ici aujourd’hui ».

Son entraîneur Eric Pasquettaz n’en pense pas moins: « Ce match est surtout important pour les enfants, car j’aimerais qu’ils arrivent au bout de leur rêve, en faisant le plus beau match possible.»

De son côté, Ali Abdou, mentor des Saconnésiens, a mis l’accent sur deux points: « Le plaisir et le jeu, pour bien finir la saison, faire quelque chose de magique, surtout pour les joueurs. J’ai préparé le match comme toute la saison en championnat, et j’espère que la victoire sera au bout.»

Le protocole de présentation est bouclé, les 22 acteurs sont maintenant prêts à en découdre, les mamans vocifèrent déjà au bord des ballustrades, la météo a consenti un petit effort en nous proposant une température agréable… Luc Jolidon, Monsieur ACGF, est en maître de cérémonie et fait même monter l’ambiance avant et pendant le match. Bref, tout semble à point pour vivre quelques émotions !

Meyrin classe l’affaire

Sauf que Meyrin a décidé de tuer tout suspense et de classer l’affaire au plus vite! Son attaquant Dylan Oliveira fait déjà parler la poudre après 45 secondes, ayant pris l’arrière-garde saconnésienne de vitesse (1’, 1-0). Une situation que l’on reverra souvent dans cette rencontre, tant ce numéro 9 est un véritable poison pour les Rouges.

Meyrin est parfaitement rentré dans sa finale, et accentue sa pression: ce même Oliveira oblige le portier Gracio à la claquette pour éviter le deuxième (4’).

Essayant de sortir la tête de l’eau, Grand-Saconnex réagit par son attaquant Benjamin Oseku, bien lancé en profondeur, mais Villoz s’interpose à son tour d’une parade autoritaire (7’).

Meyrin-GdSac5

Duel entre un Meyrinois et un Saconnésien

Le rythme du match est intense, les contres s’enchaînent de part et d’autre, on assiste vraiment à une belle finale. Voulant s’éviter un éventuel retour saconnésien, les hommes de Pasquettaz vont parvenir à doubler la mise au meilleur moment: Turrisi, étrangement seul côté droit, prend son temps pour ajuster Gracio et faire chavirer le kop meyrinois (11’, 2-0).

En pleine confiance, les Jaunes ne s’arrêtent pas en si bon chemin. Oliveira, impressionnant de vitesse, perfore tout le côté droit avant de servir une offrande à Fortunato qui termine aux 6 mètres d’un joli combo contrôle/frappe (16’, 3-0).

Non contents d’être efficaces devant le but, les Meyrinois le sont également derrière où la paire Clarke-Blazevic allie puissance et autorité dans les récupérations de balle. Grand-Saconnex est déboussolé, leurs tentatives de profondeur ne donnent rien la plupart du temps. Et quand ils décident de monter dans le camp adverse pour y porter le danger, immédiatement un contre-éclair est déclenché et met au supplice leur charnière centrale. Et le 4ème sera dans le même contexte, l’imposant Fortunato gagnant son duel avec son vis-à-vis pour conclure seul face au gardien (21’, 4-0).

Meyrin-GdSac2

Oliveira inscrit l’un de ses deux buts

Un quart de match et déjà plus de suspense! Meyrin contrôle son match et lance ses banderilles quand il le souhaite! Fort heureusement, Grand-Saconnex ne rend pas les armes, se créant même une belle double-occasion à la 32ème, mais ni Oseku ni Afonso ne pourront surprendre le dernier rempart meyrinois. Puis c’est encore Oseku qui enlèvera trop sa frappe aux 20 mètres (34’), mais cette bonne séquence confirme que les Saconnésiens ont également leur mot à dire dans cette rencontre. La plus grosse opportunité surviendra des pieds de Friedheim juste avant la pause, mais Villoz reste impeccable dans ses interventions (39’). Auparavant, Meyrin aurait également pu prendre encore un peu de marge, mais Katchelewa ne fit pas le bon choix au moment de reprendre un superbe centre de Oliveira (35’).

Seconde période sans suspense

Atteinte sur ce score sans appel de 4-0, la pause fera du bien aux joueurs d’Abdou. Ils renviennent avec de meilleures intentions dans la rencontre et se font plus pressants sur le but de Villoz. Et pourtant, Meyrin ne fait aucun cadeau! Sur un superbe travail de Makangila côté droit, c’est Dylan Domingues qui termine dans l’axe du but et coupe désormais tout espoir de retour, pour autant qu’il y en eut encore un, aux Saconnésiens (46’, 5-0).

Les Rouges auront le mérite d’insister. Tout d’abord par Friedheim sur un centre parfait de Carvalho, mais sa reprise de la tête n’attrape pas le cadre (51’), puis par Kachouri dont la puissante frappe est bien détournée par Villoz (52’). Et la troisième sera la bonne, puisque Yannick Woldegaber parviendra à conclure un ballon chaud qui trainait dans la surface meyrinoise (55’, 5-1). Mérité au vu de leur allant en cette deuxième période, et probablement également provoqué par les changements de Pasquettaz qui a fait reposer quelques cadres en début de 2ème mi-temps.

Meyrin-GdSac3

Réduction du score saconnésienne

Grand-Saconnex varie ses attaques, tantôt de loin comme sur cette frappe trop enlevée de Carvalho (58’), tantôt de près comme sur cette reprise de Friedheim qui file juste à côté  des cages (60’), tantôt sur coup-franc comme sur ce missile de Yannick Woldegaber (62’).

Estimant que le temps fort adverse avait assez duré, les coachs meyrinois réintroduisent Oliveira à la pointe de leur attaque. Et cela permit aux Jaunes de reprendre le cours du jeu, et même d’augmenter leur avance au tableau d’affichage: c’est d’abord Habegger qui envoie magnifiquement Oliveira se faire plaisir en un contre un (67’, 6-1), puis en toute fin de match, c’est l’incontournable Oliveira qui rend l’offrande à Makangila pour clôturer la marque (79’, 7-1).

“C’est un soulagement”

Victoire donc indiscutable des Meyrinois qui s’adjugent la coupe genevoise, même si le score semble sévère pour leurs adversaires. Le gardien Gracio, très sollicité dans cette partie, reste déçu de la tournure du match, qu’il aurait souhaité plus serré, pensant que son équipe avait les moyens de rivaliser en laissant moins d’espaces derrière et en étant plus présent physiquement.

Meyrin-GdSac4

Les jeunes meyrinois soulèvent la coupe

Du côté d’Eric Pasquettaz, la joie est forcément belle et non-contenue: « C’est un soulagement. Je suis très content de la prestation de mes joueurs, même s’ils ont un peu lâché en deuxième mi-temps, quand la peur au ventre est arrivée, et aussi par la performance de Grand-Saconnex qui a fait un super match aujourd’hui». Après l’échec du premier tour, barré de la promotion en inter par Onex, Meyrin a su en ressortir plus fort, et son mental a fait la différence au meilleur moment.

L’histoire ne dira pas si les coachs meyrinois ont fini sous la douche tout habillés, mais une chose est sûre, cette équipe de Meyrin fait un beau vainqueur de coupe genevoise! Et Grand-Saconnex peut en sortir la tête haute, étant simplement tombé sur plus fort que lui.

 

FC MEYRIN – FC GRAND-SACONNEX  7-1 (4-0)
Stade des Cherpines, 150 spectateurs

Buts : 1’ Oliveira 1-0, 11’ Turrisi 2-0, 16’ Fortunato 3-0, 21’ Fortunato 4-0, 46’ Domingues 5-0, 55′ Y. Woldegaber 5-1, 67’ Oliveira 6-1, 79’ Makangila 7-1

Meyrin (4-4-2) : Villoz – De Oliveira, Clarke, Blazevic, Doberjanca – Fejzulai, Garcia, Makangila, Turrisi – Oliveira, Fortunato.
Remplaçants: Valentini, Katchelewa, Ukbabe, Habegger, Domingues, Aeby.
Entraîneur : Eric Pasquettaz

Grand-Saconnex (4-4-2) : Gracio – Bouras, Stucki, Jouini, Traini – Afonso, Qurashi, O. Woldegaber, Y. Woldegaber – Oseku, Friedheim.
Remplaçants : Luburic, Carvalho, Ziba, Dupraz, Ghanem, Edson, Kachouri.
Entraîneur : Ali Abdou

 

Photos : OneClick-Photo

 

Share.