Daniel Villa : “A nous d’y croire”

0

A deux jours du match historique contre Young Boys, nous avons pris la température auprès de l’entraîneur veyrite Daniel Villa.

C’est LE match d’une carrière d’amateur. Celui dont les joueurs veyrites se rappelleront toute leur vie, peu importe le résultat. Jouer un 1/32 de finale de coupe suisse est déjà excitant en soi, mais lorsque tu as la chance de recevoir le leader du championnat de Super League, qui compte cinq victoires en autant de journées, ça l’est encore plus.

Le village de Veyrier ne parle que de ça. Samedi, du beau monde est attendu au Stade de Veyrier-Village, aménagé en vue de recevoir un club comme Young Boys et ses bruyants et nombreux supporters. Du bruit, le supporters de Veyrier vont en faire aussi : la Curva vert et jaune préparera un tifo digne du rendez-vous et de l’adversaire.

Mais qu’en est-il réellement des chances d’un petit club de campagne de 2ème ligue genevoise face à un ogre du football professionnel suisse ? Avant de s’attaquer à une mission quasi-impossible, l’entraîneur veyrite, Daniel Villa, a répondu à nos questions.

 

Proxifoot : Daniel, samedi contre YB, c’est costard-cravatte ou short-survêtement ?
Daniel Villa : J’aurais bien voulu mettre le costard, mais je ne sais pas si je rentre encore dedans (rires). Plus sérieusement, ça sera certainement jeans-chemise.

Peut-on dire que c’est le match le plus important de l’histoire du club ?
Alors là, je crois qu’on peut le dire. Le club a vécu plusieurs promotions, une victoire au tournoi des campagnes et finalement, en juin dernier, une victoire en coupe genevoise, mais là on se prépare à jouer un match hors norme. Le premier de l’histoire du club en coupe suisse, de plus contre le leader de Super League. Donc définitivement le plus important avant le 1/16 de finale (rires).

Au fait, ça en est où au niveau de la billeterie ?
Selon les derniers échos, cela avance bien. J’ai entendu parler de 1200 billets déjà vendus et que l’objectif serait d’atteindre les 2500 spectateurs. J’appelle au soutien de la part des Genevois, on aura besoin du 12ème homme.

Qu’est-ce qui a été aménagé pour accueillir tout ce monde à Veyrier-Village ?
Un comité d’organisation a été mis en place et oeuvre au bon fonctionnement de cet événement, j’en profite pour les remercier de leur énorme investissement et de leur excellent travail. Il y aura des gradins autour du terrain, une zone VIP et plusieurs buvettes pour accueillir la foule qu’on espère nombreuse.

En plus des cinq ligues d’écart entre les deux équipes, il y a d’un côté cinq victoires en autant de journées de Super League, et de l’autre seulement trois matchs amicaux dans les jambes. La différence peut-elle être plus grande ?
Non, je crois qu’en effet la différence est au maximum… Mais chaque match débute à 0-0 et dans toute compétition sportive, il existe des incertitudes et parfois des exploits. Alors à nous d’y croire même si effectivement notre chance est petite, voire infime ! Ça dépendra beaucoup de notre faculté à bien défendre… Mes joueurs doivent s’inspirer de mon abattage défensif avec les vétérans, ça peut les aider (rires).

Pour tes joueurs, ce sera la chance de leur vie d’affronter des professionnels. Le plus délicat dans ce genre de rendez-vous, c’est d’écarter des joueurs de la feuille de match, non ?
Oui, c’est un moment difficile car bien évidemment que tous les joueurs veulent être dans le groupe et qu’on est tous conscients que cette occasion peut être unique dans une carrière de footballeur amateur. A Veyrier d’autant plus, car il existe un travail de continuité et que certains joueurs sont présents depuis longtemps, mais on se doit d’aborder ce match avec un réel esprit compétitif et forcément accepter les choix qui en découlent.

Pour terminer, que fais-tu si ton équipe marque le 1-0 à la 2ème minute de jeu ?
Je me tire boire un verre à la vogue de Bardonnex et je reviens à la fin du match (rires). Blague à part, c’est un scénario qui me plairait bien car cela amènerait un peu de suspense au match et apporterait du plaisir aux gens…

 

Photo: OneClick-Photo

Share.