Gros plan sur les trois meilleures buteuses du canton

0

Maude Sartoretti, Elodie Policarpo et Annalisa Dell’Angelo sont les meilleures buteuses des trois clubs-phares du football féminin genevois. Interview.

Les attaquantes des trois meilleurs clubs genevois de football féminin ont passablement fait trembler les filets à l’automne dernier. En effet, toutes les trois comptent en moyenne plus d’un but par match au premier tour : Maude Sartoretti (19 buts en 10 journées avec Aïre-le-Lignon en 1ère ligue), Elodie Policarpo (15 buts en 13 journées avec Chênois en LNB) et Annalisa Dell’Angelo (11 buts en 9 journées avec Signal Bernex en 2ème ligue inter).

Leur qualité de finition n’est plus à prouver et les défenses adverses ont déjà plusieurs fois été en difficulté face à ces fines gâchettes. Leur volonté et leur placement leur permet à chaque match d’être dangereuses et de trouver régulièrement le chemin des filets. Ce sont les bombers féminines du canton.

 

Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Maude Sartoretti (Aïre-le-Lignon, 1ère ligue) : Je suis tessinoise et j’ai commencé à jouer au football en 1997, à l’âge de 8 ans dans une équipe de garçons au Tessin. Après avoir atteint la catégorie des juniors B, en 2001 j’ai eu une offre pour rejoindre l’équipe du FC Rapid Lugano féminin en LNA. En 2002 jusqu’en 2005, parallèlement à mon parcours footballistique comme joueuse, je suis devenue arbitre officiel de l’ASF au Tessin, jusqu’à la catégorie juniors B. En 2003 jusqu’à l’âge de 17 ans, j’ai rejoint la sélection féminine tessinoise M17, remportant en 2004 le titre de championnes suisses. En 2003, j’ai été également sélectionnée pour l’équipe suisse M17 et contingentée pendant deux ans. En 2006, mes études m’ont contraint à faire une pause. Pendant cette période, j’ai quand même participé à plusieurs tournois universitaires avec l’Université de Lausanne et obtenu des bons résultats : vice-championnes européennes en 2010, vice-championnes suisses indoor en 2010 et championnes suisses en 2012.  En octobre 2012, j’ai repris le football dans un club de 3ème ligue, le FC Gland. Enfin, en février 2013, j’ai rejoint le FC Aïre-le-Lignon en 1ère ligue.

Elodie Policarpo (FF Chênois, LNB) : J’ai 24 ans et je pratique le football depuis l’âge de 5 ans. J’ai débuté dans un club en France avec les garçons à l’US Mont-Blanc où j’ai joué jusqu’à l’âge de 13 ans. Ne pouvant plus jouer avec les garçons, je me suis dirigée dans un club où une équipe féminine ouvrait ses portes (ASC Sallanches) et où j’ai joué 2 ans. J’ai ensuite été recrutée par Franck Tassy, au club US Terre-Sainte, j’y ai joué 4 ans de la 4ème ligue à là 2ème ligue inter. Pour des raisons d’ambition et objectifs personnels, j’ai voulu m’orienter dans une équipe plus élevée, ayant eu une opportunité d’avoir été contactée par Charazed qui s’occupait du recrutement, j’ai donc signé CS Chênois (ndlr : devenu ensuite F.F. Chênois), où j’évolue maintenant depuis 5 ans.

Annalisa Dell’Angelo (Signal Bernex, 2ème ligue inter) : J’ai débuté le football un peu tardivement, à l’âge de 21 ans au Signal FC Bernex-Confignon. J’étais à un match d’un ami (gardien) au stade de la Praille et durant la mi-temps, je lui faisais quelques coup-franc. C’est comme ça que Mike m’a vu et que j’ai intégré le Signal Féminin, avec ma sœur jumelle.

 

Avez-vous toujours joué à un poste offensif ? C’est un choix délibéré ou le choix de votre entraîneur ?

Maude : Dès que j’ai commencé à jouer avec les garçons à l’âge de 8 ans, j’ai toujours été une attaquante. Dans l’équipe, tout le monde voulait être celui qui marquait, ainsi, moi aussi j’ai commencé à être attirée par le but.

Elodie: J’ai toujours joué offensif, cela n’a jamais été le choix de mes entraîneurs, mais un choix délibéré depuis mes débuts. C’est mon frère, attaquant, qui m’a transmis sa passion, je l’ai toujours suivi jusqu’à aujourd’hui.

Annalisa : J’ai joué comme avant-centre les deux, trois premières années. Ensuite milieu latéral et depuis 4 ou 5 ans, je joue au milieu de terrain, plutôt offensif.

Sartoretti

Presque deux buts par match pour l’Aïroise Maude Sartoretti (Photo: C. Dulex)

 

Quel geste vous procure le plus de frisson quand il se conclut par un but ?

Maude  : C’est le geste qui permet de remporter la victoire à mon équipe qui me procure le plus de frisson. Que le but soit conclut avec la cuisse droite ou le mollet gauche, peu importe, ce qui compte est de gagner le match.

Elodie : Le geste qui me fait frissonner à chaque conclusion de but est une tête plongeante.

Annalisa : Une volée.

 

Votre plus beau but cette saison, c’était où et face à quelle équipe ?

Maude  : Il n’y en a pas un en particulier. Cependant, le jour où j’étais le plus en forme c’est contre le FC Sion en octobre dernier. On a remporté le match 6 -1 et j’ai marqué six buts.

Elodie : Mon plus beau but face au FC Baden à Baden, match aller, premier but du match, un lobe sur la gardienne de 25 mètres.

Annalisa : Contre Vionnaz, chez elles.

 

Votre idole, c’est qui et pourquoi ?

Maude  : Alexandra Popp (ndlr : attaquante allemande qui joue à Wolfsburg) parce qu’elle est une gagnante.

Elodie  : Mon idole est Samuel Eto’o : style de jeu, aisance devant les buts, joueur très adroit. J’aime sa personnalité, une personne humble, qui se ressent sur les terrains. Ma deuxième idole est Amandine Jung, numéro 9 de Chênois. Je me complète avec cette joueuse sur le terrain où nous évoluons ensemble depuis plus de 10 ans avec le même parcours, c’est comme à une époque Eto’o et Ronaldinho à Barcelone… (rires)

Annalisa : Roberto Baggio, pour sa vision du jeu, sa classe et le fait que c’était un joueur humble sur le terrain.

Cs Chênois vs Fc Bernex féminine

Policarpo gagne un duel lors de la finale de coupe contre Bernex en 2013 (Photo: OneClick)

Si vous deviez affronter un gardien ou une gardienne de renom, qui désigneriez-vous et pour quelle raison ?

Maude  : Nadine Angerer (gardienne de l’équipe Nationale d’Allemagne). Elle vient de gagner le Ballon d’Or, je pense qu’elle pourrait être une bonne adversaire qui a le potentiel d’arrêter mes tirs.

Elodie : La gardienne de la Mannschaft Nadine Angerer, Ballon d’Or 2014. Ce serait un bon défi pour moi de lui inscrire juste un but ou plus.

Annalisa : Buffon. Un des meilleurs gardiens au niveau mondial de ces 10 dernières années.

 

Votre équipe n’arrive pas à marquer, et votre réussite vous fuit, que seriez-vous prête à faire pour que cela change ?

Maude : Manger plus de légumes (rires). Avec l’encadrement que nous avons au club et la qualité des joueuses, je ne pense pas que cela puisse arriver. Notre jeu s’améliore de jour en jour et le nombre de joueuses qui rejoignent notre club augmente donnant des bonnes bases pour l’avenir.

Elodie : Je ne baisserais jamais les bras et je donnerais toujours le meilleur de moi-même, remotiver mon équipe et me surpasser sur le terrain.

Annalisa : J’essayerais de calmer mon équipe. Souvent à vouloir s’acharner à marquer, cela fait l’effet inverse.

 

Dernière question, vous êtes meilleures buteuses de vos équipes au premier tour, pensez-vous faire mieux ou moins bien lors de ce second tour ?

Maude : C’est l’équipe qui prime et non le nombre de buts que je marque. C’est toujours un plaisir de mettre le ballon au fond du but adverse mais il ne faut pas se distraire de l’objectif final, celui de gagner nos matchs. Est-ce que je vais marquer plus de buts que le premier tour ? Je ne sais pas, l’important est de marquer un but de plus que l’adversaire et cela dépendra de toute l’équipe puisque sans toutes les joueuses qui composent mon équipe, je n’aurais jamais pu marquer un seul but.

Elodie : J’aime me donner des objectifs et me faire surtout plaisir donc c’est de faire mieux qu’au premier tour et essayer d’inscrire plus de buts au second tour.

Annalisa : J’espère garder la continuité dans le jeu surtout. Ensuite, si j’ai l’occasion de pouvoir marquer ou faire une passe décisive, c’est sûr, ça fait très plaisir.

Bernex-Concordia-1314

Annalisa Dell’Angelo, lors d’un match contre Concordia (Photo: J. Franzen)

 

Propos recueillis par Michael.

Share.