Pas de vainqueur à Perly

0

A l’occasion d’un énième derby genevois cette saison, Plan-les-Ouates accroche son voisin perlysien grâce une bonne seconde période.

Dans un contexte relativement différent pour les deux équipes, Perly étant condamné à jouer le ventre mou alors que Plan-les-Ouates doit encore se battre pour sa survie, cette partie n’a pas atteint des sommets.

Maîtrisant globalement les événements, les protégés de Mario Chedly peinent toutefois à se montrer dangereux. La puissance de Fofana sur la droite met à mal le latéral Rossier, mais ses centres ne trouvent pas grand monde à la réception, mis à part l’esseulé Brito qui, malgré des efforts conséquents, ne parvient pas à menacer le portier Ramabadja.

Le bijou de Bouamri

Relativement fermée, on sent que cette rencontre ne pourra véritablement démarrer que sur un exploit individuel. C’est à ce moment-là que ce diable de Bouamri va entrer en scène. Cet ancien pensionnaire de ligue nationale, bourré de talent, mais très à la limite du point de vue du comportement, décroche une terrible frappe de 25 mètres dont le rebond manque de justesse de tromper le portier des visiteurs.

Ces derniers justement passent le plus clair de leur temps à courir après le ballon conservé par les locaux. Toutefois, ils restent à l’affût de la moindre erreur de l’arrière-garde locale. Aux abords du dernier quart d’heure, ils vont même parvenir à tromper la vigilance de Volpilhac. Dib, profitant d’une faute de main du portier de Perly, pousse le cuir au fond des filets et offre à son équipe l’ouverture du score. C’était sans compter sur la décision, à notre sens erronée, de l’arbitre central de siffler une faute en faveur de Volpilhac et d’annuler la réussite des hommes de Robert Muller.

La première période va toutefois donner l’occasion aux spectateurs de s’enthousiasmer. Sur un ballon anodin, sans danger aucun pour la défense plan-les-ouatienne, Bouamri décoche une merveille de frappe enroulée qui s’en va mourir dans la lucarne de Ramabadja (30′, 1-0). Une ouverture du score absolument superbe du meneur de jeu des locaux qui permet à son équipe de boire le thé avec une légère avance.

Salvador-Perly

Salvador, le capitaine perlysien (Photo: IV Sport, archives)

Perly relâche, Plan-les-Ouates revient 

La seconde période démarre dans un nouveau décor. Le véloce Bajrami a remplacé le latéral Rossier, Carvalho a été replacé au poste de latéral gauche afin de bloquer la vitesse de Fofana, et surtout les visiteurs arrivent avec de meilleures ambitions et la volonté de bousculer des Perlysiens un peu trop faciles en première période.

Ce changement de physionomie va très vite se faire ressentir dans les faits de jeu. Après moins de dix minutes depuis le retour des vestiaires, Bajrami presse Fisson, lui vole le ballon et tente de lancer Théry dans la profondeur. La passe est interceptée par le défenseur Sarrasin qui s’emmêle les pinceaux. Théry, qui avait suivi, fait preuve d’abnégation, récupère le cuir et fixe Volpilhac avant de l’ajuster d’un plat du pied sûr et autoritaire (49′, 1-1).

Cette égalisation dès le retour des vestiaires redonne de la couleur à Plan-les-Ouates et rééquilibre un peu cette rencontre, marquée par un déchet technique impressionnant, dû également à un terrain bosselé. Néanmoins, les occasions franches de but restent rares et aucune des deux formations ne parvient à prendre le dessus. Perly, quelque peu suffisant, cherche en vain la vitesse de Brito, alors que Plan-les-Ouates attend un exploit personnel du remuant Cherkaoui. Le duel de ce dernier face à l’expérimenté Pauchard a été l’une des attractions de la rencontre bien que l’ancien servettien ne s’impose presque à chaque reprise.

Fc Plan les Ouates vs Fc Collex Bossy 1-1

Cherkaoui en action (Photo: OneClick, archives)

Au final, mis à part quelques frayeurs de chaque côté, notamment lorsque Bajrami, puis Théry ne parviennent pas à profiter d’un cafouillage dans les seize mètres des locaux, les deux voisins se quittent sur un match nul logique. Un résultat qui ne fait pas les affaires de Plan-les-Ouates puisque les équipes poursuivantes continuent à grappiller des points et que la bataille pour le maintien fera rage probablement jusqu’à la dernière journée.

Les hommes du jour

Côté perlysien, l’homme le plus en vue et, pas forcément toujours pour les bonnes raisons, est Hicham Bouamri, criant de facilité et auteur d’un but splendide. Mais avec ce joueur, il y a malheureusement l’envers du décor, avec plusieurs simulations à la clé (dont une sera sanctionnée d’un avertissement) et des remontrances à répétition envers le corps arbitral. On peut encore ressortir la performance solide de l’élégant capitaine des locaux, Matthieu Salvador, sobre et efficace ce samedi.

Pour les visiteurs, la rentrée de Bajrami est à relever, tant la rencontre a changé de physionomie depuis son entrée en jeu. Mais le joueur qui nous a le plus impressionné, c’est le jeune Ludovic Reymond, né en 1997, auteur d’une remarquable performance, pleine de lucidité et de sagesse. De loin le plus jeune joueur sur la pelouse, le défenseur central a réussi une partition digne d’un vieux briscard.

 

FC PERLY-CERTOUX – FC PLAN-LES-OUATES  1-1 (1-0)
Stade municipal de Perly

Buts : 30′ Bouamri 1-0, 49′ Théry 1-1

Perly (4-2-3-1) : Volpilhac – Pauchard, Randrianantenaina, Sarrasin, Fisson – Salvador, Camara (37′ Sahiti) – Fofana, Bouamri, Maouche (65′ Herrera) – Brito (81′ Olivera).
Entraîneur : Mario Chedly

Plan-les-Ouates (4-3-3) : Ramabaja – N’diaye, Reymond, Verneuil, Rossier (46′ Bajrami, 80′ Brimil) – Lepape, Roch, Carvalho – Cherkaoui, Théry, Dib (91′ Kadri).
Entraîneur : Robert Müller

Avertissements : Bouamri, Pauchard et Olivera (Perly)

Share.