Bernex puissance 4

0

Au cours d’un match très rythmé et indécis, Signal Bernex remporte une quatrième victoire consécutive en s’imposant contre Veyrier, ce qui lui permet de remonter à la sixième place du classement. Les Veyrites, eux, restent coincés, la onzième place et ratent l’opportunité de s’éloigner de la zone relégable.

Le FC Veyrier Sports restait sur une victoire étriquée face au FC Vernier et voulait continuer sur sa lancée en battant le Signal Bernex, lequel de son côté avait à cœur de rééditer la performance du week-end dernier pour engranger les trois points et grappiller des places dans un championnat où peu d’équipes semblent tirer leur épingle du jeu.

La suprématie bernésienne

C’est sous un merveilleux coucher de soleil et sur un terrain synthétique que démarre ce derby genevois. Hautement rythmées, les quinze premières minutes sont très équilibrées et les vingt-deux acteurs essaient de prendre leurs marques sur une surface de jeu rapide et plutôt inhabituelle.

Dans un schéma tactique en 4-4-2 modulable, le Signal Bernex tente de faire circuler le ballon et de passer par les ailes. Son meneur de jeu, Mario Machado, se retrouve souvent à la pointe de l’attaque et en profite pour décrocher du droit le premier tir de la partie qui passe de peu à côté (18′). Six minutes plus tard, le même Machado se signale dans la surface de réparation veyrite, après un déboulé tout en puissance et une frappe croisée du gauche qui passe tout près du cadre du jeune portier Chac (24′). Le trio offensif Koum-Machado-Rey applique à la lettre les consignes de son coach Claudio Morelli et étouffe littéralement son adversaire avec un pressing haut et des attaques placées, heureusement sans danger pour la défense des Jaunes et Verts.

Malgré un abattage important de Lucien Gross et Lionel Jacot, ses deux poumons du milieu de terrain, Veyrier accuse le coup et subit le jeu bernésien. Ses trois milieux offensifs, Taddéo, Rothlisberger et Dany Machado, sont rarement dans le tempo et commettent de nombreuses erreurs techniques pour espérer mettre leur avant-centre, Piccoli, dans les meilleures conditions. Timides et en manque d’inspiration, les locaux tentent leur premier tir à la demi-heure de jeu seulement par Piccoli qui manque complètement le cadre.

Dans la foulée, les Bernésiens concrétisent leur domination et ouvrent le score grâce à un but extraordinaire de Stéphane Rey, qui, à la réception d’un corner à l’angle gauche des 16 mètres, loge une reprise de volée du droit lumineuse dans la lucarne de Chac, resté pantois (37′, 0-1). Une réalisation logique, tant les Jaunes et Noirs ont survolé les débats durant ce premier acte manqué par des locaux moribonds et improductifs. 

Veyrier-Bernex-1415-1

L’abattage de Gross n’a pas suffi pour Veyrier

Veyrier, un réveil tardif

Veyrier revient avec des meilleures intentions dans la deuxième mi-temps et imprime à son tour un gros pressing à son adversaire, amorphe et sans réaction durant le premier quart d’heure. Le changement tactique apporté par l’entraîneur Daniel Villa, passage de 4-2-3-1 au 4-4-2, y est pour beaucoup, ainsi que l’entrée de Jeangros pour épauler Piccoli en pointe. Les Veyrites sont de plus en plus présents dans le camp bernésien et se créent enfin une première grosse occasion par Jeangros, qui se retrouve seul devant le gardien et préfère décaler Piccoli, qui n’a pas suivi l’action au grand dam de ses coéquipiers (63′).

Bernex baisse le pied physiquement et devient de plus en plus dépendant de son chef d’orchestre, Mario Machado, qui s’essaie de loin du pied droit et voit encore le cadre se dérober. Quelques minutes plus tard, ce sont les Veyrites qui gâchent une énorme opportunité par Röthlisberger qui, seul au point de penalty, effleure la transversale du gardien bernésien, David Fontaine (67′).

Les vingt dernières minutes sont âpres et les locaux refusent d’abdiquer. Devant la stérilité de son équipe, le coach Villa décide de renforcer son attaque en modifiant son plan de jeu en un 3-4-3. Mais il était dit que les visiteurs marqueraient un second but par le prolifique Mario Machado, qui a profité d’un remarquable service du rentrant Mutombo au rond central pour s’en aller battre allègrement l’infortuné Chac (89′, 0-2).

Durant les arrêts de jeu, les Veyrites essaient de niveler la marque afin de sauver l’honneur, Röthlisberger déborde sur le côté droit et effectue un joli centre bien repris de la tête par Jeangros qui n’arrive pas à prendre en défaut l’excellent placement du portier bernésien. Ce fut la dernière action du match avant le coup de sifflet final de l’arbitre.

Bien qu’elle soit difficile à avaler, cette sixième défaite en championnat ne mine pas pour autant le moral des Veyrites. Lucien Gross, l’ex-Servettien et Carougeois, nous livre son ressenti : “Ce soir, nous sommes déçus par l’issue du match mais nous pouvons être fiers, parce ce que nous nous sommes battus jusqu’au bout pour accrocher un bon résultat. Malgré un début de saison compliqué, notre équipe continue à travailler dans la sérénité et la bonne humeur. Notre entraîneur nous demande toujours de jouer au ballon, de relancer proprement depuis derrière et sa philosophie me convient parfaitement. Nous sommes un nouveau promu dans cette ligue, notre objectif est évidemment de se maintenir et de s’éclater avec ce groupe harmonieux et sain. À titre personnel, je suis venu jouer à Veyrier pour prendre du plaisir et passer des bons moments au sein de ce club familial”.

Veyrier-Bernex-1415-2

Le Bernésien Machado, ici au duel avec Moreira

L’homme en forme : Mario Machado

Mario Machado, 20 ans seulement, également ancien pensionnaire du Servette FC et de l’Etoile Carouge, est actuellement l’homme providentiel du Signal Bernex avec ses cinq réalisations en quatre matches. Il revient sur son état de grâce et celui de son équipe : “Après quatre mois d’arrêt et une déception avec le groupe professionnel du Servette FC, je retrouve mes sensations avec une nouvelle équipe et un nouveau coach qui me fait pleinement confiance. Mon rôle de numéro 10 me permet de m’exprimer offensivement et de souffler défensivement. Même si j’ai été formé pour évoluer au poste de milieu défensif, je prends beaucoup de plaisir à marquer et à faire marquer les autres. Le match d’aujourd’hui a été très difficile pour nous car Veyrier était très bien en place et nous a laissés peu d’espaces pour développer notre jeu. Je pense que la confiance qui nous habite en ce moment nous donne la force de gagner de tels matches et de continuer à surfer sur cette dynamique positive. L’objectif de l’équipe est de gagner un maximum de matches et si on continue à jouer de la sorte, je crois fermement qu’on pourra viser la montée”. 

Lors de la prochaine journée, le FC Veyrier Sports tentera, dans une rencontre capitale contre un concurrent direct, le Montreux Sports, de rebondir dans sa lutte pour le maintien. De son côté, le Signal Bernex accueillera le FC Vernier pour essayer de poursuivre son embellie et d’enchaîner une cinquième victoire de rang qui le propulserait un peu plus en haut du classement.

 

FC VEYRIER SPORTS – SIGNAL FC BERNEX-CONFIGNON  0-2 (0-1)
Stade du Grand-Donzel, environ 80 spectateurs.

Buts : 37′ Rey 0-1, 89′ Machado 0-2

Veyrier (4-2-3-1) : Chac – Mourelle, J. Martin ©, Moreira, Vaucher – Gross, Jacot – Taddéo (50′ Bottinelli), Machado (59′ Jeangros), Röthlisberger – Piccoli (75′ Barbey).
Entraîneur : Daniel Villa

Bernex (4-4-2) : Fontaine – Da Cunha, Garbani ©, H. Girod, Boule – Koum (64′ Mutombo), Réaut, Daverio, Kuzmanovic (72′ Dardour) – Machado, Rey (83′ Misini).
Entraîneur : Claudio Morelli

Avertissements : Taddéo, Gross, Jacot et J. Martin (Veyrier) ; Boule (Bernex)

 

Photos : Johan Franzen

Share.