Romain Pétremand : “Ce titre est inattendu”

0

Après le sacre de Chênois en A inter, nous avons interrogé Romain Pétremand, celui qui a dirigé l’équipe avec l’aide de son assistant Bruno Sahuc, afin de comprendre les clés qui lui ont permis de terminer ce tour sur la plus haute marche du podium.

 

Romain Pétremand, après avoir perdu plus d’un tiers de vos joueurs qui ont assuré la montée la saison dernière (maintenant en 3ème ligue), comment avez-vous reconstruit cette nouvelle équipe ?

Effectivement, bien observé ! Nos juniors A inter n’ont rien à voir avec l’équipe qui a fait la promotion. Notre comité, en fin de saison dernière, a pris la décision que, suite à la relégation de notre 2ème équipe en 3ème ligue, cette dernière devrait être exclusivement composée de jeunes. Nous n’avons donc pas perdu un tiers de nos joueurs mais 17 d’entre eux, soit plus des trois quarts de notre contingent ! On a donc “perdu” une volée de A talentueuse. Mais on a surtout gagné une deuxième équipe pleine de vie, du foot plein les pieds, composée de mecs vraiment bien et dirigée par un entraîneur ultra investi (ndlr : Carlos Alonso) qui en fera de la crème pour la première, nous en sommes certains !

Cette philosophie est à mon avis très positive pour l’accession en première équipe au sein du club mais effectivement, cela m’a placé dans une situation délicate. Il a fallu recomposer un contingent du niveau inter. Dans un premier temps, nous avons fait l’état des lieux des juniors B inter qui montaient, définir les besoins et aller chercher ce qui nous manquait en vue de se maintenir en attendant les “vraies” volées formées au CS Chênois. J’avoue que les connaissances de l’autre côté de la frontière de mon assistant Bruno Sahuc ont été essentielles pour compléter mon réseau genevois. Il a fourni un gros travail de prospection et sans lui, nous n’en serions pas là où nous en sommes. Il est vrai que la proximité du CS Chênois avec la France est un paramètre à prendre en compte. Il faut savoir qu’un joueur habitant Annemasse est à 10 minutes à pied du stade…

Il faut ouvrir les yeux, à l’heure actuelle, aucun club genevois ne peut sortir chaque année 18-20 joueurs de niveau inter. Il faut donc non seulement travailler à la base chez les jeunes, mais aussi observer ce qui se passe chez les voisins, tout en essayant de collaborer et de ne pas faire n’importe quoi. Le système français, qui limite le nombre de transferts à trois chaque saison par équipe de jeunes, éviterait certaines dérives… Je ne désespère pas qu’à l’avenir, notre club puisse nous fournir chaque année 8-9 joueurs qui, bonifiés par 3-4 transferts, nous permettraient d’avoir des volées homogènes tous les deux ans de niveau inter. Un long travail de formation a été mis en place par messieurs Schmid, Dunand, Guéniat, Durret et Bisetto (j’en oublie surement…) il y a déjà quelques années, je pense donc que pour nous qui sommes en fin de parcours, il faut être patient, mais ça arrivera. La volée 2014-2015 de nos juniors C ne fait que me conforter dans cette optique !

Concernant nos arrivées, un évènement inattendu a considérablement a facilité notre travail. En effet, Evian Thonon Gaillard a supprimé cette saison une équipe de U19 nationaux, ce qui a laissé environ 25-30 enfants sur la touche. De plus, la délocalisation de leur centre de formation en a encore poussé d’autres vers la sortie. Après passablement d’essais, de discussions, nous avons fait signer 7 joueurs de très bon niveau provenant de là-bas. Il a fallu toutefois ne pas faire n’importe quoi au vue du nombre de joueurs élevés venus se présenter suite à notre promotion.

 

En regardant vos matchs de préparation, vous avez beaucoup joué contre des équipes qui sont dans des ligues supérieures. Pour quelles raisons ? Pourquoi, par exemple, ne jouez-vous pas contre des équipes de la même catégorie ?

Premièrement, par intérêt. Jouer contre une équipe que nous allons rejouer en championnat ne me paraît pas très intéressant. Deuxièmement, ces dernières années, j’ai dû faire face à une multitude de forfaits quand je jouais contre des équipes juniors à des périodes pas forcément favorables à la pratique du football. Jouer contre des premières équipes me permet d’affronter un adversaire qui est une priorité pour le club d’en face. Je sais qu’ils ne vont pas venir avec une équipe “bout de bois” ou incomplète et que le match sera forcément intéressant. Troisièmement, pour des juniors A inter qui vont se confronter aux Valaisans notamment, avoir un football un peu plus physique ne me paraît pas une mauvaise chose. Il faut juste faire attention à ne pas faire jouer un joueur qui n’est pas prêt physiquement.

Le fait de disposer de conditions idéales au stade des Trois-Chênes me permet d’avoir quelques arguments sympas pour accueillir certaines 3ème ligues peut-être réfractaires à affronter des juniors. Même si les résultats ne sont pas importants en préparation, ces derniers m’ont confirmé que nous ne faisions pas tâche contre des actifs vu que nous n’avons pas perdu un match, bien au contraire. La dynamique dans la tête des joueurs est aussi très sympa quand vous enchaînez les performances contre des actifs !

Chenois-Juniors A

Les juniors A de Chênois, champions genevois en juin dernier et promus en inter

 

Malgré les matchs serrés, mais décisifs après coup, et un championnat difficile, pensiez-vous toujours à remporter ce titre ?

Ce titre est inattendu, même si… A la base, le maintien est toujours l’objectif, mais au vu du potentiel de notre groupe, l’idée de réaliser un gros championnat nous a rapidement trotté dans la tête. De plus, quand on a vu que certains matchs basculaient de notre côté alors que ce n’était pas forcément mérité (Veyrier et Martigny notamment…), jouer la tête est toujours plus sympa que se battre avec la barre. La baisse de régime de Signal Bernex nous a aussi bien aidé. Je ne l’explique toujours pas, mais ainsi est le foot.

Mais attention, à part notre déplacement à Fully en Valais, il n’y a eu que des matchs compliqués. La dernière rencontre contre mon ami Sadri (Vernier) est le meilleur exemple. On égalise à la 88ème et on met le 3-2 à la 93ème… Même si sur ce match-là, une défaite aurait surement été injuste. Le second tour s’annonce passionnant !

 

Justement, quelles ont été les astuces pour remporter ce match contre Vernier où jusqu’à la 88ème minute encore, vous étiez menés au score ?

Il n’y a pas d’astuces, il y a des choix à faire. Sur ce match-là, j’ai pris le risque à 1-2 de passer dès la 60ème minute à trois derrière. Premièrement, je trouvais qu’on avait pris l’ascendant, deuxièmement, je suis impatient, je ne sais pas attendre, et quand je vois des entraîneurs qui attendent la 80ème ou la 85ème avant de prendre des risques, ça m’énerve. Même si j’ai aussi souvent pris le contre du 3-1 dans les dents que l’égalisation. Il faut aussi avouer qu’avec la victoire à trois points, un match nul est synonyme de surplace. Je suis donc plutôt d’avis qu’il faut oser, au risque de repartir bredouille.

 

Pour finir, sur quelle base vous concentrez-vous : pour la formation ou pour le goût de la victoire ? 

Bruno et moi sommes concentrés sur la formation. Maintenant, il serait absurde de dire que nous ne nous prenons pas au jeu. Notre objectif premier est d’alimenter Carlos Alonso, l’entraîneur de la deuxième équipe et David Joye pour la première équipe, mais quand on dispose d’une volée comme la nôtre, on est obligé d’être gourmand. On doit juste accepter de perdre un joueur à n’importe quel moment, ce qui explique aussi pourquoi, nous avons choisi de faire un contingent aussi large !

Mais j’avoue que j’ai toujours du mal avec la question de la formation, ne peut-on pas former en leur apprenant le goût de la victoire ? Il ne faut pas oublier qu’arriver sur la dernière marche des juniors, notre travail est aussi de leur apprendre le monde des actifs et même si je n’ai encore jamais laissé un joueur 90 minutes sur un banc (je n’y arrive tout simplement pas, je craque à chaque fois…), la discipline et la patience sont pour moi, des éléments qui n’ont rien avoir avec le ballon mais nécessaires à leur formation.

 

Propos recueillis par Zrinko.

Share.