Les Genevoises ont du boulot d’ici la fin de saison

0

Au terme des matchs aller, Chênois et Aïre ne comptent que six points en LNB féminine. Une des deux formations risque bien de passer à la trappe au printemps prochain. Bilan avec les entraîneurs respectifs.

Les matchs aller se sont terminés ce week-end en Ligue Nationale B féminine. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le bilan des deux équipes genevoises engagées dans cette catégorie est très moyen après neuf journées : Chênois et Aïre ne comptent en effet que deux victoires pour sept défaites. Mais ce n’est pas une surprise non plus. Le vivier genevois, limité en qualité et quantité par rapport à la Suisse alémanique, ne permet pas au football cantonal d’avoir deux équipes de LNB qui pourraient aspirer à autre chose que le maintien.

Avec six petits points, les deux représentants genevois espèrent redresser la barre d’ici la fin du championnat régulier au terme duquel les points seront divisés par deux avant le tour de relégation. A l’heure actuelle, Chênoises et Aïroises sont devant Kloten, bon dernier, mais loin de la septième place détenue par Therwil avec 14 points. Ce qui laisse présager qu’en l’état actuel des choses, en tout cas une des deux équipes pourrait passer à la trappe en fin de saison.

Les deux entraîneurs, Salvatore Musso et Walid Taieb, nous font leur bilan de fin de premier tour, alors qu’une journée de second tour doit encore se disputer avant la pause hivernale.

Chênois, un réveil tardif

Les joueuses de Salvatore Musso et Roland Beaufils ont mal débuté leur quatrième saison consécutive en LNB avec quatre défaites d’entrée contre Saint-Gall (1-2), Schlieren (5-0), Aarau (2-4) et Thun (2-1). « Le retard sur les entraînements de début de saison nous a fait perdre des points qui nous auraient permis de prendre le bon wagon au lieu d’être à la traîne, explique Salvatore Musso au moment du bilan. Ceci est dû également au fait qu’il a fallu reconstruire une équipe rapidement suite à des départs. La méconnaissance, en début de championnat, du football suisse allemand pour certaines joueuses et de ce qui gravite autour nous a défavorisé sur certaines rencontres et nous a parfois coûté un résultat positif ».

Il est vrai que la différence avec les huit équipes suisse-allemandes de LNB est frappante, surtout du point de vue physique. Sur ce point, Musso détaille : « Notre groupe très jeune et sans beaucoup d’expérience a dû se forger un caractère et un esprit d’équipe pour pouvoir rivaliser avec des adversaires coriaces avec un jeu très physique et une tactique très simplifiée mais efficace. Ceci nous a obligés à nous  adapter en sachant répondre à ce football très engagé. Hormis un résultat tronqué par des événements inhabituels à Schlieren, nous avons fait souvent jeu égal et avons plié souvent sur des détails encore à régler ».

salvatore-musso

Salvatore Musso

Le déclic est arrivé à la cinquième journée, lors du derby genevois largement remporté contre Aïre-le-Lignon (4-0), avant d’enchaîner sur le terrain de Kloten (2-5). Malheureusement, la série s’arrêtera là puisque les pensionnaires des Trois-Chêne vont terminer le premier tour sur trois nouveaux revers, bien que serrés : Zurich M21 (0-1), Worb (1-2) et Therwil le week-end dernier (3-1). A cela, il faut ajouter une élimination décevante lors du second tour de Coupe de Suisse sur le terrain de Walperswil, pensionnaire de… 1ère ligue (2-1).

Cependant, malgré le bilan comptable négatif, l’entraîneur chênois reste positif : « Le groupe se rend compte de ses progrès physiques et tactiques et sent qu’il faut peu de chose pour prendre un véritable envol. De quoi avons-nous besoin ? Il nous faut récupérer nos blessées de longue durée et les nouvelles joueuses qui arrivent devraient apporter des solutions supplémentaires. Avant la reprise du second tour, il nous faut jouer des matchs amicaux face à des formations aguerries et ayant un foot ressemblant au foot suisse allemand ».

Et de conclure sur l’avenir du club et du football féminin cantonal : « Nous devons préparer au mieux les jeunes joueuses « élite » à planifier les vacances pour avoir une préparation optimale. Il faudrait rajouter des catégories élite pour que ces jeunes aient une meilleure préparation lorsqu’elles arrivent en haut de la pyramide. Ceci est un travail que nous devons entreprendre à Genève, l’union fait la force ».

Aïre, série négative en cours

Néo-promu dans la catégorie, la saison avait idéalement débuté pour Aïre-le-Lignon. Les joueuses de Walid Taieb ont remporté quatre des six premiers matchs officiels : deux en championnat contre l’actuel leader Aarau (3-2) et Kloten (3-0), ainsi que deux en Coupe de Suisse contre Sion (2-10) et surtout Staad (3-1), pensionnaire de LNA. Malheureusement, la lourde défaite aux Trois-Chêne a fait très mal aux Aïroises, qui n’ont plus récolté le moindre point depuis ce derby avec cinq défaites consécutives, série en cours.

Il reste encore deux matchs aux Oranges avant la trêve hivernale. D’abord un 1/8 de finale de Coupe de Suisse ce dimanche contre l’actuelle meilleure équipe du pays, Neunkirch –10 victoires en autant de rencontres en LNA–, dans laquelle évolue la Genevoise Sandy Maendly, et ensuite, la première journée du second tour contre Aarau. Pour cette raison, il est encore trop tôt pour Walid Taieb de faire un bilan : « Nous allons prendre le temps dans les prochaines semaines d’analyser les points positifs et les points d’amélioration quant à ce premier tour. Nous le ferons en équipe et tenterons d’identifier des pistes pour améliorer notre second tour. Mais nous pensons que l’équipe a largement les qualités pour se maintenir en LNB ».

Walid-Taieb-Aire-2015

Walid Taieb

Un double maintien est-il possible ?

La question que l’on se posera d’ici la fin de saison est : les deux équipes du canton peuvent-elles aspirer au maintien ou l’une des deux passera-t-elle forcément à la trappe ? Il faudra bien entendu attendre les neuf prochaines journées, avant que les points soient divisés par deux, pour mieux comprendre le contexte du prochain printemps et, surtout, le nombre de points à “rattraper”. Mais les deux entraîneurs semblent optimistes. Salvatore Musso : « Dans le sport, il faut toujours y croire. Je rappelle que la saison passée, Aarau était en dessous de la barre à la trêve hivernale et qu’en fin de second tour, elles ont atteint les finales. Cela sera dur pour les deux équipes genevoises, mais l’écart entre les équipes est faible. Malgré cela, les petits détails font la différence et c’est sur ces détails que nous devons progresser ».

Même son de cloche chez Walid Taieb sur un éventuel double maintien genevois : « Tout est envisageable dans le football. Nous constatons que le niveau des équipes est assez homogène et que chaque équipe doit donner le meilleur pour réussir à prendre des points ». Mesdames, au travail !

 

Photos : FF Chênois & Denis Guyot

 

Share.