Calleja contrarie Meyrin

0

Au terme d’un match complètement fou, le leader perd deux points sur la pelouse de Chênois, la faute à un triplé de Fabien Calleja (3-3).

Les Meyrinois se demanderont longtemps comment ils ont ont pu laisser échapper les trois points de la victoire sur la pelouse des Trois-Chêne. Face au cinquième du championnat, les hommes de Jean-Philippe Lebeau ont parfaitement maîtrisé leur sujet 55 minutes durant, démontrant toute leur supériorité. Mais le football est un sport imprévisible et c’est bien ce qui fait tout son charme…

Une entame de patron

Bien décidé à s’échapper en tête et à distancer momentanément Monthey, Meyrin commence le match de la meilleure des manières. Au quart d’heure de jeu, les Jaunes se sont déjà créés pas moins de trois grosses occasions. Cependant, ni Martins Cepa et ni Nsilu ne parviennent à tromper un Van der Laan à son affaire. Quand ce n’est pas le dernier rempart de Chênois qui sauve la mise, c’est la maladresse des Meyrinois qui s’en mêle.

Les locaux ne parviennent pas à garder le ballon et subissent durant toute la première période. La seule frappe des Rouges est à mettre à l’actif de Nya à la demi heure de jeu, mais celle-ci n’inquiète pas Grujicic. Le milieu du terrain est largement à l’avantage de la triplette Ledru, De Freitas et Paçarizi qui se trouvent aisément et offrent d’excellents ballons à leurs attaquants. Ces derniers manquent des montagnes, à l’image de ce raté de Nsilu peu avant la demi-heure.

A force de dominer, les visiteurs prennent logiquement l’avantage peu avant le thé. Le centre du capitaine Tsimba trouve Martins Cepa dans la surface. Ce dernier décroise parfaitement sa tête et le ballon termine sa course dans le petit filet (39′, 0-1). Les joueurs de Lebeau redoublent d’efforts et tentent d’enfoncer le clou, mais Van der Laan effectue deux merveilles de parades pour permettre à son équipe de rejoindre les vestiaires avec un seul but de retard.

Chênois sort vivant d’une première période qui aurait pu tourner à la démonstration au tableau d’affichage comme l’avouera l’entraîneur David Joye après le match : « Je pense que si Meyrin mène 3 ou 4-0 à la mi-temps, il n’y aurait rien eu à redire. A la pause, j’ai dit à mes joueurs d’arrêter de les respecter autant et de commencer à jouer. Nous n’avions rien tenté et je voulais que mes hommes se libèrent… ».

Martins Cepa, premier buteur

Une seconde période de folie

Malgré les mots de leur entraîneur, les locaux encaissent le second but après une trentaine de secondes. Paçarizi s’emmène le ballon grâce à un contrôle de grande classe dans la surface et sert Nsilu qui cette fois ne tremble pas (0-2). On pense alors que les Meyrinois ont fait le plus dur et qu’ils vont dérouler tranquillement. C’était sans compter sur la force de caractère des locaux…

Chênois se met à jouer et à se montrer enfin ambitieux dans le jeu. Sur leur première véritable occasion, les joueurs de David Joye réduisent la marque. Kouzmet centre depuis la gauche et trouve Calleja seul au second poteau. Le pied de ce dernier ne tremble pas et les locaux reviennent dans le match (56′, 1-2). Moins de cinq minutes plus tard, l’impensable se produit. Sur un long ballon repoussé difficilement par la charnière centrale des visiteurs, ce diable de Calleja tente une reprise instantanée. Sa frappe soudaine touche un défenseur et prend à défaut Grujicic (60′, 2-2).

Pas le temps de souffler que Meyrin repasse devant au tableau d’affichage ! Paçarizi, bien servi en profondeur par Nsilu, s’en va affronter Van der Laan. Ce dernier l’accroche et l’arbitre désigne le point de pénalty. Alors que l’on pense que le gardien de Chênois va se faire exclure pour cette faute de dernier recours, l’arbitre sort un carton jaune à un défenseur. Paçarizi se fait justice lui-même et redonne l’avantage à son équipe (63′, 2-3).

Un avantage une nouvelle fois de courte durée puisque sur l’action suivante, Calleja remet les deux équipes à égalité à la suite d’un nouveau centre de Kouzmet (65′, 3-3). Tout simplement incroyable. Les locaux font preuve d’une grande force de caractère. De leur côté, les Meyrinois prennent un coup sur la tête et balbutient leur football. Malgré un passage en 4-2-4 en fin de match avec les entrées de Dia et Cardoso, plus rien ne sera marqué. Les deux équipes se quittent sur un score de parité après un combat épique et de toute beauté.

Les Chênois félicitent Calleja, déjà 12 buts cette saison

Frustration pour les visiteurs

A l’heure de l’analyse, Jean-Philippe Lebeau se montrait forcément déçu par le résultat : « On perd clairement deux points aujourd’hui. C’est frustrant, car nous avions tout en main pour gagner le match. Nous avons réalisé une belle première période où nous aurions dû marquer beaucoup plus qu’un but, et après le deuxième but, nous nous sommes relâchés et nous avons été trop laxistes. Le match a tourné en trois minutes et parfois au foot, on ne peut pas tout expliquer mais nous devons être capables de garder le score et aujourd’hui cela n’a pas été le cas ».

Un score nul qui fait les affaires de Servette M-21, mais surtout de Monthey, vainqueur dimanche à domicile. « Pour monter, poursuit Lebeau, nous savons que nous devons gagner le maximum de matchs d’ici la fin de saison. Nous sommes conscients que chaque match est compliqué, d’autant plus avec ces derbys genevois face à des équipes qui veulent absolument nous faire tomber. Néanmoins, je reste confiant, j’ai un groupe qui travaille bien à tous les entraînements et je suis persuadé que cela va payer ».

David Joye était lui satisfait par la réaction de ses hommes même si un quatrième but en fin de match aurait été envisageable : « Je suis très fier de mes joueurs. Ils ont su réagir et faire douter cette superbe équipe de Meyrin. Nous sommes parvenus à produire du jeu en seconde période et nous avons inscrit de très jolis buts. Je pense que l’on aurait même pu inscrire le but de la victoire en fin de match tant le match était indécis ». Pour la suite de la saison, l’entraîneur de Chênois espère continuer sur cette dynamique positive : « Nous réalisons une entame de second tour plus que satisfaisante. Nous devons poursuivre sur la même lignée en produisant du jeu et en continuant à progresser pour préparer l’avenir ».

Un nouveau derby attend les Meyrinois samedi prochain avec la réception de Perly. Quant à Chênois, la formation des Trois-Chêne s’en ira défier Terre-Sainte en terres vaudoises. 

 

CS CHÊNOIS – MEYRIN FC  3-3 (0-1)
Stade des Trois-Chêne

Buts : 39′ Martins Cepa 0-1, 46′ Nsilu 0-2, 56′ Calleja 1-2, 60′ Calleja 2-2, 63′ Paçarizi (P) 2-3, 65′ Calleja 3-3

Chênois  (4-4-2) : Van der Laan – Herman, Remy ©, Nevers, Kouzmet – Nya (83′ Zahi), Ates, Bilalli, Kuntuala –  Nefti (76′ Cerutti), Calleja.
Entraîneur : David Joye

Meyrin (4-3-3) : Grujicic – Howard, Buchs, Tissot, Dembele – Ledru (75′ Cardoso), De Freitas (66′ Rezzonico), Paçarizi – Martins Cepa (70′ Dia), Nsilu, Tsimba ©.
Entraîneur : Jean-Philippe Lebeau

Avertissements : Nevers, Kouzmet (Chênois) ; Howard, Tissot, Tsimba (Meyrin)

 

 

 

Share.