Joss Pardo, fidèle à son rendez-vous hebdomadaire

0

L’attaquant d’US Carouge est co-meilleur buteur de 3ème ligue à la trêve. L’occasion de discuter avec lui de son parcours.

L’US Carouge ne partait pas vraiment favori cette saison en 3ème ligue. Cette équipe de copains qui avait démarré il y a quelques années en 5ème ligue avait réussi à rejoindre l’élite cantonale en 2017 : la 2ème ligue. Une expérience enrichissante au plus haut niveau régional qui n’aura duré qu’un an. Une relégation plus tard, accompagnée d’un vieillissement inéluctable de la bande, on imaginait mal l’équipe de la Fontenette rebondir. Mais c’est mal connaître l’enthousiaste président David Pérez.

Pardo et ses amis : de Cerceda à US Carouge

A l’instar d’Aïre-le-Lignon, qui a recruté une douzaine de joueurs de Genève-Poste, US Carouge a aussi connu une arrivée en masse cet été : pas moins de huit joueurs en provenance de Cerceda, une équipe qui avait été créé avec le même esprit. Joss Pardo, le buteur de l’équipe, détaille cette expérience à Cerceda : “Quand je jouais à Aïre, j’avais une idée qui me trottait dans la tête, inspirée par US Carouge justement, qui était de monter une équipe d’amis en 5ème ligue et de grimper les échelons jusqu’à la 3ème ligue en tout cas. On s’est lancés là-dedans avec mon ami Daniel Limeres, on a trouvé des sponsors, etc. Nous sommes vite montés en 3ème ligue mais on est directement redescendus en 4ème ligue. Le projet s’est ensuite essoufflé et nous avons eu la proposition d’US Carouge qui est arrivée au bon moment”.

Et le pari d’US Carouge semble réussi à l’heure de la trêve : avec neuf victoires et deux nuls, les pensionnaires de la Fontenette comptent six points d’avance sur Champel, favori avant le début du championnat. Joss Pardo s’est fait remarquer puisqu’en plus d’être co-meilleur buteur avec 17 buts –à égalité avec Flamur Selmani du voisin d’Etoile Carouge II–, il a réussi à marquer dans chacun des 11 matchs du premier tour. Un fait assez rare pour être souligné et qui marque aussi le retour de Pardo –passé par UGS, Geneva, Champel et Aïre notamment– sur le devant de la scène après avoir quelque peu disparu de la circulation dans les basses catégories du football genevois, où il explosait aussi régulièrement les compteurs.

Avec le maillot d’Aïre

Le deux parties avaient-elles des ambitions au moment de leur rencontre ? Le buteur carougeois détaille : “US Carouge sortait d’une relégation et nous, nous avions aussi connu une saison en dents de scie à Cerceda, donc les deux parties voulaient principalement reprendre du plaisir. Mais maintenant que nous sommes en tête, on ne peut plus trop se cacher et il faudra jouer la montée”.

“Je ne suis pas vraiment surpris de ces bons résultats, poursuit-il, je savais qu’il y avait des bons joueurs à US Carouge et ceux qui ont signé avec moi sont aussi bons. Si à ça on ajoute d’autres bonnes recrues comme Elalami d’Insterstar ou Triffiletti de Bernex dans une catégorie comme la 3ème ligue, les bons résultats ne me surprennent pas. Après, le fait d’être invaincu à la mi-saison me surprend un peu plus, c’est une belle performance. Et si j’ai marqué aussi régulièrement, c’est que je suis très bien entouré et très bien servi, je pense notamment à Gressent avec qui on s’entend bien sur le terrain”. 

L’amitié avant les ambitions

Quand on voit la facilité avec laquelle il marque des buts, on peut légitimement se demander pourquoi il ne tente pas sa chance plus haut et si cela ne le lassait pas de marquer quatre buts par match en 4ème ou 5ème ligue ligue par le passé. Il faut savoir qu’il a connu la 1ère ligue à UGS sous les ordres de David Joye quand il était très jeune, mais il a dû mettre une priorité sur son apprentissage et abandonner le foot exigeant. “Mais j’ai toujours préféré jouer avec mes amis, sans vraiment me prendre la tête, ajoute-t-il. J’aurais pu rester à UGS à l’époque ou dans les autres clubs. Alors oui, on a toujours un peu le truc de vouloir tenter plus haut mais j’ai toujours été très bien où j’étais”.

De toute façon, à l’heure actuelle, il est inimaginable pour lui de tenter sa chance plus haut avec un rythme d’entraînement plus soutenu en raison des séquelles de sa blessure, lui qui s’appuie sur sa vitesse comme atout différentiel. “J’ai pris un tacle par derrière il y a deux ans qui m’a fracturé la cheville, on a du m’enlever un bout d’os. J’ai mis un an et demi à m’en remettre et j’ai encore mal. Le médecin m’a dit que j’aurai toujours mal, c’est comme ça”.

Il faudra serrer les dents, car US Carouge et son entraîneur Juan Mellen auront besoin de lui et de ses buts au second tour. Parviendra-t-il a marquer chaque week-end également au printemps prochain ? Son entraîneur lui met déjà la pression : “Il m’a fixé un objectif de 40 buts mais je pense que c’est un peu trop (rires). Mon objectif personnel est de 30, je serais déjà très content”, conclut-il. 

Un jeune Pardo, élu meilleur joueur de 3ème ligue 2012-2013 par les entraîneurs

 

 






Share.