SMT Cressy, plus de 30 ans au service du football genevois

0

Toujours plus de footballeurs du canton affluent au centre de rééducation active SMT Cressy. Directeur général et fondateur de l’établissement, Simon Pidancet, nous présente son histoire et ses bienfaits.

Fondé en 1987 et anciennement connu sous le nom de SMT Versoix, le centre s’est déplacé à Cressy en 2004. Aujourd’hui, SMT Cressy est partenaire du “Swiss Olympic Medical Center” et son équipe para-médicale compte 18 physiothérapeutes, deux ostéopathes et un préparateur physique. A eux seuls, ces derniers prennent en charge près de 250 clients par jour, et une dizaine de sportifs de haut niveau par semaine. Pour comprendre comment le centre a connu un tel développement, il convient de revenir en arrière dans le temps.

Aux côtés des équipes genevoises depuis sa création

Anciennement entraîneur en 1ère ligue et président du FC Versoix jusqu’à l’an dernier, Simon Pidancet travaille autour du football genevois depuis bientôt 40 ans. Comme nous l’explique ce dernier, SMT Cressy a toujours collaboré avec des équipes genevoises : “Nous avons d’abord été les physiothérapeutes officiels du Servette FC, de 1994 à 2001. Quelques années plus tard, de 2004 à 2009, nous avons travaillé avec la première équipe du Lancy FC. Nous avons également été le cabinet de référence du Genève-Servette Hockey Club. Pendant 10 ans environ, tous les joueurs blessés venaient se faire soigner dans notre centre afin de revenir rapidement sur la glace. A l’heure actuelle, cinq de nos physiothérapeutes sont affiliés avec des équipes. Il y en a deux à Bernex, un au Servette-Chênois Féminin, un au CS Italien et un à Versoix. L’accent est de plus en plus mis sur les sports amateurs genevois, notamment le football”.

Une des physiothérapeutes de Bernex

Différentes étapes vers la récupération

La plus grande partie du travail de SMT Cressy a toutefois lieu dans le centre de réadaptation et rééducation, où les sportifs sont pris en charge individuellement. Comme nous l’explique le directeur général, une multitude de services sont proposés : “Nous proposons de la rééducation tout comme de la réathlétisation. Le travail s’effectue en plusieurs parties et débute souvent dans l’eau. Une fois les bases réacquises après la blessure, le sportif retourne en salle de musculation, où il suit un programme pour retrouver le top de sa forme”.

Un exemple ? “En ce moment même, il y a par exemple Mergim Ferati, joueur d’Etoile Carouge, qui s’entraîne en hypoxie, c’est-à-dire qu’il effectue ses entraînements individuels comme s’il se trouvait en altitude, ce qui lui permet de récupérer la forme et du muscle plus rapidement. Pour les entraînements en hypoxie, nous sommes d’ailleurs en partenariat avec Centre SportAltitude”.

Djourou, un habitué des lieux

SMT Cressy est de plus en plus impliqué au coeur des sports amateurs genevois, mais également à plus grande échelle : “Nous avons des professionnels qui sont venus faire leur préparation athlétique chez nous : le coureur de fond Abraham Tadesse, la joueuse du Servette-Chênois Marie Duclos ou encore Johan Djourou. Ce sont parfois les médecins qui conseillent à ces athlètes blessés de venir”, précise Simon Pidancet.

Une chose est certaine : les sportifs concernés semblent avoir été largement satisfaits par les soins reçus au centre, et ces deux petits témoignages de Johan Djourou et de Marie Duclos accordés à SMT Cressy le prouvent : “J’ai été super bien accompagné et soigné, je me suis bien remis et j’ai pu reprendre mon niveau international. Un bon encadrement fait énormément de différence dans ces moments compliqués. À présent, je garde de très bons contacts avec SMT Cressy et c’est pour cela que j’y retourne avec grand plaisir et confiance”, témoigne Johan Djourou, ex-défenseur de l’équipe nationale suisse.

Johan Djourou

En ce qui concerne l’attaquante française évoluant au Servette-Chênois, cette dernière affirme que “tout s’est passé à merveille”, qu’elle n’a “jamais été forcée d’aller trop vite ou d’exagérer” et que “les exercices étaient variés, de qualité et optimisés”. Une fois la réathlétisation terminée, tout a repris à fonctionner comme avant la blessure : Lors de mon premier match de championnat, j’étais vraiment prête physiquement, je pense que cette préparation a vraiment été un plus pour moi. À l’aide de celle-ci, ma reprise a été totalement réussie et je n’ai plus eu aucune blessure, même légère”.

Le futur est certainement prometteur pour SMT Cressy qui, grâce à ses techniques de récupération active, joue en rôle fondamental dans la récupération et la réathlétisation des sportifs.

Marie Duclos, joueuse du Servette Chênois






Share.