Chênois II pouvait difficilement rêver mieux

0

Dans le groupe 1 de 3ème ligue, c’est Chênois II qui fait la loi. Après une défaite initiale, les joueurs de Romain Pétremand ont enchaîné dix victoires pour arriver à la trêve avec six longueurs d’avance sur leur dauphin. Six, comme les années s’étant écoulées depuis leur dernière expérience en 2ème ligue. Et s’il était temps d’y retourner ?

Première place, meilleure attaque et meilleure défense, rien que ça. Sans aucune contestation possible, la seconde garniture chênoise vient de mener à terme un premier tour impressionnant. La “Deux” du club des Trois-Chêne a aussi prouvé, et cela mérite d’être souligné, qu’elle était capable de dominer sans dépendre de renforts occasionnels de la première équipe. Au contraire, toute l’équipe est concernée avec plus de sept joueurs ayant inscrit au moins quatre buts et une défense suffisamment solide pour être la meilleure de ce groupe. Pour Chênois II, cette saison a donc tout pour être la bonne. Reste à présent à voir si les Rouges auront les épaules pour confirmer ce statut de favori au printemps prochain.

“Je trouve notre championnat très compétitif”

Pour Romain Pétremand, il s’agit de la quatrième saison aux commandes de la formation de 3ème ligue. S’il a durant les trois dernières campagnes toujours réussi à terminer au moins dans les cinq premiers, la distance séparant Chênois II du champion a toujours été conséquente. Cette année, ce sera à son équipe de maintenir les poursuivants à distance. Une mission qui n’aura rien de simple selon l’entraîneur chênois : “Ces dernières années, on a toujours eu une équipe un peu dominante dans notre groupe, qui réalisait un parcours trop difficile à suivre. Quand j’ai vu le tirage au sort de notre groupe, il est vrai que j’ai pensé que l’on avait une carte à jouer. Mais, contrairement à ce que peuvent parfois montrer les résultats, je trouve notre championnat très compétitif. On s’en est souvent bien sortis en faisant la différence en deuxième mi-temps. Jusque-là, pas mal d’éléments ont tourné en notre faveur et je serais sincèrement incapable de donner un classement pour la fin de saison”.

Malgré la domination affichée par son équipe au niveau comptable, Romain Pétremand préfère donc rester modeste et se méfie de ses adversaires. Les raclées infligées à Sporting (11-0), Puplinge (8-1), Saint-Paul (7-1) ou encore les démonstrations de supériorité contre ses deux poursuivants Satigny (5-1) et Rapid Jonction Bosna (3-1) ne sont pas une raison de s’enflammer pour l’entraîneur chênois, pour qui le but de la “Deux” est toujours inchangé : être prête à servir les intérêts de la première équipe. “Il ne faut pas oublier que notre mission première reste de servir de soutien à la première équipe. Il n’y a pas d’intérêt à être promu si la “Une” est reléguée. S’il faut leur envoyer nos meilleurs joueurs, on le fera avec le sourire”. 

Ingo Pinto, 10 buts, est le meilleur buteur de son équipe.

Un groupe presque trop sérieux

Une autre statistique sortant du lot est à relever : en enlevant la défaite initiale à Compesières (2-1), Chênois II l’a toujours emporté en marquant au minimum trois buts. En moyenne, l’équipe de Romain Pétremand est proche des cinq buts par match (54 buts). “On a sept-huit joueurs capables de la mettre au fond. C’est un aspect qui fait la différence comparé aux autres années”. 

Que manque-t-il alors a ce groupe?  Que peut-on demander de plus à une équipe disciplinée et efficace sur le plan des résultats? Pétremand a sa petite idée. Ravi que l’arrivée de certains A Inter en début de saison ait apporté “plus de sérieux, de rivalité et de concentration au sein du groupe”, ce dernier regrette néanmoins par moments l’ambiance trop formelle au sein de son équipe : “J’aimerais bien un peu plus de joie de vivre au second tour. Pour le moment c’est un groupe qui travaille très bien mais qui ne se connaît pas tant que ça. J’ai encore parfois l’impression que les joueurs viennent au foot comme s’ils venaient au travail”. Une remarque cohérente pour une équipe qui, en prenant du recul, n’évolue qu’au septième échelon national. Ce qui est sûr, ce que pendant ces longs mois précédant la reprise, la réserve chênoise aura du temps à disposition pour se forger un vrai esprit d’équipe.

Passé par UGS et Carouge II, Zongo est aujourd’hui le capitaine de Chênois II.

Six points d’avance à gérer

Le plaisir de jouer et le maintien de la première équipe en priorité certes, mais avec une telle opportunité, il est inconcevable de ne pas tenter d’aller jusqu’au bout et de remonter en 2ème ligue. Si peu de transferts sont prévus, certains joueurs absents au premier tour pourraient réintégrer le groupe, tandis que d’autres effectueront probablement la préparation hivernale avec l’équipe fanion des Trois-Chêne. Rien de plus que des légères modifications pour une équipe qui apprend encore à se connaître et qui a une “marge de progression énorme”.  

En mot de la fin, Romain Pétremand a tenu à mentionner ses deux adjoints : Bruno Sahuc -avec qui il collabore depuis 7 ans- et Florian Eder : “Nous formons un véritable trio. C’est un réel bonheur de travailler avec eux et je n’envisagerais pas de continuer sans leur aide”. Une déclaration qui montre bien l’importance que l’entraîneur chênois accorde au côté humain dans sa vision du football.

Pour continuer de faire ses preuves, Chênois II devra patienter. L’avantage est que les Rouges auront directement l’occasion, le 8 mars, de prendre leur revanche face à Compesières, seule équipe les ayant battu jusque-là. La seconde garniture chênoise sera donc à surveiller au deuxième tour, car en continuant à ce rythme-là, elle pourrait rapidement boucler le discours concernant la montée en 2ème ligue dans le groupe 1.

Pétremand et Sahuc avaient été champions en 2014 avec les A inter. Rebelotte en juin prochain ?

 

Photos : IV Sport






Share.