Interstar remporte le match de la peur et enfonce Grand-Saconnex

0

Dans un match pauvre en occasions de but, Interstar a finalement pris le dessus sur Grand-Saconnex dans les arrêts de jeu (1-0). Un succès qui permet aux hommes de De Oliveira de passer au-dessus de la barre. Grand-Saconnex, quant à lui, s’enfonce à la dernière place, avec désormais sept points de retard sur son adversaire du jour.

Le calendrier l’avait prédit. Le match de la peur entre les deux derniers de 2ème ligue s’est disputé la semaine d’Halloween. D’un côté, le CS Interstar, onzième avec six unités au classement. De l’autre, le FC Grand-Saconnex, lanterne rouge avec seulement deux points, qui possède la plus faible attaque et la plus mauvaise défense du championnat.

Occasions rares

On l’aura compris, l’enjeu du match est énorme pour les deux formations. Mais comme souvent, match à enjeu rime avec ennui et cette rencontre n’a pas dérogé à la règle. Les courageux supporters qui ont bravé le froid ont en effet assisté à un pauvre spectacle. Sur le terrain, les 22 acteurs enchaînent les erreurs techniques et les occasions de but sont rares comme l’eau dans un désert.

Pourtant, les intentions auraient dû être là. Interstar revenait d’une précieuse victoire (2-1) sur son concurrent direct pour le maintien, Onex, alors que Grand-Saconnex avait l’occasion d’effacer le 0-3 concédé à la maison contre Perly, et surtout de tenter de décrocher sa première victoire de la saison en championnat, celle contre Plan-les-Ouates ayant été annulée sur tapis vert.

Mais rien n’y fait. Même si, durant la première période, ce sont les visiteurs qui montrent de meilleures intentions. Le capitaine Yusuf tente de prendre le jeu à son compte au milieu de terrain. Mais ses passes n’arrivent pas à destination. Grand-Saconnex se montre surtout « dangereux » sur coup de pied arrêté. Tout d’abord par le défenseur Tschopp, venu placer sa tête sur un coup-franc lointain, puis par Sadiki, dans une action identique. Mais les deux tentatives n’ont pas inquiété le portier Thioune. D’ailleurs, aucune frappe cadrée ne sera notée dans ces premières 45 minutes.

Mais la plus grosse occasion arrive d’une erreur du gardien d’Interstar : sur un ballon en retrait, Thioune joue à se faire peur et tarde à dégager. Pressé par Howard, il perd finalement le cuir. On se dit que c’est fait, Grand-Saconnex va pouvoir ouvrir la marque. Mais non, le robuste numéro 30 des Rouge et Noir s’emmêle les pinceaux et finalement la défense du CSI parvient à récupérer son bien.

Interstar justement, qui démarre le match avec l’étiquette de favori –fait rare cette saison–, se montre encore plus frileux que son adversaire du jour. Le duo d’attaque Ouattara-Varani n’arrive pas à se mettre en vue en première période. Mais ce n’est que partie remise.

Momo Ouattara, buteur décisif

Cinq dernières minutes de vrai football

De retour des vestiaires, c’est Grand-Saconnex qui opère le premier changement, avec l’entrée du jeune Mahdi pour Barros. Le numéro 20 est une lueur d’espoir dans cet après-midi grisâtre. Par son toucher de balle et ses courses, il apporte le danger dans les rangs des locaux. Les joueurs de Götz montrent une certaine confiance en eux. L’en atteste la tentative acrobatique de Yusuf. Bien que totalement dévissée, on apprécie la tentative en tribune.

En face, CSI n’est toujours pas entré sur le terrain. La piqûre de rappel arrive vers le dernier quart d’heure. Parti à la limite du hors-jeu, le talentueux Mahdi se retrouve en face à face contre Osmani. Visiblement trop sûr de lui, il tente la louche, mais sa tentative ne trompe pas Thioune. Interstar l’a échappée belle. Quelques minutes plus tard, Yusuf cède sa place à Ul Haq, un changement qui fera pencher la balance du côté des locaux. Le capitaine n’est plus sur le navire, et Grand-Saconnex commence à prendre l’eau lors des dix dernières minutes. Les deux équipes montrent des signes de fatigue dans cette fin de match. Des espaces se créent, et ce, pour le plus grand bonheur des supporteurs qui craignent encore de finir sur un triste 0-0.

Le jeune Mahdi en action

Dans cette mort subite, c’est Interstar qui prendra l’ascendant psychologique. Comme dans un scénario de film d’horreur bien ficelé, le coup de grâce ne vient pas tout de suite. Ainsi, Hajdari, tout juste entré, manque de crucifier Osmani en bonne position. Le numéro 7 du CSI tente une “Madjer”, mais elle part dans l’autre sens.

Sur le banc, Jairo De Oliveira se tient la tête à deux mains. Mais ses hommes y croient. Alors qu’on joue les arrêts de jeu, Weibel part sur la droite et décroche un centre qui passe en revue la défense adverse. Tel un boulet de canon, Ouattara surgit et claque le cuir dans les filets en taclant. Un but rageur ô combien important pour le CS Interstar. C’est la délivrance à Varembé. Interstar file à 9 points, désormais au-dessus de la barre.

Du côté du banc des visiteurs, c’est la douche froide. Tant au sens propre qu’au sens figuré. Lanterne rouge, avec deux unités au compteur, Grand-Saconnex a montré une nouvelle fois sa faiblesse offensive. Nul doute que la tâche s’annonce difficile pour Abdel Gasmi, futur entraîneur des Rouge et Noir. L’ex-entraîneur du FC Versoix va devoir faire des miracles ou presque, pour sauver les siens.

 

CS INTERSTAR – FC GRAND-SACONNEX  1-0 (0-0)
Stade de Varembé

But : 93′ Ouattara 1-0

Interstar (4-4-2) : Thioune – Subramani, Favre, De Oliveira, Ndiaye – Moutinho ©, Boakye (61′ Nzinga), Ducoli, Weibel – Ouattara, Varani (84′ Hajdari).
Entraîneur : Jairo De Oliveira

Grand-Saconnex (4-2-3-1) : Osmani – Dupraz, Sadiki, Tschopp, Steger (86′ Kebe) – Yusuf © (72′ Ul Haq), Oliveira – Uebelhart (80′ Emini), Barros (46′ Mahdi), Tomasini – Howard (66′ Pereira).
Entraîneur : Yacine Götz

Avertissements : Boakye (Interstar) ; Tomasini, Steger (Grand-Saconnex)

 

Photos : Stéphane Eursels (archives)

 






Share.