« Je ne suis peut-être pas le président que certains Carougeois attendaient »

0

À cause d’un emploi du temps surchargé, le banquier Michael Palma et son comité ne prolongeront pas leur mandat à la tête d’Etoile Carouge. Il restera président jusqu’au 30 juin 2020. Critiqué notamment sur ses absences aux matchs, il répond sur Proxifoot.

C’était dans l’air, c’est désormais officiel. Etoile Carouge cherche un nouveau comité. Le président Michael Palma et son groupe ont en effet décidé de ne pas prolonger leur mandat à la tête du club carougeois qui prendra fin le 30 juin 2020. La nouvelle a été transmise jeudi matin aux joueurs de l’équipe première.

Arrivé en grande pompe durant l’été 2018 pour remplacer le vétéran Pierre-Alain Brodard, le banquier Michael Palma s’est entouré « d’un groupe de jeunes quarantenaires » pour former son comité de direction. Pour ce socio du Real Madrid, le club stellien représentait sa première aventure sportive à Genève. Alors, après avoir fêté notamment la montée en Promotion League l’an dernier, pourquoi partir ?

« Être à la tête d’un club de football comme Etoile Carouge prend énormément de temps, confie le principal intéressé. En parallèle, mes responsabilités au sein de ma profession ont changé et ma charge de travail a augmenté (ndlr : Michael Palma fait partie des six associés gérants de la banque privée Mirabaud depuis le 1er janvier). Au final, ce n’est juste plus compatible ».

« Les critiques sur mes absences aux matchs ne me touchent pas »

Ces derniers temps, c’est en effet l’absence du nouveau président et des membres de son comité aux matchs qui a fait jaser. Dans les travées du stade la Fontenette, on parle notamment « d’un grand vide au niveau de la direction du club, avec personne pour être présent ».

« Nous avons fait notre job sur le plan financier et sportif, rétorque Michael Palma. En l’espace d’une année, nous avons sorti le club du surendettement et connu une promotion sur le terrain. Les critiques sur mes absences aux matchs ne me touchent pas. On n’est peut-être pas le comité que certains Carougeois attendaient, qui soit présent à tous les matchs à serrer des mains. C’est peut-être mon défaut d’être lausannois. En soi, pour s’inscrire dans la durée il faut du temps. Tant pour le comité que moi, nous n’en avions pas plus ».

Désormais, la prochaine mission de Michael Palma sera de se consacrer à sa passation de pouvoir. Le club a déjà publié un appel d’offres. « Je ne laisserai pas le club sans pilotage, assure le président. S’il faut, je rempilerai quelques mois supplémentaires après mon mandat. Le prochain président devra avoir les épaules financières et une vision sportive ».

Sur le plan sportif, Michael Palma estime que le premier tour de l’équipe fanion a été « correct, mais pas à la hauteur des ambitions ». Le président révèle ainsi qu’il visait les trois premières places, alors que le club stellien pointe à la cinquième après 15 journées.

 

Photo : Etoile Carouge






Share.