Un dernier Margotton Dinde pour la route

0

Après plus de 40 ans à organiser le Margotton Dinde du FC Donzelle, Jean-Marc Dupertuis dit « Dudu » a prévu de passer le flambeau l’année prochaine. Rencontre avec un homme passionné maniant aussi bien la roue que l’humour.

Il est 11 heures au Café de la Poste de la Plaine et les trois salles sont déjà bien remplies. Du beau monde s’est déplacé en ce samedi 7 décembre pour assister au traditionnel Margotton Dinde du FC Donzelle, l’un des derniers Margottons encore en activité. Le concept est simple : une roue comprenant 99 numéros est installée dans la partie centrale du Café et chacun de ces numéros est vendu séparément par séries. « C’est exactement comme un loto, sauf qu’au lieu d’acheter un carton, vous achetez des numéros », explique le responsable Jean-Marc Dupertuis dit « Dudu ». Ensuite, ce dernier tourne la roue et la personne en possession du numéro gagnant remporte un prix. Pour les séries à CHF 1.- le numéro, le premier prix est une dinde et pour les séries à CHF 2.-, le Graal est un panier garni. « Je choisis moi-même mes dindes et elles ont une valeur d’au moins CHF 40.-, détaille Dudu dans le plus grand des sérieux. Pour les paniers garnis, nous sommes autour des CHF 80.- de valeur ».

Voilà près de 40 ans que Dudu tourne la roue conçue en 1976 par un apiculteur nommé Claude Fleury. « Je ne vous cache pas que je suis connu comme Monsieur Margotton par ici ». Mais, pour la première fois depuis ses débuts, Jean-Marc Dupertuis n’était pas seul à tourner la roue cette année : « Je prépare ma succession, même si je n’arrêterai pas complètement. L’an prochain sera le dernier Margotton dont je m’occuperai à 100% ». Un changement qui ne passera évidemment pas inaperçu… 

Le Margotton dans la peau

Né en 1943 à Lausanne, Dudu a passé une grande partie de sa jeunesse à Meyrin avant de rejoindre Russin, travaillant près de 40 ans dans le domaine des chemins de fer. « C’est en venant ici que j’ai connu le FC Donzelle. J’y ai d’abord joué comme vétéran, puis je suis rapidement devenu secrétaire, puis responsable du Margotton. Tout est allé très vite à mon arrivée », raconte-t-il. Pour ce qui est des origines du Margotton dinde du FC Donzelle, « je vous avoue que je ne sais pas vraiment le pourquoi du comment ni le quand. Je l’ai repris car M. Travasa partait en Thaïlande et le club avait besoin de quelqu’un pour le remplacer ».

Et depuis, Jean-Marc Dupertuis n’a pas arrêté, même si aujourd’hui l’événement n’a plus la même résonance. « Avant les années 2000, nous faisions gagner presque 120 dindes en une journée (!), s’exclame-t-il. Cette année par exemple, ce sont une soixantaine de dindes qui sont parties ». Il est plus difficile d’attirer les gens au bistrot, mais Dudu garde toujours la même passion dans l’organisation : « J’ai toujours le même plaisir à organiser et à animer l’événement. Plus on avance dans l’année et plus l’excitation monte au fil des semaines. C’est une magnifique journée de décembre où vous rencontrez beaucoup de monde ».

Ambiance lors du dernier Margotton dinde du FC Donzelle.

Des anecdotes, Dudu en a à la pelle, mais l’histoire de son ami Cigogne est celle qui l’a le plus marqué : « Ce jour là, il avait gagné 16 dindes et des bouteilles, dit-il en éclatant de rire. Il me donne ses clefs et me demande de mettre le tout dans sa voiture. J’y arrive et là, à mon grand étonnement, la voiture était déjà ouverte. Lorsque je reviens vers lui, il m’assure que c’est impossible. En fait, j’avais chargé la mauvaise voiture ! Heureusement que l’autre personne n’était pas encore partie et qu’on a pu tout récupérer, surtout cette autre personne devait passer la frontière, alors imaginez-vous devant les douaniers avec toutes ces dindes ! ».

Tout cela sera désormais de l’histoire ancienne pour Dudu qui a décidé de passer la main. « C’était censé être mon dernier Margotton cette année, mais vu qu’il est organisé une année au Café de la Poste de la Plaine et une année à l’Auberge de Dardagny, je ferai ma dernière à l’Auberge ». L’homme accordera plus de temps à d’autres occupations et a décidé de lâcher du lest concernant le Margotton. « Je suis conseiller de paroisse et également membre du conseil des Pompiers de Meyrin. Bon et je pourrai également m’occuper davantage de mon jardin et jouer un peu plus à la pétanque », rit-il. La succession est déjà bien assurée, puisque c’est Ricardo Marques, Donzellois pure souche qui prendra le relais. « Je l’ai vu grandir et je m’en suis beaucoup occupé quand il était petit. Il est un parfait successeur ».

Jean-Marc ne disparaîtra pas complètement et la succession se fera en douceur. « Je resterai à disposition pour donner un coup de main. Je passerai de 100% à 80% et ainsi de suite, baissant mon activité petit à petit, mais je serai toujours là, car le Margotton c’est quand même une grande partie de moi ».

Une question de tradition

Malgré la baisse de fréquentation, le FC Donzelle continue d’organiser chaque année son Margotton Dinde. Le but premier est de perpétuer la tradition et non de miser sur de potentielles retombées financières. “Tant que le Margotton ne nous fait pas perdre d’argent nous allons continuer, explique le président du club Pierre-Yves Zumbach. Nous avons beaucoup de plaisir à organiser cet événement qui est en parfaite harmonie avec les valeurs du club et qui permet de conserver notre image dans la région. Nous y donnons beaucoup d’importance et nous souhaitons le garder contre vents et marrées ». Toute la région est d’ailleurs impliquée, puisque la grande majorité des prix proviennent de producteurs locaux.

Le départ de Jean-Marc Dupertuis est un chamboulement, mais n’inquiète pas pour autant le président concernant l’avenir de la manifestation : « Vous savez il ne va pas totalement abandonner. Il sera toujours présent pour aider et assurera parfaitement la transition ». Est-ce que le Margotton Dinde serait viable sans Dudu ? « C’est difficile à dire, avoue ce dernier. Je pense que c’est du 50-50, mais ce qui est certain c’est que je vais tout faire pour que ce soit le cas et j’ai pleinement confiance en Ricardo et son équipe ».

Pour sa dernière l’an prochain à l’Auberge de Dardagny, Dudu promet que la fête sera belle. « Je ne pense quand même pas que je vais pleurer… quoique je vais peut-être verser une petite larme, dit-il avec un grand sourire. Ce qui est sûr, c’est que l’on va marquer le coup pour cette dernière et faire une grande fête ». Il faudra encore attendre 12 mois avant d’y être mais l’excitation est déjà bien présente : « Nous nous réjouissons déjà tous du Margotton 2020 »., assure Dudu avant de relancer la roue pour une nouvelle série. 






Share.